AGENCE CANADIENNE DE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL - ACDI

AGENCE CANADIENNE DE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL - ACDI

07 déc. 2007 15h17 HE

Le gouvernement du Canada appuie le travail de l'Université de Victoria pour améliorer la qualité de vie des Mozambicains

VICTORIA, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwire - 7 déc. 2007) - L'honorable Gary Lunn, ministre des Ressources naturelles et député de Saanich-Gulf Islands, a annoncé aujourd'hui, au nom de l'honorable Beverley J. Oda, ministre de la Coopération internationale, un financement d'un million de dollars consenti à l'Université de Victoria pour réaliser le Southern Oceans Education and Development project (SOED), un projet de formation et de développement dans les zones côtières du sud visant la promotion et le développement de l'élevage sous-marin dans les régions côtières du Mozambique.

"Notre aide favorisera le développement de l'élevage sous-marin dans les régions côtières afin de permettre aux Mozambicains d'assurer leur subsistance et de produire de la nourriture pour la population locale, a déclaré la ministre Oda. Le Mozambique souffre souvent de la sécheresse, et ce projet fournira aux gens des emplois dont ils ont grandement besoin et leur permettra de bénéficier d'une plus grande sécurité alimentaire."

"Le gouvernement du Canada contribue grandement à améliorer la qualité de vie de gens du Mozambique et du monde entier, a affirmé le ministre Lunn. La population de la Colombie-Britannique et tous les Canadiens ont toutes les raisons d'être fiers de l'apport de nos spécialistes universitaires, prêts à partager leur savoir et leurs compétences pour contribuer à un monde meilleur."

Ce projet réunira des partenaires de l'Université de Victoria, de l'Universidade Federal de Santa Catarina (Brésil) ainsi que de l'Universidade Eduardo Mondlane et du ministère des Pêches (Mozambique) dans le but de contribuer à la sécurité alimentaire du Mozambique. L'Agence canadienne de développement international (ACDI) avait appuyé un projet semblable au Brésil. Dans le cadre de ce projet, des Brésiliens ont reçu une formation sur les techniques d'élevage sous-marin, leur permettant ainsi de combler leurs besoins alimentaires et ceux des gens de leur milieu. Sur la lancée de cette réussite et pour partager leur savoir-faire et leurs compétences, des spécialistes de l'Université de Victoria et du Brésil se rendront au Mozambique pour prendre part à ce projet.

"Ce partenariat représente un transfert des rôles du développement, fait remarquer le professeur Jack Littlepage du Centre d'études mondiales de l'Université de Victoria et codirecteur de ce projet. Depuis plus d'une dizaine d'années, l'Université de Victoria contribuait à la réalisation de projets de développement de l'aquaculture au Brésil, et maintenant nous avons l'occasion de travailler avec des partenaires universitaires et gouvernementaux brésiliens afin que le Mozambique profite des mêmes avantages qu'ont connus les localités côtières du Brésil : la sécurité de la production alimentaire, de meilleures possibilités de développement économique et social et, par-dessus tout, une appréciation du milieu marin."

Grâce à ce projet, les Mozambicains apprendront les meilleures méthodes d'élevage sous-marin en zone côtière et seront sensibiliser aux effets de la pollution sur les mollusques et les crustacés et d'autres espèces marines le long des côtes. Ainsi renseignés, les participants au projet contribueront à changer les comportements face aux écosystèmes des zones côtières. Ainsi que le démontre l'expérience au Brésil, les méthodes d'élevage sous-marin respectueuses de l'environnement permettent de rééquilibrer les écosystèmes et d'y attirer à nouveau les poissons.

En plus de permettre au Mozambicain ordinaire de prendre davantage en main la production alimentaire ? la meilleure façon d'assurer la sécurité alimentaire ?, cette initiative favorise également la participation des femmes, au moyen d'ateliers et de coopératives de femmes.

Ce financement est fourni par l'intermédiaire de l'ACDI, dans le cadre du programme Partenariats universitaires en coopération et développement (PUCD), administré par l'Association des universités et collèges du Canada. Veuillez consulter la fiche d'information ci-jointe pour obtenir de plus amples renseignements.


FICHE D'INFORMATION

LE GOUVERNEMENT DU CANADA APPUIE LE TRAVAIL DE L'UNIVERSITE DE VICTORIA POUR AMELIORER LA QUALITE DE VIE DES MOZAMBICAINS

Le gouvernement du Canada a accordé aujourd'hui un financement d'un million de dollars à l'Université de Victoria pour réaliser le Southern Oceans Education and Development project (SOED), un projet de formation et de développement dans les zones côtières du sud au Mozambique. Ce projet aidera les gens des collectivités du Mozambique à acquérir les compétences et les connaissances requises pour assurer l'expansion de l'aquaculture, en tirant parti d'un programme fructueux semblable mené à bien par le passé au Brésil et qu'avait appuyé l'Agence canadienne de développement international (ACDI). En plus de contribuer à l'approvisionnement plus soutenu en nourriture des localités côtières, ce projet offre un bon exemple de la façon dont des partenariats novateurs sont issus du développement durable et y contribuent.

Le Mozambique témoigne de son engagement à éliminer la pauvreté par la réforme économique et la coopération avec les pays donateurs. Malgré les progrès qu'il a accompli, le Mozambique demeure l'un des plus pauvres pays de la terre, aux prises avec d'énormes écarts de revenus et disparités entre les régions et de grandes inégalités entre les femmes et les hommes. Le pays possède d'enviables ressources naturelles, mais la sécheresse et les inondations menacent l'approvisionnement constant en nourriture.

Pour tirer parti des réussites canadiennes au plan du développement dans d'autres pays, l'Université de Victoria reproduit au Mozambique un projet semblable à une initiative menée à bien au Brésil il y a quelques années et que l'ACDI avait financée. Ce projet avait contribué à réduire la pauvreté dans les localités de pêcheurs artisans du Nord-Est du Brésil grâce à une formation en techniques d'élevage sous-marin. Des Brésiliens qui ont bénéficié de cette formation travailleront en partenariat avec des spécialistes de l'Université de Victoria pour assurer la formation des Mozambicains.

Ce projet réunit des partenaires de l'Université de Victoria, de l'Universidade Federal de Santa Catarina (Brésil) ainsi que de l'Universidade Eduardo Mondlane et du ministère des Pêches (Mozambique) dans le but de contribuer à la sécurité alimentaire du Mozambique. Par ce projet, le Brésil donnera suite à ses engagements prioritaires en matière d'aide au développement en faisant profiter les éducateurs mozambicains de ce qu'ils ont eux-mêmes appris dans le cadre de l'initiative brésilienne antérieure, en plus d'aider le gouvernement mozambicain à enrichir ses connaissances et se doter des politiques pour stimuler l'aquaculture et faciliter le développement de programmes communautaires.

Grâce à ce projet, les Mozambicains apprendront les meilleures méthodes d'élevage sous-marin en zone côtière et seront sensibiliser aux effets de la pollution sur les mollusques et les crustacés et d'autres espèces marines le long des côtes. Ainsi renseignés, les participants au projet contribueront à changer les comportements face aux écosystèmes des zones côtières. Ainsi que le démontre l'expérience au Brésil, les méthodes d'élevage sous-marin respectueuses de l'environnement permettent de rééquilibrer les écosystèmes et d'y attirer à nouveau les poissons.

En plus de permettre au Mozambicain ordinaire de prendre davantage en main la production alimentaire - la meilleure façon d'assurer la sécurité alimentaire -, cette initiative favorise également la participation des femmes, au moyen d'ateliers et de coopératives de femmes. Au Mozambique, la pêche est un métier traditionnellement réservé aux hommes, qui partent en mer pendant plusieurs jours, accompagnés souvent de leurs enfants. L'aquaculture permet aux femmes de participer à ce secteur d'activité près de la côte, de sorte que les enfants qui restent avec elles puissent également continuer d'aller à l'école.

En outre, dans le cadre de ce projet, cinq Mozambicains suivent un cours à un centre moderne de formation portant sur la culture de la crevette de l'université brésilienne qui participe au projet. D'autres activités sont également prévues, notamment afin d'apporter des améliorations à la bibliothèque et au laboratoire de l'Universidade Eduardo Mondlane du Mozambique et de mettre au point un site Web ? toujours en vue du partage du savoir en matière d'aquaculture.

Le projet est financé par l'intermédiaire de l'ACDI, dans le cadre du programme Partenariats universitaires en coopération et développement (PUCD), administré par l'Association des universités et collèges du Canada (AUCC).

Renseignements

  • Cabinet de la ministre de la Coopération internationale
    Véronique Bruneau
    Attachée de presse
    819-953-6238
    ou
    Agence canadienne de développement international (ACDI)
    Bureau des relations avec les médias
    819-953-6534
    info@acdi-cida.gc.ca
    http://www.acdi.gc.ca (version électronique du document)