Fonds international pour la protection des animaux (IFAW)

Fonds international pour la protection des animaux (IFAW)

21 mars 2009 10h12 HE

Le gouvernement conservateur se fait discret pour annoncer les quotas de la chasse aux phoques

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 21 mars 2009) - Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) dénonce l'annonce faite hier par le Gouvernement du Canada qu'il va autoriser l'abattage de 280, 000 phoque du Groenland cette année.

"C'est scandaleux" dit Sheryl Fink, chargée de recherches auprès d'IFAW. "Ce nombre énorme de prises est totalement injustifié. Il n'y a pas de marché pour les peaux de phoque, ce nombre ne correspond pas au plan de gestion du Ministère de Pêcheries et Océans (MPO), et ce n'est sûrement pas acceptable pour la majorité des Canadiens."

"Ces deux deniéres années nous avons constaté que le marché de la fourrure de phoque est saturé, le prix des peaux a chuté à son plus bas niveau enregistré de mémoire récente. Si cette chase se base sur les besoins du marché, comme le prétend le goovernement, le nombre de prises autorisées cette année devrait en fait se situer aux alentours de zéro."

L'IFAW critique aussi le fait qu'une prise de 280,000 animaux excéde le seuil établi par les biologistes du gouvernement dans son plan de gestion. "Les scientifiques du MPO ont déclaré publiquement qu'une prise de cette taille risque de faire disapraître plus de 30% du troupeau des phoques du Groenland. L'annonce d'hier constitue la preuve de ce que nous affirmons depuis longtemps, comme quoi ce plan de gestion n'est qu'une farce, et qu'il sera abandonné dès qu'il ne convient plus aux priorités politiques de la ministre.

La chasse au phoque commerciale canadienne sera surveillée de près cette année, car l'Union européenne délibère un projet de loi interdisant le commerce des produits dérivés du phoque sur son territoire.

"La détermination du gouvernement fédéral d'ignorer la realité à ce sujet est tout à fait irrationnelle," dit Fink. "Il n'y a pas de marché en ce moment pour les produits de phoques, et avec la possibilité imminente d'une interdiction dans toute l'Europe, aucun indicateur économique ne permet de croire que la situation va s'améliorer avant longtemps. Alors que nos politiciens se bousculent pour défendre la chasse au phoque, nos impôts sont gaspillé pour soutenir une industrie dangereuse et sans avenir," conclut Fink.

"Quelle ironie. La Russie vient d'annoncer la fin de sa chasse commerciale au phoque du Groenland, et le Canada choisit de condamner un tiers des phoques qui viennent de naître sur la banquise à une fin cruelle et inutile." dit Fink. "Notre gouvernement maintient l'image d'un Canada au Moyen Age," poursuit Fink, "Les Canadiens seraient bien mieux servis par un gouvernement qui fasse moins de manoeuvres politiques, que ne gaspillerait l'impôt des contribuables, et qui investirait plutôt dans la création de nouveaux emplois plus prometteurs, et viables d'un point de vue économique."

Renseignements

  • Fonds international pour la protection des animaux (IFAW)
    Gestionnaire des communications
    Rob Rosenfeld
    Cell: 613-852-0589
    rrosenfeld@ifaw.org