Agence des services frontaliers du Canada

Agence des services frontaliers du Canada

21 juil. 2011 10h00 HE

Le gouvernement du Canada fait appel aux Canadiens et aux Canadiennes pour appliquer la loi canadienne en matière d'immigration

Le gouvernement ne tolèrera pas la présence de criminels de guerre dans les collectivités

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 21 juillet 2011) - Aujourd'hui, le gouvernement Canadien a fait appel aux Canadiens et aux Canadiennes afin d'identifier 30 personnes accusées, ou complices, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, qui se cacheraient dans des collectivités partout au Canada. Vic Toews, ministre de la Sécurité publique, Jason Kenney, ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme, et Luc Portelance, président de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), en ont fait l'annonce à Toronto.

« Nous avons tous et toutes un rôle à jouer pour assurer la sécurité de nos collectivités, et aujourd'hui nous faisons appel aux Canadiens et aux Canadiennes, a dit le ministre Toews. En divulguant le nom de personnes qui demeurent illégalement au Canada et qui sont complices de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, nous espérons obtenir de nouveaux renseignements qui aideront nos agents d'application de la loi à trouver ces personnes et à les renvoyer du Canada. »

Le Canada est reconnu sur la scène internationale pour son rôle de leadership dans les efforts mondiaux visant à tenir les personnes soupçonnées, ou complices, d'atteintes graves aux droits de la personne responsables de leurs crimes, en collaboration avec d'autres pays et les tribunaux internationaux.

« Les Canadiens et Canadiennes ont clairement confié à notre gouvernement le mandat de préserver l'intégrité de notre système d'immigration. Les gens qui ont commis des crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité ne trouveront pas refuge sur nos côtes, affirme le ministre Kenney. S'ils arrivent ici clandestinement, ils seront repérés et identifiés, et en subiront les conséquences. »

L'ASFC, Citoyenneté et Immigration Canada, le ministère de la Justice Canada et la Gendarmerie royale du Canada travaillent en collaboration avec leurs partenaires internationaux pour veiller à ce que les personnes qui ont commis de tels crimes ne puissent pas se réfugier au Canada.

« Nous espérons qu'en faisant appel au public aujourd'hui, nous augmenterons la capacité de l'ASFC et de ses partenaires à traiter efficacement les personnes qui ont pris part à ces actes, a dit le président Portelance. Le ministre de la Sécurité publique, le ministre de la Citoyenneté, de l'Immigration et du Multiculturalisme et moi, sommes ici pour encourager le public à communiquer à l'ASFC toute information sur des infractions à la loi canadienne en matière d'immigration ou sur des activités suspectes à la frontière en téléphonant à la ligne sans frais de surveillance frontalière ou à leur service de police local. »

Le gouvernement du Canada maintient sa vigilance à la frontière et partout dans le monde, augmentant ainsi la sécurité des collectivités et de la population au pays.

Aidez-nous à assurer la sécurité de la frontière canadienne. Si vous détenez de l'information sur les personnes affichées sur le site Web de l'Agence, sur des activités suspectes à la frontière ou sur des infractions en matière d'immigration, veuillez téléphoner à la ligne sans frais de surveillance frontalière de l'ASFC au 1-888-502-9060.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, visiter le site Web de l'ASFC au http://www.cbsa-asfc.gc.ca/wc-cg/menu-fra.html.

Renseignements

  • Relations avec les médias
    Agence des services frontaliers du Canada
    613-957-6500