AGENCE CANADIENNE DE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL - ACDI

AGENCE CANADIENNE DE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL - ACDI

30 nov. 2007 12h27 HE

Le gouvernement du Canada appuie un projet de l'Université de Montréal qui permettra de mieux nourrir les familles de Madagascar

SAINT-HYACINTHE, QUEBEC--(Marketwire - 30 nov. 2007) - Aujourd'hui, l'honorable Christian Paradis, secrétaire d'Etat à l'Agriculture et député de Mégantic-l'Erable, a annoncé au nom de l'honorable Beverley J. Oda, ministre de la Coopération internationale, que le gouvernement du Canada accorde un financement de près d'un million de dollars à la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal à Saint-Hyacinthe pour réaliser un projet visant à améliorer la santé du bétail à Madagascar.

"Je suis fière d'appuyer le travail de l'Université de Montréal à Madagascar, a déclaré la ministre Oda. Dans plusieurs pays, la faim et la malnutrition sont souvent les causes principales de maladies. Ce projet permettra l'amélioration des pratiques vétérinaires et des soins des animaux d'élevage dans plusieurs régions rurales du pays. Les fermiers locaux pourront ainsi améliorer la santé de leur bétail et mieux nourrir leurs familles."

"L'appui de notre gouvernement à ce projet reflète bien notre engagement à aider de façon concrète et efficace les pays en développement, a affirmé le secrétaire d'Etat Paradis. Les maskoutains et tous les Québécois et Canadiens ont raison d'être fiers de la contribution de nos experts vétérinaires et nos agriculteurs à bâtir un monde meilleur en partageant leurs connaissances et leurs techniques."

Dans le cadre de ce projet, l'Université de Montréal améliorera le programme vétérinaire de l'Université d'Antananarivo à Madagascar, grâce à la réorganisation de son programme actuel de premier cycle, la mise sur pied d'un programme de formation continue destiné aux vétérinaires praticiens et la sensibilisation des agriculteurs aux pratiques vétérinaires actuelles.

"Le soutien que nous apportons à nos collègues de l'Université d'Antananarivo permet non seulement d'améliorer de façon concrète l'enseignement de la médecine vétérinaire à Madagascar mais il enrichit aussi nos chercheurs et nos étudiants par le contact avec des réalités bien différentes de ce qu'ils connaissent ici", a dit le Dr Jean Sirois, doyen de la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal. En somme, ces collaborations croisées sont au cour de la médecine vétérinaire actuelle : internationales, interdisciplinaires et soucieuses d'améliorer la santé animale et humaine."

Ciblant quatre régions agricoles précises de Madagascar, ces efforts favoriseront la modernisation des pratiques vétérinaires et des soins prodigués aux animaux d'élevage en milieu rural, permettant ainsi aux agriculteurs locaux de mieux nourrir leur famille. Afin de s'assurer que le programme vétérinaire répond aux besoins des agriculteurs, le projet comportera aussi une étude portant sur les besoins et les pratiques agricoles dans 12 villages.

Cet appui du gouvernement du Canada se réalise dans le cadre du programme Partenariats universitaires en coopération et développement (PUCD) de l'Agence canadienne de développement international (ACDI), programme géré par l'Association des Universités et Collèges du Canada (AUCC).


Fiche d'information

Novembre 2007

Le gouvernement du Canada appuie l'Université de Montréal et son projet visant à améliorer la santé humaine et animale à Madagascar

Le gouvernement du Canada a annoncé aujourd'hui un appui financier de 999 884 $ à l'Université de Montréal pour son projet visant à améliorer la qualité de vie de la population de Madagascar.

Cet appui du gouvernement du Canada se réalise dans le cadre du programme Partenariats universitaires en coopération et développement (PUCD) de l'Agence canadienne de développement international (ACDI), programme géré par l'Association des Universités et Collèges du Canada (AUCC).

Le partenariat des Universités de Montréal et d'Antananarivo (Madagascar) vise à accroître la sécurité alimentaire en favorisant l'échange de connaissances sur les pratiques vétérinaires et les soins à prodiguer au bétail.

La collaboration entre les vétérinaires et les agriculteurs permettra d'augmenter la disponibilité de protéines alimentaires d'origine animale, assurant ainsi une plus grande stabilité des approvisionnements alimentaires.

Les principaux résultats escomptés sont de renforcer la capacité du programme en études vétérinaires de l'Université d'Antananarivo dans son programme régulier et celui de la formation continue, d'améliorer les soins offerts par les vétérinaires et les agriculteurs aux animaux de consommation et d'inciter les agriculteurs malgaches à utiliser une part suffisante de leur production animale pour mieux alimenter leur famille, en particulier les enfants et les femmes.

Les principales activités concernent la révision du diplôme de premier cycle actuel, la mise sur pied de formations continues pour les vétérinaires praticiens, la mise en place d'un processus d'éducation auprès des agriculteurs, la réalisation d'une étude de base sur la réalité quotidienne agricole dans 12 villages et le développement d'outils d'éducation pour la population rurale.

L'absence de sécurité alimentaire aggrave les problèmes liés à presque tous les cercles vicieux qui perpétuent la pauvreté en Afrique. L'accès à une alimentation saine et adéquate est essentiel, non seulement à la vitalité de chaque personne, mais aussi pour diminuer les inégalités économiques et sociales.

- Les collectivités sans accès fiable à la nourriture, ou à la technologie permettant d'accroître l'efficience des exploitations agricoles, se trouvent souvent forcées à adopter des pratiques qui dégradent l'environnement qui les fait vivre.

- Les femmes assurent près de 70 % de la production alimentaire dans le monde, mais elles exercent moins de contrôle sur l'utilisation des terres que les hommes et souvent, leur accès à la nourriture est considéré moins prioritaire dans leur propre foyer.

- La faim est souvent la cause profonde des maladies qui affligent disproportionnellement les pauvres, alors que la maladie réduit la capacité des collectivités à produire de la nourriture.

- Lorsque la nourriture produite localement ne contient pas tous les micronutriments nécessaires, même les personnes qui mangent à leur faim risquent de souffrir de malnutrition.

Les avantages à long terme du projet de partenariat entre l'Université de Montréal et l'Université de Antananarivo se multiplieront par la promotion de la prise en charge locale - en transmettant ce savoir aux agriculteurs et aux personnes qui travaillent avec eux.

Renseignements

  • Cabinet de la ministre de la Coopération internationale
    Véronique Bruneau
    Attachée de presse
    819-953-6238
    ou
    Agence canadienne de développement international (ACDI)
    Bureau des relations avec les médias
    819-953-6534
    info@acdi-cida.gc.ca
    http://www.acdi.gc.ca (version électronique du document)
    ou
    Secrétaire d'Etat à l'Agriculture
    Mark Quinlan
    Directeur des communications
    613-759-1063
    ou
    Communications - Université de Montréal
    Sophie Langlois
    514-343-7704
    sophie.langlois@umontreal.ca