Ministère de la Justice Canada

Ministère de la Justice Canada

14 févr. 2014 16h04 HE

Le gouvernement du Canada offre au centre d'appui aux enfants et aux adolescents de Boost un financement pour aider les jeunes victimes et leur famille

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 14 fév. 2014) - Ministère de la Justice Canada

Aujourd'hui, le ministre de la Justice, Peter MacKay, et son secrétaire parlementaire, Bob Dechert, ont annoncé un financement de 300 000 $ pour la mise en place du centre d'appui aux enfants et aux adolescents (CAEA) de Boost, le premier du genre à Toronto.

Le financement vise à garantir que les enfants et les adolescents de Toronto qui sont victimes de mauvais traitements ou de violence puissent recevoir toute une gamme de services offerts de manière coordonnée à un emplacement unique. L'établissement du CAEA de Boost fait suite au succès d'un projet pilote biennal également financé à même le Fonds d'aide aux victimes géré par le ministère de la Justice. Le projet pilote appuyait la planification et l'élaboration du CAEA, qui est maintenant opérationnel.

Les centres d'appui aux enfants et aux adolescents offrent les mêmes services que les centres d'appui aux enfants, mais vise une plus grande fourchette d'âge. Ils offrent un milieu sécuritaire et adapté aux enfants et aux adolescents. Les équipes de professionnels qui y travaillent en étroite collaboration, selon une approche axée sur les besoins précis de chaque victime, ont pour objectif d'aider les enfants et les jeunes victimes de violence à se retrouver dans le système de justice pénale. Le travail réalisé par l'équipe multidisciplinaire d'un CAEA ou d'un CAE peut grandement réduire les préjudices émotionnels et mentaux des enfants et des adolescents.

Faits en bref

  • Le CAEA de Boost utilisera les fonds aux fins suivantes :

    • Établir un guichet unique où tous les professionnels concernés par les enquêtes sur les mauvais traitements faits aux enfants offriront aux enfants, aux adolescents et aux familles des services multidisciplinaires de manière coordonnée et exhaustive.

    • Fournir les services de deux défenseurs qui seront les personnes-ressources principales pour les victimes et leur famille. Ils feront en sorte que celles-ci reçoivent des renseignements sur leur dossier et les aiguilleront vers des services au besoin.;

    • Augmenter la collaboration avec les écoles, les services communautaires et de santé, d'autres organismes locaux et communautaires et les administrations municipales, provinciales et fédérale et renforcer les partenariats avec ceux-ci.

    • Cerner les besoins en formation et élaborer un programme de formation à l'intention du personnel.

    • Agir à titre de centre d'excellence qui communiquera les connaissances et les pratiques exemplaires à des centres semblables en Ontario et ailleurs au pays.

    • Améliorer les connaissances du public au sujet des enfants à risque à Toronto au moyen d'initiatives d'éducation et de sensibilisation.

  • Le financement pour le CAEA de Boost est offert par le gouvernement du Canada par l'entremise du Fonds d'aide aux victimes géré par le ministère de la Justice du Canada. Ce fonds sert à appuyer des projets et des activités qui permettent d'encourager l'élaboration de nouvelles approches, de promouvoir l'accès à la justice, d'améliorer la capacité des fournisseurs de services, de soutenir l'établissement de réseaux d'aiguillage ou d'informer les victimes d'actes criminels et leur famille au sujet des services offerts.

  • Depuis 2006, le gouvernement du Canada a investi plus de 120 millions de dollars pour permettre aux victimes de se faire mieux entendre au sein du système de justice pénale grâce à des initiatives mises en place par le ministère de la Justice du Canada.

  • De ce montant, 10,25 millions de dollars serviront à l'amélioration ou à la mise en place de centres d'appui aux enfants. Jusqu'ici, des projets d'amélioration ou de création de CAE et de CAEA ont été financés dans 20 villes ou municipalités au Canada. Les Centres d'appui aux enfants adoptent une approche axée sur l'enfant, coordonnée et collaborative pour répondre aux besoins des enfants et des adolescents victimes et à ceux de leur famille.

Citations

« La réputation de Boost à titre d'organisation compatissante et efficace en dit long sur le rôle important qu'elle joue à Toronto. La qualité et le dévouement de ses membres sont spectaculaires. Les enfants et les adolescents victimes de mauvais traitements profitent des services offerts par Boost depuis plus de trente ans. Le financement et l'appui de notre gouvernement aideront Boost et ses nombreux partenaires communautaires à améliorer les services qu'ils offrent aux jeunes victimes vulnérables et à leur famille, à réduire le risque d'une nouvelle victimisation et à faire en sorte qu'ils puissent mieux se faire entendre et participer d'une manière plus significative au système de justice pénale canadien, comme nous l'avons promis. »

Peter MacKay, Ministre de la Justice et procureur général du Canada

« Les centres d'appui aux enfants et aux adolescents visent à aider les personnes les plus vulnérables à s'orienter à travers les méandres du système de justice et à mieux se faire entendre sur la façon dont la justice est administrée. En offrant une gamme de services à un seul emplacement, le CAEA de Boost offre une aide fort précieuse aux victimes de mauvais traitements et à leur famille ici même dans la région de Toronto. »

Bob Dechert, Secrétaire parlementaire du ministre de la Justice

Documents connexes

  • Document d'information : Stratégie fédérale d'aide aux victimes et Fonds d'aide aux victimes

  • Document d'information : Centres d'appui aux enfants

Liens connexes

- Centre de la politique concernant les victimes - Ministère de la Justice Canada

- Fonds d'aide aux victimes - Ministère de la Justice Canada

Suivez le ministère de la Justice du Canada sur Twitter (@JusticeCanadaFr) et sur Facebook et consultez notre chaîne YouTube.

Fiche d'information : Stratégie fédérale d'aide aux victimes et Fonds d'aide aux victimes

La Stratégie fédérale d'aide aux victimes a été créée en 2007, et le gouvernement l'a rendue permanente en 2011. L'objectif de cette stratégie, qui est dirigée par le ministère de la Justice du Canada, est de permettre aux victimes de mieux se faire entendre au sein du système de justice pénale. Le ministère de la Justice travaille en étroite collaboration avec divers tiers dont d'autres institutions fédérales, ainsi que des victimes, des défenseurs des droits des victimes, les gouvernements provinciaux et territoriaux, les fournisseurs de services et d'autres acteurs au sein du système de justice pénale. Le ministère de la Justice élabore des politiques en matière de justice ainsi que des réformes du droit pénal, finance divers programmes d'aide aux victimes d'actes criminels, examine les approches exemplaires pour répondre aux besoins des victimes, et sensibilise la population aux préoccupations des victimes d'actes criminels et leur rôle au sein du système de justice pénale.

Dans le cadre de la Stratégie fédérale d'aide aux victimes, le Fonds d'aide aux victimes est un programme de subventions et de contributions administré par le ministère de la Justice. Chaque année, des fonds sont disponibles pour les provinces, les territoires et les organisations non gouvernementales dont les projets, les activités et les opérations appuient les objectifs de la Stratégie fédérale d'aide aux victimes.

Le Fonds d'aide aux victimes appuie les projets et les activités qui visent les objectifs suivants :

  • Améliorer les programmes d'aide aux victimes dans l'ensemble du Canada;

  • Favoriser l'accès à la justice, la participation des victimes au système de justice et l'élaboration de lois, de politiques et de programmes;

  • Encourager la mise en œuvre de principes, de lignes directrices et de lois pour répondre aux besoins des victimes d'actes criminels et préciser leur rôle au sein du système de justice pénale;

  • Contribuer à mieux faire connaître les conséquences de la victimisation, les besoins des victimes d'actes criminels, les services d'aide, les programmes et les lois ;

  • Encourager ou améliorer la participation d'organismes gouvernementaux et d'organisations non gouvernementales à la détermination des besoins des victimes et des lacunes dans les services et à l'élaboration et la prestation de programmes, de services et d'aide aux victimes, y compris l'accroissement de la capacité des organisations non gouvernementales.

Depuis 2006, le gouvernement du Canada a investi plus de 120 millions de dollars pour permettre aux victimes de se faire mieux entendre au sein du système de justice pénale et du système correctionnel grâce à des programmes et des initiatives mises en place par le ministère de la Justice du Canada. Ce financement comprend l'affectation de 10,25 millions de dollars pour la création ou l'amélioration de centres d'appui aux enfants, afin de répondre aux besoins des enfants et des adolescents victimes d'actes criminels.

Le gouvernement du Canada fait fond sur des mesures antérieures pour faire avancer les droits des victimes, notamment :

  • La mise en œuvre de dispositions législatives visant à doubler la suramende compensatoire et à la rendre obligatoire;

  • L'élimination de la clause de la dernière chance, qui permettait aux meurtriers d'obtenir une libération conditionnelle anticipée ;

  • L'établissement en 2007 du Bureau de l'ombudsman fédéral des victimes d'actes criminels.

On trouvera de plus amples renseignements dans le site Web du ministère de la Justice du Canada.

Fiche d'information : Les centres d'appui aux enfants

Les centres d'appui aux enfants (CAE) sont des centres axés sur les besoins des enfants. Ils coordonnent les enquêtes, les poursuites et le traitement des cas de violence faite aux enfants et l'aide apportée aux enfants victimes de violence. Ces centres offrent des services continus et travaillent en collaboration avec différents intervenants dans le but de répondre aux besoins des enfants et des jeunes victimes d'actes criminels. Les CAE visent à réduire au minimum les traumatismes causés par le système de justice pénale en offrant un cadre soucieux du bien-être des enfants et des jeunes victimes d'actes criminels, ainsi que de celui des membres de leur famille. Les centres d'appui aux enfants et aux adolescents (CAEA) offrent les mêmes services que les CAE, mais vise une plus grande fourchette d'âge.

Les centres d'appui aux enfants comprennent une équipe multidisciplinaire formée d'agents d'application de la loi et d'intervenants des services de protection de l'enfance, des services médicaux, des services de santé mentale et des services aux victimes. Les services professionnels offerts par les CAE comprennent la coordination des entrevues judiciaires, l'examen de l'enfant par un professionnel de la santé, la défense des droits de la victime, notamment l'aide et l'appui en vue du témoignage en cour, l'évaluation du traumatisme et le counseling traumatologique.

Les centres d'appui aux enfants aident de diverses manières les enfants et les membres de leur famille à se retrouver dans le système de justice. Par exemple, les CAE offrent un cadre sécuritaire et confortable durant les entrevues menées par les professionnels de la justice pénale et réduisent le nombre d'entrevues et de questions auxquelles est soumis l'enfant afin d'atténuer le traumatisme causé par le contact avec le système de justice pénale. Les CAE offrent également de l'information et de la formation aux professionnels du système de justice sur les pratiques exemplaires relatives à la conduite d'entrevues avec des enfants victimes ou témoins d'actes criminels. Par exemple, l'enregistrement des entrevues en format vidéo se révèle une méthode efficace pour recueillir de l'information utile, susceptible d'aider à la fois la jeune victime et le système de justice. Finalement, les CAE améliorent la communication entre les organismes qui offrent un soutien aux jeunes victimes et l'accès aux services pour les jeunes victimes, les membres de leur famille ou les intervenants du milieu.

Il a été démontré que les enquêtes menées par les CAE sont rentables et réduisent le temps nécessaire aux procureurs pour décider de déposer des accusations au pénal. Les parents dont les enfants reçoivent les services d'un CAE sont plus satisfaits du processus d'enquête et des procédures d'entrevue, et les enfants qui bénéficient des services d'un CAE sont généralement satisfaits de l'enquête et plus susceptibles de dire qu'ils n'ont pas eu peur pendant l'interrogatoire judiciaire.

Depuis 2010, le gouvernement du Canada a affecté plus de 10,25 millions de dollars à l'établissement ou à l'amélioration de centres d'appui aux enfants afin de répondre aux besoins des enfants et des adolescents victimes d'actes criminels. Voici certains des CAE qui ont bénéficié d'un financement du gouvernement fédéral, directement ou par l'entremise d'un partenaire :

Nouvelle-Écosse

Halifax (Projet de démonstration du Centre d'appui aux enfants et aux adolescents)

Québec

Centre d'expertise Marie-Vincent (Montréal)

Ontario

Child and Youth Advocacy Centre at Boost (Toronto)

Child Advocacy Centre Niagara (Saint Catharines)

Manitoba

Winnipeg Children's Advocacy Centre (Winnipeg)

Saskatchewan

Saskatoon Centre for Children's Justice (Saskatoon)

Regina Children's Justice Centre (Regina)

Alberta

Caribou Child and Youth Advocacy Centre (Grande Prairie)

Sheldon Kennedy Child Advocacy Centre (Calgary)

Colombie-Britannique

Sophie's Place (Surrey)

Alisa's Wish (Maple Ridge-Pitt Meadows)

Le gouvernement du Canada a également financé des projets qui examinent la possibilité d'établir un CAE dans les collectivités suivantes :

Ontario

Brampton

Cornwall, Stormont, Dundas, Glengarry, et Akwesasne

Kitchener

Orillia

Ottawa

Sioux Lookout

Colombie-Britannique

Vancouver

West Kootenay Bounday

Vernon

Victoria

Yukon

Whitehorse

Territoires du Nord-Ouest

Yellowknife

Renseignements

  • Paloma Aguilar
    Attachée de presse
    Cabinet du ministre de la Justice
    613-992-4621

    Relations avec les médias
    Ministère de la Justice
    613-957-4207