Pêches et Océans Canada

Pêches et Océans Canada

16 nov. 2016 14h50 HE

Le gouvernement du Canada et ses partenaires du Nord annoncent une nouvelle zone de protection marine dans l'Arctique

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 16 nov. 2016) - Le Canada abrite plusieurs milieux marins uniques qui, en raison de la sensibilité de leurs écosystèmes et de l'augmentation de la pression humaine, ont besoin d'être conserves et protégés au bénéfice de notre faune aquatique naturelle et de tous les Canadiens.

Aujourd'hui, Michael McLeod, député des Territoires du Nord-Ouest, accompagné de l'honorable Dominic LeBlanc, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, a annoncé l'établissement d'une nouvelle zone de protection marine dans l'Arctique. Située dans la mer de Beaufort près de la communauté de Paulatuk, dans les Territoires du Nord-Ouest, la zone de protection marine d'Anguniaqvia niqiqyuam a été créée en collaboration avec les Inuvialuits, de même que les partenaires de l'industrie, les organisations non gouvernementales, et d'autres intervenants.

Cette zone de protection marine, nouvellement reconnue, a été désignée en se fondant sur les meilleures données scientifiques disponibles, qui attestent que la zone est extrêmement productive sur le plan écologique et procure un habitat essentiel à de nombreuses espèces marines, telles que l'omble chevalier, le béluga, l'ours polaire, le phoque annelé, la morue, le phoque barbu, et divers oiseaux. De plus, la zone abrite également la seule colonie de Guillemots de Brünnich dans l'ouest de l'Arctique canadien, et offre une aire d'alimentation pour le tout proche refuge d'oiseaux migrateurs du cap Parry. Il s'agit de la toute première zone de protection marine du Canada qui est assortie d'objectifs de conservation basés spécifiquement sur le savoir traditionnel autochtone.

En vue de maintenir en bon état écologique et de préserver le milieu marin et les espèces de la zone de protection marine d'Anguniaqvia niqiqyuam, on y interdit toute activité qui perturbe, endommage, détruit ou enlève tout organisme marin vivant ou toute partie de son habitat dans la zone attribuée, à l'exception de quelques activités qui s'avèrent vitales pour assurer la prospérité à long terme de la communauté locale, telles que les activités de navigation et de dragage, ayant pour objectif de réapprovisionner la collectivité. La désignation de cette nouvelle zone de protection marine marque une importante étape dans l'engagement que le Canada a pris pour atteindre ses objectifs de conservation, pour protéger 5 % des zones côtières et marines d'ici 2017, et 10 % d'ici 2020.

Citations

« L'annonce d'aujourd'hui de désigner comme zone de protection marine la zone d'Anguniaqvia niqiqyuam est un exemple concret de l'engagement du gouvernement du Canada à atteindre nos objectifs de conservation, visant à protéger 10 % de nos zones côtières et marines d'ici 2020. C'est également un bel exemple des partenariats intégrés qu'il est nécessaire de créer avec les collectivités côtières locales, afin de réaliser des objectifs de conservation significatifs. Je suis impatient de collaborer de façon durable avec les Inuvialuits alors que nous poursuivons l'importante tâche de conservation marine dans l'Arctique canadien. »

- L'honorable Dominic LeBlanc, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

« L'engagement des Inuvialuits envers la zone de protection marine illustre bien notre culture et nos priorités qui visent à préserver l'écosystème marin. Cela réaffirme l'obligation qu'ont les Inuvialuits et le gouvernement du Canada de travailler en toute collaboration pour mettre en œuvre l'Accord final inuvialuit : Préserver l'identité culturelle et les valeurs des Inuvialuits dans une société nordique en constante évolution. »

- Duane Smith, Société régionale inuvialuite

« Comme pour la zone de protection marine de Tarium Niryutait, le Comité mixte de gestion de la pêche (CMGP) sera un ardent participant dans la gestion de la ZPM d'Anguniaqvia niqiqyuam, afin d'appuyer les objectifs visant à maintenir et à préserver le milieu marin et les espèces marines, conformément au troisième principe de l'Accord final inuvialuit, selon lequel l'objectif est de : « protéger et préserver la faune, le milieu et la productivité biologique de l'Arctique ». Le CMGP appuie la désignation de la ZPM d'Anguniaqvia niqiqyuam et souhaiterait compléter l'action menée par les membres du Comité de chasseurs et de trappeurs de Paulatuk, de la Société communautaire de Paulatuk, les citoyens de Paulatuk, le CIGG, la Société régionale inuvialuite, le Comité directeur des ZPM de l'Arctique de l'Ouest, et le personnel du MPO et du CMGP, qui a travaillé très dur pour que cette ZPM d'Anguniaqvia niqiqyuam puisse voir le jour. »

- Gerald Inglangasuk, membre inuvialuit du CMGP, Comité mixte de gestion de la pêche

« C'est si bon de voir que nous - les Inuvialuits - pouvons collaborer avec nos partenaires, en l'occurrence le MPO, pour travailler ensemble afin de protéger des zones, qui ont été identifiées par notre peuple et qui sont importantes pour nous, pour la faune, l'environnement et l'écosystème marin. » Patrick Gruben, Le Conseil inuvialuit de gestion du gibier « Anguniaqvia niqiqyuam constitue une importante étape pour nous aider, nous - le peuple inuvialuit de la terre, de l'eau et des cieux, vivant de ce que le Créateur lui offre - de protéger et de préserver les traditions, la culture, la biodiversité et tout ce qui nous permet d'exister. »

- Lawrence Ruben, Le Comité de chasseurs et de trappeurs de Paulatuk

« Le gouvernement du Canada est fier d'effectuer cette avancée importante pour assurer la protection de cet habitat essentiel dans l'Arctique, qui abrite un riche éventail de poissons, de mammifères marins et d'autres espèces. Cette réussite est un bel exemple de ce qu'on peut accomplir lorsque nous travaillons ensemble, car la collaboration avec les collectivités locales s'avère fondamentale pour continuer à préserver nos écosystèmes et nos espèces marines. »

- Michael McLeod, député des Territoires du Nord-Ouest

Faits en bref

  • Le gouvernement du Canada est résolu à accroître la protection environnementale de ses zones côtières et marines et travaille pour que leur nombre total atteigne 5 % d'ici, et 10 % d'ici 2020.
  • Le budget de 2016 a proposé 123,7 millions de dollars sur cinq ans pour appuyer les activités de conservation marine, y compris la désignation de nouvelles zones de protection marine en vertu de la Loi sur les océans, et pour continuer le travail visant à créer de nouveaux parcs nationaux ainsi que de nouvelles aires marines nationales de conservation (AMNC), y compris l'AMNC du détroit de Lancaster, au Nunavut, et le parc national Thaidene Nene, dans les Territoires du Nord-Ouest.
  • Anguniaqvia niqiqyuam a été nommé ainsi, en l'honneur de Nelson Green, originaire de Paulatuk, dans les Territoires du Nord-Ouest, qui fut un Aîné inuvialuit très respecté.
  • La collaboration avec les communautés locales pour établir la zone de protection marine proposée d'Anguniaqvia niqiqyuam a pu se faire grâce au partenariat de la mer de Beaufort et comprenait la participation de la Société régionale inuvialuite, le Comité mixte de gestion de la pêche, le Conseil inuvialuit de gestion du gibier, le Comité de chasseurs et de trappeurs de Paulatuk et le ministère de Pêches et Océans Canada.
  • Anguniaqvia niqiqyuam constitue la deuxième zone de protection marine officiellement établie dans l'Arctique, après celle de Tarium Niryutait désignée en août 2010.

Produit connexe

La zone de protection marine d'Anguniaqvia niqiqyuam

Lien associé

Pour plus d'information sur les zones de protection marine et les sites d'intérêt existants, veuillez consulter : http://www.dfo-mpo.gc.ca/oceans/mpa-zpm-aoi-si-eng.html

Internet : www.dfo-mpo.gc.ca

Suivez-nous sur Twitter! www.Twitter.com/MPO_DFO

Renseignements

  • Relations avec les médias
    Pêches et Océans Canada
    Ottawa (Ontario)
    613-990-7537
    Media.xncr@dfo-mpo.gc.ca

    Cabinet du ministre
    Pêches et Océans Canada
    613-992-3474