Agriculture et Agroalimentaire Canada

Agriculture et Agroalimentaire Canada

24 juin 2011 15h03 HE

Le gouvernement du Canada fait la promotion du libre marché et de l'innovation sur la scène internationale

ROME, ITALIE--(Marketwire - 24 juin 2011) -

Note aux rédacteurs : Des photos sont associées à ce communiqué de presse.

Le ministre de l'Agriculture Gerry Ritz termine une autre série de missions commerciales visant à promouvoir les objectifs agricoles du Canada, cette fois-ci lors de la première réunion des ministres de l'Agriculture du G20, de la conférence de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et du sommet de l'Alliance mondiale de recherche (AMR).

"Notre gouvernement veille à ce que l'industrie canadienne de l'agriculture demeure compétitive et novatrice, a déclaré le ministre Ritz. Il est essentiel de promouvoir l'innovation et le commerce libéré de toute entrave dans le cadre de forums internationaux comme le G20 pour améliorer la rentabilité des agriculteurs canadiens, accroître la sécurité alimentaire mondiale et protéger notre environnement."

À Paris, le ministre Ritz a participé à la réunion des ministres de l'Agriculture du G20, où il a appuyé le plan d'action qui encourage davantage de commerce et d'innovation, ce qui se traduit pour le Canada par l'utilisation de la science comme la biotechnologie pour accroître la production alimentaire, améliorer la variété et les qualités nutritives des aliments et créer de nouveaux débouchés commerciaux.

Le ministre Ritz a également participé au premier sommet ministériel de l'Alliance mondiale de recherche, qui s'est tenu à Rome; il y a présenté et signé la charte fondatrice et a reçu la confirmation que l'offre du Canada d'être l'hôte de la réunion du conseil de l'Alliance en 2012 a été acceptée. Il a annoncé l'approbation du premier groupe de projets, d'une valeur de 16 millions de dollars, du Programme de lutte contre les gaz à effet de serre en agriculture. Ces projets aideront les agriculteurs à réduire le coût des intrants et à améliorer la durabilité environnementale.

"Les agriculteurs canadiens savent mieux que quiconque qu'un environnement durable est essentiel à leur succès continu, a ajouté le ministre Ritz. Grâce à la recherche concertée et à l'innovation, l'Alliance mondiale de recherche aidera les agriculteurs du Canada et de partout dans le monde à apprendre comment produire plus d'aliments de façon plus efficace."

Dimanche, le ministre Ritz assistera à la conférence de la FAO pendant laquelle le Canada participera à l'élection du prochain directeur général de la FAO. Il travaillera également à renforcer le rôle des organismes de normalisation, comme le Codex et la Convention internationale pour la protection des végétaux, qui rendent équitables les règles du jeu internationales pour tous.

Le ministre Ritz a profité de ces forums pour rencontrer ses homologues de divers pays, notamment l'Inde, le Japon, le Mexique et les Émirats arabes unis, afin de discuter d'enjeux commerciaux agricoles clés. Le ministre Ritz a également fait valoir l'importance de la participation des ministres à la réunion ministérielle du Groupe de Cairns, qui aura lieu du 7 au 9 septembre 2011, à Saskatoon, au Canada.

DOCUMENT D'INFORMATION – PLGESA

À propos de l'Alliance mondiale de recherche

Le Canada est l'un des membres fondateurs de l'Alliance mondiale de recherche, un réseau international de plus de 30 pays membres qui collaborent à la recherche agricole sur l'atténuation des émissions de gaz à effet de serre et sur les pratiques de gestion bénéfiques pour les agriculteurs du Canada et de partout dans le monde. Lors du lancement de l'Alliance mondiale de recherche, le Canada a annoncé qu'il investirait 27 millions de dollars dans ce réseau.

À propos du Programme de lutte contre les gaz à effet de serre en agriculture

Le Programme de lutte contre les gaz à effet de serre en agriculture est la contribution initiale du Canada à l'Alliance mondiale de recherche. Le Programme aidera les entreprises agricoles canadiennes à devenir plus concurrentielles et profitables grâce à l'adoption de pratiques de gestion bénéfiques plus accessibles, qui aident à atténuer les émissions de gaz à effet de serre. Un montant initial de 16 millions de dollars a été approuvé pour 13 projets, et ce financement permettra aux agriculteurs, au secteur agricole et à la communauté universitaire de travailler à un objectif commun, soit l'avancement de la recherche, du transfert technologique et de l'adoption de pratiques de gestion bénéfiques en vue d'atténuer les émissions de gaz à effet de serre en agriculture.

Les projets tiennent compte des secteurs prioritaires de l'Alliance mondiale de recherche, soit les systèmes relatifs au bétail et aux cultures, l'agroforesterie et l'efficacité de l'utilisation de l'eau.

Systèmes relatifs au bétail et aux cultures

Deux des priorités du Programme de lutte contre les gaz à effet de serre en agriculture concernent les systèmes relatifs au bétail et aux cultures. Par exemple, Agriculture et Agroalimentaire Canada a établi un partenariat avec l'Université de l'Alberta et d'autres collaborateurs pour étudier et comparer deux pratiques qui ont lieu dans l'élevage bovin. D'abord, le projet donnera lieu à l'examen et la comparaison de l'engraissement en parc des bovins, où le bétail est confiné dans un enclos à des fins de croissance, de maintien, de finition ou de reproduction, et du pâturage en continu, où les céréales sont coupées puis laissées dans le champ pour l'alimentation des bovins. Le pâturage en continu, qui constitue une pratique relativement nouvelle, a le potentiel de réduire les coûts d'alimentation des bovins de 50 p. 100.

Ensuite, le projet donnera lieu à l'examen de la prise alimentaire résiduelle, soit la différence entre la prise alimentaire réelle d'un animal et ses besoins alimentaires prévus pour sa croissance et le maintien de sa santé. Les animaux qui ont une alimentation équilibrée mangent moins que prévu et présentent une prise alimentaire résiduelle faible, alors que les animaux dont l'alimentation n'est pas équilibrée mangent plus que prévu et présentent une prise alimentaire résiduelle élevée. L'amélioration de la prise alimentaire résiduelle devrait réduire de 15 à 20 p. 100 les émissions de méthane et la production de fumier des bovins.

Agroforesterie

L'agroforesterie est un système de production agricole intégré et intensif, dans lequel des arbres plantés sur l'exploitation agricole contribuent à améliorer la productivité, le rendement, la rentabilité et la durabilité. L'agroforesterie est un autre secteur d'intervention privilégié du Programme de lutte contre les gaz à effet de serre en agriculture. Par exemple, Agriculture et Agroalimentaire Canada a établi un partenariat avec l'Université de la Saskatchewan et d'autres collaborateurs pour étudier la façon dont les plantations brise-vent – constituées d'une rangée ou plus d'arbres ou de buissons plantés de telle manière qu'ils procurent une protection contre le vent et l'érosion des sols – peuvent aider à atténuer les émissions de gaz à effet de serre. Les plantations brise-vent agissent comme des puits de carbone, soit des filtres qui accumulent le dioxyde de carbone et le remplacent par de l'oxygène. Des études récentes laissent entendre que cette pratique agroforestière peut aider les agriculteurs à réduire leur empreinte carbone ainsi qu'à améliorer la santé des animaux et la protection des sols.

Efficacité de l'utilisation de l'eau

L'agriculture dépend d'un approvisionnement adéquat en eau de bonne qualité pour la production végétale et animale. L'eau est la clé d'une production agricole durable, et elle est liée intrinsèquement à la sécurité des aliments. Un troisième secteur d'intervention privilégié du Programme de lutte contre les gaz à effet de serre en agriculture concerne l'efficacité de l'utilisation de l'eau. Par exemple, Agriculture et Agroalimentaire Canada a établi un partenariat avec l'Université de la Saskatchewan et d'autres collaborateurs pour étudier les émissions de gaz à effet de serre dans les systèmes d'irrigation traditionnels des Prairies. L'irrigation est pratiquée sur un million d'hectares de terres agricoles au Canada, et une plus grande irrigation sera nécessaire pour répondre aux besoins alimentaires de la population croissante de la planète. Les producteurs canadiens bénéficieront des résultats de cette étude sur la réduction des gaz à effet de serre, qui favorisent l'augmentation des économies d'eau, la réduction des coûts de pompage associés à l'irrigation et une meilleure utilisation de l'azote, ce qui permet d'accroître la rentabilité des exploitations agricoles, tout en aidant l'environnement.

Une liste complète des projets sera disponible après la signature des accords de financement.

Pour voir les photos associées à ce communiqué, veuillez consulter les liens suivants :

http://www.marketwire.com/library/20110624-AAFC1_800.jpg

http://www.marketwire.com/library/20110624-AAFC2800.jpg

http://www.marketwire.com/library/20110624-AAFC3_800.jpg

Renseignements

  • Relations avec les médias
    Agriculture et Agroalimentaire Canada
    Ottawa (Ontario)
    613-773-7972
    1-866-345-7972

    Meagan Murdoch
    Directrice des communications
    Cabinet de l'honorable Gerry Ritz
    613-773-1059