Anciens Combattants Canada

Anciens Combattants Canada

12 juil. 2007 13h40 HE

Le gouvernement du Canada participe aux célébrations entourant le 90e anniversaire de la bataille de Passchendaele

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 12 juillet 2007) - L'honorable Greg Thompson, ministre des Anciens Combattants, a représenté aujourd'hui le gouvernement du Canada dans le cadre des activités internationales organisées en Belgique pour souligner le 90e anniversaire de la bataille de Passchendaele. A cette occasion, le ministre Thompson était accompagné de l'honorable Jim Prentice, ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits, de madame Laurette Glasgow, ambassadeur du Canada auprès du Royaume de Belgique et auprès du Grand-Duché de Luxembourg, et du Vice-admiral Glenn Davidson, représentant militaire du Canada auprès de l'OTAN.

"Le terme Passchendaele revêt plusieurs significations pour les Canadiens et les Canadiennes. Il signifie à la fois le triomphe et le sacrifice. Il signifie également la persévérance et la bravoure. Mais, avant tout, il représente le véritable courage dont ont fait preuve les soldats canadiens, de dire le ministre Thompson. Dans le cadre du 90e anniversaire de la bataille de Passchendaele, nous rendons hommage à ces Canadiens et à ces Canadiennes qui ont répondu à l'appel de notre pays lorsqu'il avait grandement besoin d'eux. Nous nous souvenons également de ceux qui ont fait le sacrifice ultime pour défendre la liberté, la démocratie et la primauté du droit."

"La bataille de Passchendaele représentera toujours une page importante de l'histoire du Canada. Il y a tellement d'histoires à partager, a dit le ministre Prentice. C'est à Passchendaele que le Caporal Francis Pegahmagabow, l'Autochtone canadien qui fut le plus décoré, s'est mérité une première agrafe à la Médaille militaire. Aujourd'hui, nous nous souvenons du Caporal Pegahmagabow et de tous les soldats qui se sont lancés sur les champs de bataille sanglants de Passchendaele, il y a 90 ans."

Plus tôt dans la journée, le ministre Thompson et les représentants du Canada ont assisté à la cérémonie internationale tenue au cimetière Tyne Cot où sont enterrés plus de 12 000 soldats du Commonwealth. Les membres du groupe ont également assisté à une cérémonie commémorative spéciale qui a été organisée pour souligner le 80e anniversaire de l'inauguration de la Porte de Menin, où les noms de 6 940 Canadiens morts au combat et n'ayant pas de sépulture connue sont gravés dans la pierre avec ceux de leurs camarades alliés.

L'Ambassade du Canada en Belgique tiendra demain une réception au cours de laquelle les invités pourront voir en primeur la nouvelle exposition que le Musée canadien de la guerre a intitulée : Bloody Victory: The Canadians at Passchendaele (Les Canadiens à Passchendaele : une victoire sanglante). Cette exposition sera présentée de juillet à novembre à Waterfields Farm qui se trouve à deux pas de l'endroit où les Canadiens ont servi avec tant de courage et ont fait le sacrifice de leur vie au cours de la Première Guerre mondiale.

La bataille de Passchendaele occupe une place importante dans l'histoire militaire du Canada. Cette bataille, également connue sous le nom de troisième bataille d'Ypres, a duré plus de trois long mois exténuants et s'est déroulée dans des conditions extrêmement difficiles. Le 10 novembre 1917, le Corps canadien est éventuellement parvenu à capturer la ville de Passchendaele, mais à un prix très élevé : plus de 4 000 soldats canadiens ont perdu la vie et 12 000 autres ont été blessés. L'octroi de neuf Croix de Victoria confirme la détermination et l'habileté dont ont fait preuve les soldats canadiens au cours des combats acharnés pour prendre Passchendaele.

Pour en savoir davantage sur la participation du Canada à la bataille de Passchendaele, visitez le site www.vac-acc.gc.ca.

DOCUMENT D'INFORMATION

Cimetière Tyne Cot

Le cimetière Tyne Cot, qui est situé dans la municipalité de Zonnebeke, constitue la dernière demeure de près de 12 000 soldats des forces du Commonwealth et compte donc le plus grand nombre de sépultures de tous les cimetières du Commonwealth pour les deux guerres mondiales. Quelque 1 011 Canadiens y sont enterrés, y compris James Peter Robertson qui a été décoré de la Croix de Victoria. Près de 70 pour cent des tombes du cimetière sont toujours sans nom, dont celles de 560 soldats canadiens non identifiés.

Comme il n'y avait pas assez d'espace sur le monument commémoratif de la Porte de Menin pour y inscrire le nom de tous ceux qui ont péri dans la région et qui sont sans sépulture connue, le nom de 34 984 autres soldats (des hommes du Royaume-Uni qui sont tombés après le 15 août 1917) sont inscrits sur les panneaux du monument commémoratif Tyne Cot. Conçu par Herbert Baker et sculpté par F. V. Blundstone, le monument est un mur de silex en forme de demi-cercle qui se trouve à l'arrière du cimetière. Le nom d'un seul soldat canadien y est inscrit, soit celui du Sous-lieutenant Harold George Barrett du Royal Newfoundland Regiment qui a été tué le 16 août 1917.

Le nom du cimetière tire ses origines d'un sobriquet donné par des fusiliers de Northumberland de l'Armée britannique qui ont comparé un groupe de casemates qui se trouvait sur le site et qui servait d'abri aux troupes allemandes à des bungalows (cottages) de travailleurs de Tyneside, en Angleterre, qui étaient typiques à cette époque - d'où le nom de Tyne Cottages ou Tyne Cotts. La Commission des sépultures de guerre du Commonwealth assure l'entretien de ce cimetière.

Monument commémoratif de la Porte de Menin

Le nom de chacun des 55 896 morts des forces du Commonwealth qui sont tombés dans le saillant d'Ypres et qui n'ont jamais été retrouvés est gravé sur le monument commémoratif de la Porte de Menin. La Porte de Menin a été inaugurée le 24 juillet 1927, soit dix ans après le début de la bataille de Passchendaele. De ce nombre, on retrouve les noms de 6 940 soldats canadiens.

Dessiné par Sir Reginald Blomfield et érigé par le gouvernement britannique, le monument commémoratif de la Porte de Menin se trouve à l'emplacement de ce qui aurait été la sortie la plus proche pour se rendre d'Ypres vers les lignes ennemies.

Des centaines de milliers de soldats alliés sont passés sous le portail ou ont traversé le pont-levis de la Porte de Menin pour se rendre au front. Le monument commémoratif de la Porte de Menin, qui ressemble à un mausolée, est ouvert aux deux extrémités afin de permettre le passage des piétons et des voitures. La plupart des noms sont gravés sur les murs du passage principal, appelé aussi le mur du souvenir.

Chaque jour au coucher du soleil, une cérémonie toute simple rappelle encore aujourd'hui le souvenir des morts. A tous les soirs, à 20 h, la circulation est arrêtée à la barrière, et deux clairons (quatre dans les grandes occasions) sonnent l'appel aux morts. Depuis le 11 novembre 1929, l'appel aux morts a été sonné chaque soir et par tous les temps au monument commémoratif de la Porte de Menin, sauf pendant les quatre années d'occupation d'Ypres au cours de la Seconde Guerre. La cérémonie a été reprise le même soir où la ville a été libérée, en dépit des combats qui sévissaient dans d'autres parties de la ville.

Ce rituel quotidien, tout comme d'autres cérémonies spéciales, est organisé par la Last Post Association.

Renseignements

  • Anciens Combattants Canada
    Maude Desjardins
    Conseillère, Relations avec les médias
    902-626-2453
    ou
    Cabinet du ministre des Anciens Combattants
    Richard Roik
    Directeur des communications
    613-996-4649