Gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

15 oct. 2010 15h00 HE

Le gouvernement du Canada appuie l'innovation dans le secteur de l'automobile

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 15 oct. 2010) - Le député de Mississauga-Erindale, Bob Dechert, a souligné aujourd'hui l'octroi d'un nouveau financement de 243 000 $ sur cinq ans à l'Université de Toronto. Ce financement, qui a été annoncé en vertu du Partenariat automobile du Canada, favorisera la mise au point d'un système de stockage d'énergie destiné à réduire la production d'émissions lors du démarrage des véhicules. Les fonds consentis dans le cadre du Partenariat contribueront aussi à renforcer l'économie canadienne à long terme.

« Notre gouvernement reconnaît que l'industrie de l'automobile doit disposer d'une vision claire et d'un leadership bien établi. Il a créé le Partenariat automobile du Canada afin d'aider celle-ci à produire des véhicules plus écologiques et plus performants, a déclaré le député Dechert. Cette initiative favorisera la création d'emplois et contribuera à renforcer l'économie pour les générations futures. »

Plus tôt aujourd'hui, le ministre de l'Industrie, l'honorable Tony Clement, a annoncé l'octroi de plus de 14,9 millions de dollars sur cinq ans au titre du Partenariat automobile du Canada afin d'appuyer la réalisation de quatre projets de recherche-développement dans le secteur de l'automobile. Au total, ces projets sont estimés à 28,6 millions de dollars.

« Les chercheurs des universités canadiennes possèdent les compétences voulues pour trouver des solutions durables aux enjeux particuliers présents dans l'industrie de l'automobile, a affirmé la présidente du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, Mme Suzanne Fortier. Dans le cadre de ces projets, les chercheurs s'emploieront à mettre au point la prochaine génération d'automobiles en trouvant des solutions favorables à la commercialisation des véhicules électriques. Ils amélioreront également le rendement des moteurs au gaz naturel. »

L'investissement d'aujourd'hui est un autre bel exemple des efforts que fait le gouvernement pour travailler en partenariat afin d'accélérer le développement et l'adoption de technologies numériques novatrices dans tous les secteurs économiques.

Annoncé en avril 2009 par le ministre Clement, le Partenariat automobile du Canada est une initiative de 145 millions de dollars sur cinq ans qui appuie la recherche-développement réalisée en collaboration afin d'aider l'industrie canadienne de l'automobile à innover davantage. Les partenaires de l'industrie jouent un rôle de premier plan dans cette initiative en fournissant à la fois un appui financier et des dons en produits et services, afin d'assurer le succès des projets de recherche. Trois projets de recherche ont été approuvés antérieurement et visent à réduire le poids des véhicules en utilisant davantage de pièces en plastique dans les moteurs, à améliorer l'efficacité des transmissions et à promouvoir l'emploi de techniques de pointe dans des véhicules électriques capables de franchir de plus grandes distances.

Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada est un organisme fédéral dont la vision est d'aider à faire du Canada un pays de découvreurs et d'innovateurs, au profit de tous les Canadiens. Il appuie quelque 28 000 étudiants universitaires et stagiaires postdoctoraux dans leurs études supérieures. Le Conseil fait la promotion de la découverte en offrant un appui financier à plus de 11 800 professeurs d'université chaque année et favorise l'innovation en incitant plus de 1 500 entreprises canadiennes à investir dans les projets de recherche des établissements postsecondaires et à y participer.

Document d'information
Partenariat automobile du Canada
 

Le Partenariat automobile du Canada (PAC) est une initiative quinquennale (2009-2014), dotée d'un financement de 145 millions de dollars qui vise à appuyer les activités de recherche et développement (R et D) coopérative importantes et axées sur l'industrie, qui auront des retombées sur l'industrie automobile canadienne.

Le PAC est financé par les partenaires suivants :

  • le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (85 millions de dollars);
  • le Conseil national de recherches Canada (30 millions de dollars);
  • la Fondation canadienne pour l'innovation (15 millions de dollars);
  • le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (5 millions de dollars);
  • le Programme de chaires d'excellence en recherche du Canada (10 millions de dollars).

Domaines de recherche

Un groupe de travail sur l'industrie automobile a orienté l'élaboration du partenariat, en déterminant, entre autres, les priorités de recherche, groupées selon trois thèmes stratégiques. La recherche appuyée doit s'inscrire dans au moins l'un des trois domaines prioritaires énoncés ci-dessous.

  • Amélioration de la performance environnementale de l'automobile et réduction de son empreinte écologique
  • La voiture intelligente
  • Fabrication de la prochaine génération

Les quatre nouveaux projets de recherche approuvés dans le cadre du PAC contribueront à trouver des façons de favoriser l'adoption à grande échelle des véhicules électriques, à améliorer les technologies de moteurs au gaz naturel, à fournir des logiciels d'ingénierie destinés aux concepteurs d'automobiles, ainsi qu'à faciliter le stockage et la réutilisation d'énergie thermique à bord des véhicules.

1) NECSIS : Network for the Engineering of Complex Software Intensive Systems for Automotive Systems

McMaster University, General Motors du Canada, IBM Canada et Malina Software (Maibaum)

Investissement du gouvernement du Canada dans le cadre du PAC : 10 575 000 $

Le Network for the Engineering of Complex Software Intensive Systems for Automotive Systems (NECSIS) s'attaquera aux obstacles et permettra d'acquérir de nouvelles capacités en matière d'ingénierie dirigée par les modèles (IDM) qui ouvriront la voie au développement de la prochaine génération de méthodes et d'outils d'IDM. Le projet sera axé sur la mise sur pied du réseau stratégique consacré à l'ingénierie de systèmes complexes à fort contenu logiciel pour les applications automobiles, plutôt que sur l'élaboration d'une technologie. Les percées réalisées dans le domaine aideront les constructeurs à se préparer en vue des complexités auxquelles ils feront face dans la mise en œuvre de nouvelles composantes d'automobiles, en particulier l'électrification des véhicules. Ce projet suscitera une véritable transformation au chapitre des capacités en matière d'IDM et du développement efficace de logiciels dans le secteur automobile.

General Motors du Canada, qui figure parmi les principaux partenaires industriels du réseau, est l'une des rares entreprises en Amérique du Nord à construire de gros systèmes logiciels complexes faisant appel aux technologies d'IDM. Le Canada est donc particulièrement bien placé pour prendre les rênes de cette recherche. Non seulement son bassin de chercheurs en génie logiciel extrêmement compétents est l'un des plus vastes au monde, mais ces chercheurs ont aussi l'expérience de l'industrie et ils possèdent une solide expertise dans les disciplines connexes, notamment les langages de programmation, les systèmes intégrés, les facteurs humains et la science cognitive.

2) Prochaine génération de véhicules électriques : élaboration de technologies clés et essais complets de véhicules

University of Waterloo, General Motors et Maplesoft (Khajepour)

Investissement du gouvernement du Canada dans le cadre du PAC : 3 568 000 $

Ce projet vise à surmonter bon nombre des difficultés, cernées par General Motors, qui nuisent à l'adoption généralisée des véhicules électriques. Il faut notamment développer et valider des technologies habilitantes clés, telles que le contrôle de la stabilité des véhicules, les systèmes de gestion de la consommation d'énergie et les dispositifs de surveillance et de charge des batteries. En outre, les chercheurs développeront des outils de conception novateurs qui rationaliseront le processus de la conception à la commercialisation pour réduire le temps et le coût de production de véhicules électriques au Canada. Collectivement, ces progrès atténueront grandement les répercussions environnementales tout en accélérant la fabrication de véhicules électriques et de systèmes connexes au pays.

3) Moteur de grosse cylindrée à injection directe haute pression de gaz naturel à très faibles émissions

University of British Columbia et Westport Innovations (Rogak)

Investissement du gouvernement du Canada dans le cadre du PAC : 499 824 $

La recherche vise à appuyer le développement et la commercialisation soutenus de technologies de moteurs au gaz naturel. La University of British Columbia a établi une solide collaboration avec Westport Innovations, chef de file mondial des injecteurs mixtes diesel-gaz naturel.

Les moteurs au gaz naturel à allumage par compression peuvent générer très peu d'émissions et s'avérer une option viable pour réduire les coûts d'utilisation et les émissions de gaz à effet de serre dans de nombreuses applications industrielles. Pour demeurer concurrentielle, la technologie mise au point par Westport Innovations doit mettre à profit les avancées sur le front des moteurs de grosse cylindrée classiques et explorer des questions fondamentales propres à la combustion du gaz naturel. Les efforts sont principalement concentrés sur les essais de moteurs monocylindriques, mais la visualisation et la modélisation de l'injection joueront un rôle important en aidant à comprendre les causes élémentaires de la formation de suie et à déterminer les composants de moteur et les paramètres de fonctionnement nécessaires pour limiter grandement les émissions de suie dans un large éventail de conditions d'utilisation.

4) Système novateur de stockage d'énergie thermique à bord des automobiles

University of Toronto et Dana Canada Corporation

Investissement du gouvernement du Canada dans le cadre du PAC : 234 000 $

Ce projet a pour objet d'élaborer un système de stockage d'énergie novateur pour les automobiles qui réutilise l'énergie thermique perdue. Le système contribuerait à réduire les émissions au démarrage tout en raccourcissant, grâce au réchauffement actif des fluides, la période pendant laquelle le groupe motopropulseur froid consomme davantage de carburant. Cette technologie devrait susciter un intérêt encore plus grand pour les véhicules hybrides et électriques. L'étude vise à mettre au point un réacteur à oxyde métallique-hydroxyde approprié pour stocker et libérer efficacement l'énergie des gaz d'échappement d'un moteur à combustion interne. Les chercheurs compareront la fonctionnalité d'améliorations connues et viables avec une nouvelle technologie de stockage de chaleur.

Renseignements

  • Cabinet de l'honorable Tony Clement
    Ministre de l'Industrie
    Lynn Meahan - Attachée de presse
    613-995-9001
    ou
    Industrie Canada
    Relations avec les médias
    613-943-2502
    ou
    Conseil de recherches en sciences naturelles
    et en génie du Canada
    Shannon Cobb-Agente des relations avec les médias
    et des affaires publiques
    613-996-3861
    shannon.cobb@nserc-crsng.gc.ca