Pêches et Océans Canada

Pêches et Océans Canada

19 déc. 2016 10h53 HE

Le gouvernement du Canada mène des consultations au sujet de la nouvelle zone de protection marine proposée

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 19 déc. 2016) - Le Canada passe à l'action pour protéger la biodiversité marine, sa fonction écosystémique et ses caractéristiques naturelles particulières, en proposant de désigner le banc de Sainte-Anne, en Nouvelle-Écosse, comme zone de protection marine (ZPM) en vertu de la
Loi sur les océans du Canada.

Situé à l'est du cap Breton en Nouvelle-Écosse, le banc de Sainte-Anne présente de nombreuses caractéristiques d'importance écologique; il recèle notamment des habitats uniques et des zones riches en biodiversité ou en productivité biologique. Il abrite de nombreuses espèces en péril, telles que le loup atlantique, et sert d'aire d'alimentation estivale à la tortue luth, qui est en voie de disparition.

L'honorable Dominic LeBlanc, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, annonçait aujourd'hui le début d'une période de consultation publique de 45 jours qui prendra fin le 31 janvier 2017, dans le cadre de la publication préalable du règlement proposé dans la partie I de la Gazette du Canada. Le gouvernement du Canada tiendra compte des commentaires fournis pendant cette période lorsque viendra le moment de rédiger la version définitive du règlement qui désignera et régira la nouvelle ZPM.

Faits en bref

  • Les travaux à l'appui de la ZPM proposée ont été exécutés en collaboration avec le comité consultatif des intervenants sur le banc de Sainte-Anne, composé de représentants de l'industrie, du milieu universitaire, des organisations non gouvernementales de l'environnement, d'autres organismes de réglementation du gouvernement provincial et fédéral, des Premières Nations et d'organisations autochtones. Le comité consultatif a participé à l'élaboration des objectifs de conservation et de délimitation de la ZPM et des zones.
  • Le règlement proposé reconnaîtrait quatre zones de gestion, où les activités déjà entreprises ayant une faible incidence seraient autorisées. Ensemble, ces zones assureraient la conservation et la protection de la diversité biologique, de l'habitat et de la productivité écosystémique de la zone du banc de Sainte-Anne, tout en garantissant un accès continu aux pêches locales existantes.
  • Le budget de 2016 prévoyait une somme de 123,7 millions de dollars sur cinq ans pour appuyer les activités de conservation marine. Ces activités comprennent la désignation de nouvelles ZPM en vertu de la Loi sur les océans et la création de parcs nationaux et d'aires marines nationales de conservation.
  • La proposition de nouvelles zones appuie les efforts que déploie le gouvernement du Canada pour faire passer la superficie des zones marines et côtières protégées à 5 % d'iciΓÇ"2017, puis à 10 % d'iciΓÇ"2020, une superficie équivalant à peu près à celle des provinces de l'Atlantique.

Citation

« Le gouvernement du Canada est fier de proposer le banc de Sainte-Anne comme nouvelle zone de protection marine au pays. J'ai hâte de donner suite à ces importants travaux avec l'administration locale et avec les intervenants pour assurer une protection accrue des milieux marins dans cette zone océanique exceptionnelle. »

L'honorable Dominic LeBlanc, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

Document connexe

Proposition de désigner le banc de Sainte-Anne comme zone de protection marine

Lien connexe

Le SI du Banc de Sainte-Anne

Internet : www.dfo-mpo.gc.ca

Suivez-nous sur Twitter! www.Twitter.com/MPO_DFO

Renseignements