Ministère de la Justice Canada

Ministère de la Justice Canada

22 janv. 2013 12h20 HE

Le gouvernement du Canada finance des programmes pour venir en aide aux enfants victimes de violence

CALGARY, ALBERTA--(Marketwire - 22 jan. 2013) - L'honorable Rob Nicholson, C.P., c.r., député de Niagara Falls, ministre de la Justice et procureur général du Canada, a annoncé aujourd'hui un financement de 185 000 $pour la Canadian Society for the Investigation of Child Abuse (CSICA). Les fonds aideront l'organisme à mettre sur pied un programme national d'accréditation volontaire destiné aux interrogateurs judiciaires d'enfants et contribueront à couvrir les frais de fonctionnement de l'organisme.

« Notre gouvernement est heureux de soutenir le travail qu'accomplissent des organismes comme la Canadian Society for the Investigation of Child Abuse, a déclaré le ministre Nicholson. Ensemble, nous pouvons travailler en faveur des intérêts des victimes d'actes criminels, réduire le plus possible les traumatismes que subissent les enfants victimes et atténuer la victimisation. »

« Le programme de la Canadian Society for the Investigation of Child Abuse (CSICA) vise à normaliser la pratique dans le domaine de la violence faite aux enfants au Canada, dont les praticiens proviennent d'horizons variés, a affirmé Lynn Barry, directrice générale de la CSICA. L'approche multidisciplinaire adoptée par la CSICA pour améliorer les pratiques actuelles en matière d'interrogatoire dans le cadre d'affaires de violence faite aux enfants fait appel à la recherche et à la pratique fondées sur des données probantes et recherche une amélioration continue au moyen du suivi systématique des résultats. »

La CSICA a été créée en 1985 pour répondre au besoin croissant d'une approche coordonnée et professionnelle en matière d'enquêtes sur les cas de violence faite aux enfants. Le programme national d'accréditation volontaire que propose la CSICA en ferait le premier organisme du Canada à accorder une accréditation officielle dans le secteur de l'interrogatoire judiciaire des enfants.

Les interrogateurs judiciaires d'enfants sont en contact direct avec les victimes d'actes criminels. Ils mènent des interrogatoires destinés à évaluer le risque afin de prévoir la violence ou le danger et interrogent des victimes, des témoins oculaires ou des personnes soupçonnées d'avoir commis des actes de violence envers des enfants; ils interviewent des parents et des enfants pour les préparer à comparaître au tribunal ou dans des cas d'allégation de violence faite aux enfants; et ils font office d'experts-conseils pour les interrogatoires. En mettant en place un processus d'accréditation, la CSICA aiderait les professionnels à donner la pleine mesure de leur potentiel en tant qu'enquêteurs et réduirait le traumatisme que subissent les enfants victimes, tout en optimisant la qualité de l'information recueillie par les interrogateurs.

Le financement provient du Fonds d'aide aux victimes, qui est administré par le ministère de la Justice. Les fonds sont accessibles aux provinces, aux territoires et aux organismes non gouvernementaux dont les programmes et les services permettent aux victimes d'actes criminels de se faire entendre plus efficacement au sein du système de justice pénale. Au cours des six dernières années, le gouvernement du Canada a affecté plus de 90 millions de dollars à des initiatives d'aide aux victimes d'actes criminels, notamment en finançant des programmes gouvernementaux des provinces et territoires.

Internet : www.canada.justice.gc.ca

(English Version available)

Fiche d'information : Stratégie fédérale d'aide aux victimes et Fonds d'aide aux victimes

Depuis 2007, année où le gouvernement a annoncé le lancement de la Stratégie fédérale d'aide aux victimes, plus de 90 millions de dollars ont été affectés en vue de répondre aux besoins des victimes d'actes criminels. Plus récemment, dans son Plan d'action économique de 2012, le gouvernement a prévu un engagement supplémentaire de 5 millions de dollars sur une période de cinq ans pour créer ou améliorer des centres d'appui aux enfants, ce qui porte l'engagement total de fonds gouvernementaux pour les centres d'appui aux enfants à 10,25 millions de dollars.

L'objectif de cette stratégie, qui est dirigée par le ministère de la Justice du Canada, est de donner plus de poids aux victimes au sein du système de justice pénale. Le ministère de la Justice travaille en étroite collaboration avec d'autres institutions fédérales, ainsi qu'avec les victimes, les défenseurs des droits des victimes, les gouvernements provinciaux et territoriaux, les prestataires de services et d'autres parties intéressées au sein du système de justice pénale. Le ministère de la Justice élabore des politiques en matière de justice ainsi que des réformes du droit pénal, finance divers programmes d'aide aux victimes d'actes criminels et diffuse des renseignements sur les questions d'importance pour les victimes d'actes criminels.

Dans le cadre de la Stratégie fédérale d'aide aux victimes, le Fonds d'aide aux victimes est un programme de subventions et de contributions administré par le ministère de la Justice. Chaque année, des fonds sont disponibles pour les provinces, les territoires et les organismes non gouvernementaux qui en font la demande, et ce, pour financer des projets, des activités et des opérations qui appuient les objectifs de la Stratégie fédérale d'aide aux victimes.

Le Fonds d'aide aux victimes appuie les projets et les activités qui visent les objectifs suivants :

  • améliorer les programmes d'aide aux victimes dans l'ensemble du Canada;

  • favoriser l'accès à la justice, la participation des victimes au système de justice et l'élaboration de lois, de politiques et de programmes;

  • encourager la mise en œuvre de principes, de lignes directrices et de lois pour répondre aux besoins des victimes d'actes criminels et préciser leur rôle au sein du système de justice pénale;

  • contribuer à mieux faire connaître les conséquences de la victimisation, les besoins des victimes d'actes criminels, les services d'aide, les programmes et les lois, et

  • encourager ou améliorer la participation d'organismes gouvernementaux et non gouvernementaux à la détermination des besoins des victimes et des lacunes dans les services et à l'élaboration et à la prestation de programmes, de services et d'aide aux victimes, y compris l'accroissement de la capacité des organismes non gouvernementaux.

Pour de plus amples renseignements, prière de consulter le site Web du ministère de la Justice du Canada.

Ministère de la Justice du Canada

Janvier 2013

Renseignements

  • Julie Di Mambro
    Attachée de presse
    Cabinet du ministre de la Justice
    613-992-4621

    Ministère de la Justice
    Relations avec les médias
    613-957-4207