Parcs Canada

Parcs Canada

21 nov. 2007 12h10 HE

Le gouvernement du Canada prend des mesures sans précédent pour assurer la conservation du Nord canadien

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 21 nov. 2007) - Le gouvernement du Canada a de nouveau pris des mesures importantes pour assurer la conservation des sites naturels du Nord canadien en annonçant l'inaliénation de plus de 10 millions d'hectares de terres dans les environs du bras Est du Grand lac des Esclaves et autour de la rivière Ramparts et de ses terres humides, dans les Territoires du Nord-Ouest. Il s'agit d'une des initiatives de conservation les plus marquantes de l'histoire du Canada.

"La conservation constitue l'une des grandes priorités de notre gouvernement. En janvier, j'ai pris un certain nombre d'engagements qui sont en voie d'être concrétisés, a déclaré l'honorable John Baird, ministre de l'Environnement. Notre gouvernement croit que les actes sont plus éloquents que les paroles. Au cours des douze derniers mois à peine, nous avons pris des mesures concrètes en matière de conservation. Nous allons maintenant encore plus loin en soustrayant au développement industriel de vastes terres qui protégeront, pour les générations futures, certaines des merveilles écologiques et culturelles les plus impressionnantes dans le Nord canadien."

L'inaliénation provisoire des terres annoncée aujourd'hui par le ministre Baird et l'honorable Chuck Strahl, ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits, constitue un pas décisif vers la création d'un parc national dans la région du bras Est du Grand lac des Esclaves et d'une réserve nationale de faune pour la rivière Ramparts et ses terres humides (Ts'ude niline Tu'eyeta). Le gouvernement est également ravi d'annoncer l'inaliénation provisoire d'environ 62 000 kilomètres carrés de terres, en collaboration avec les Premières nations dénées d'Akaitcho, afin de les soustraire au jalonnement, à la vente ou à la concession minière pendant la durée des négociations.

"Notre gouvernement est pleinement engagé à l'égard du Nord, et nous continuerons de travailler avec les trois territoires afin d'améliorer les possibilités et de contribuer à répondre aux besoins des résidants du Nord, a déclaré le ministre Strahl. L'équipe de négociateurs du Canada a travaillé de près avec les Premières nations dénées d'Akaitcho et le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest pour arriver à cette étape charnière du processus d'Akaitcho. Je tiens à souligner l'excellent travail réalisé par toutes les parties."

L'annonce a été faite lors d'une célébration avec les chefs des Premières nations dénées d'Akaitcho, le chef de Fort Good Hope (K'asho Got'ine) et des représentants de la Nation métisse des Territoires du Nord-Ouest.

"C'est une joie et un honneur pour les Denesulines de Lutsel K'e que de voir ce territoire reconnu comme une aire naturelle à protéger", a déclaré Adeline Jonasson, le chef de la Première nation dénée Lutsel K'e, établie près du bras Est du Grand lac des Esclaves. "Cette région est importante pour le bien-être physique et spirituel des Dénés de Lutsel K'e... ce lieu que nos ancêtres ont choisi pour nous il y a des centaines d'années. Nous remercions le Créateur pour cette terre et ces eaux de même que les espèces animales qu'elles abritent, et nous sommes reconnaissants de tout l'appui que nous procure cette initiative importante."

"Ts'ude niline Tu'eyeta est importante pour nous tous et pour les Territoires du Nord-Ouest, a indiqué Frank T'seleie, chef de la communauté à charte de K'asho Cot'ine. Je félicite le gouvernement du Canada de son engagement à travailler avec divers partenaires et les Territoires pour faire reconnaître officiellement cet endroit comme une réserve nationale de faune, permettant ainsi de protéger un important habitat faunique."

Des représentants de groupes nationaux du domaine de l'environnement, dont l'Initiative boréale canadienne, la Société pour la nature et les parcs du Canada, Canards Illimités et le Fonds mondial pour la nature, étaient aussi présents lors de cet événement au Musée canadien de la nature.

"Le gouvernement du Canada et les Premières nations méritent tous nos éloges pour leur innovation, leur vision et leur engagement", a déclaré Larry Innes, directeur exécutif de l'Initiative boréale canadienne, un organisme qui se consacre à la conservation et au développement durable de la forêt boréale. "Le Canada fait figure de maître d'oeuvre à l'échelle internationale pour ce qui est de prendre des décisions équilibrées afin de protéger et de préserver des terres pour les générations à venir."

L'annonce faite aujourd'hui témoigne une fois de plus de l'engagement du gouvernement à l'égard d'une stratégie intégrée pour le Nord, qui est axée sur le renforcement de la souveraineté du Canada, la protection de notre patrimoine environnemental, la promotion du développement économique et social, ainsi que l'amélioration et le transfert de la gouvernance. De fait, cette annonce appuie les efforts de protection environnementale, de même que les efforts déployés pour faire en sorte que les gens du Nord soient davantage maîtres de leur destin, à la suite du règlement des revendications territoriales et des négociations concernant l'autonomie gouvernementale.

"Dans l'ensemble, les mesures annoncées aujourd'hui par le gouvernement fédéral permettront de soustraire provisoirement à l'aliénation le plus vaste territoire de toute l'histoire du Canada, a précisé Lorne Johnson, directeur du bureau d'Ottawa du Fonds mondial pour la nature-Canada. Il s'agit d'un excellent exemple d'initiative qui met à l'avant-plan la conservation dans le processus de développement alors que nous avons la possibilité de protéger les terres et les eaux du Nord."

Au cours de la dernière année, le gouvernement du Canada a pris des engagements décisifs :

- agrandissement considérable de la réserve de parc national Nahanni;

- création de l'aire marine nationale de conservation du Lac Supérieur;

- investissement de 30 millions de dollars pour protéger la forêt pluviale Great Bear, en Colombie-Britannique;

- investissement de 3 millions de dollars pour restaurer le parc Stanley, à Vancouver, et le parc Point Pleasant, à Halifax;

- octroi de 225 millions de dollars à Conservation de la nature Canada pour protéger et conserver jusqu'à un demi-million d'acres de terres d'un bout à l'autre du pays;

- investissement de 5 millions de dollars pour protéger le lieu historique national du Canada Sahoyué-ehdacho, sur les rives du Grand lac de l'Ours, le lac le plus vaste au Canada.

"L'annonce faite aujourd'hui, jumelée aux engagements pris plus tôt cette année par le gouvernement fédéral pour agrandir considérablement le parc national Nahanni, dans les Territoires du Nord-Ouest, et protéger le lieu historique national Sahoyué-ehdacho, témoigne des progrès sans précédent réalisés dans les initiatives de conservation des écosystèmes du Nord canadien. La Société pour la nature et les parcs du Canada (SNPC) est fière de sa collaboration de longue date avec les Premières nations, les différents paliers de gouvernement et les autres organismes partenaires du domaine de la conservation de la nature. Nous nous réjouissons à l'idée de poursuivre ce travail important pendant que nous avons encore la possibilité de faire une différence", a indiqué Anne Lévesque, directrice exécutive nationale de la Société pour la nature et les parcs du Canada.

Le gouvernement fournira aussi 3 millions de dollars pour financer une étude de faisabilité sur la création d'un parc national dans les environs du bras Est du Grand lac des Esclaves, de même que 830 000 $ sur une période de cinq ans pour créer la réserve nationale de faune de la rivière Ramparts et de ses terres humides.

"Nous tenons à féliciter tout particulièrement les Dénés et Métis de Fort Good Hope et les Premières nations dénées d'Akaitcho d'avoir pris l'initiative de protéger ces régions. Il est extraordinaire de voir se réaliser le rêve des communautés qui désirent protéger des lieux sacrés et d'importantes terres que d'innombrables générations ont utilisées pour chasser, faire du piégeage, pêcher et se ressourcer", a déclaré Shannon Haszard, directrice régionale de Canards Illimités pour les Territoires du Nord-Ouest.

Egalement diffusé par Internet à l'adresse www.pc.gc.ca sous la rubrique Salle des médias.

Renseignements

  • Cabinet du ministre de l'Environnement
    Eric Richer
    Attaché de presse
    819-997-1441
    ou
    Cabinet du ministre des Affaires indiennes et du
    Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des
    Métis et des Indiens non inscrits
    Philippe Mailhot
    Attaché de presse
    819-997-0002
    ou
    Environnement Canada
    Service des relations avec les médias
    819-934-8008 ou 1-888-908-8008
    ou
    Affaires indiennes et du Nord Canada
    Service des relations avec les médias
    819-953-1160
    ou
    Parcs Canada
    Communications nationales
    Joanne Huppé
    Conseillère en relations avec les médias
    819-953-8699