Gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

17 nov. 2010 22h00 HE

Le gouvernement du Canada souligne le caractère novateur de la collaboration entre des entreprises et l'Université de la Colombie-Britannique

Les prix Synergie pour l'innovation de 2010 mettent en valeur des partenariats qui favorisent la croissance économique

VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwire - 17 nov. 2010) - Le ministre de l'Industrie, l'honorable Tony Clement, a félicité aujourd'hui l'un des lauréats des prix Synergie pour l'innovation de 2010 du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG). Ces prix reconnaissent ces collaborations en recherche-développement entre les universités et les industries qui mènent à la création de nouveaux produits qui sont essentiels à la croissance économique. L'Université de la Colombie-Britannique a reçu le prix Synergie de 2010 en reconnaissance de sa collaboration avec Ostara Nutrient Recovery Technologies Inc. et d'autres partenaires pour le développement d'applications de traitement des eaux usées efficaces.

« Les sciences, la technologie et l'innovation contribuent grandement à favoriser la productivité, la compétitivité et la croissance du Canada, a déclaré le ministre Clement. Les progrès réalisés par les lauréats des prix Synergie sont des exemples de ce qui se fait de mieux en matière d'innovation au Canada et mettent en valeur le type de partenariat qui fera progresser notre économie. »

M. Donald Mavinic de l'Université de la Colombie-Britannique a reçu un prix pour l'élaboration d'une technologie novatrice de récupération des phosphates dans l'engrais et pour la mise en œuvre réussie de cette technologie à l'usine d'épuration des eaux usées Gold Bar, à Edmonton. Ce projet est le fruit d'une collaboration entre Ostara Nutrient Recovery Technologies Inc. et des partenaires tels que Clean Water Services Ltd., EPCOR Water Service Inc., Metro Vancouver et Stantec Inc.

Le phosphore constitue un ingrédient important des engrais que l'on ne peut ni extraire, ni fabriquer, ni remplacer. M. Mavinic et son équipe de chercheurs ont mis au point le Pearl® Nutrient Recovery Process, un réacteur qui récupère 85 p. 100 des phosphates présents dans les eaux usées et qui les convertit en un autre type d'engrais. Le système de récupération réduit les coûts d'exploitation des usines de traitement des eaux usées et présente des avantages importants pour l'environnement.

Les lauréats reçoivent une subvention de recherche de 200 000 $, et tous les partenaires industriels ont la possibilité d'embaucher un titulaire d'une bourse postdoctorale en recherche-développement industrielle du CRSNG pendant deux ans, le CRSNG assumant alors les coûts liés au salaire du titulaire de la bourse.

« Les investissements stratégiques effectués par le CRSNG au fil des ans ont mené à de nombreuses collaborations fructueuses comme celle que nous soulignons aujourd'hui, a affirmé la présidente du CRSNG, Mme Suzanne Fortier. Les prix Synergie reconnaissent les partenariats qui réunissent les meilleurs chercheurs des universités canadiennes et les chefs de file les plus novateurs du secteur privé, ce qui permet de transférer des résultats de recherche concrets à ceux qui peuvent les transformer en avantages socioéconomiques pour les Canadiens. »

Le CRSNG est un organisme fédéral qui fait du Canada un pays de découvreurs et d'innovateurs, au profit de tous les Canadiens. Il appuie quelque 28 000 étudiants universitaires et stagiaires postdoctoraux dans leurs études supérieures. Le CRSNG fait la promotion de la découverte en offrant un appui financier à plus de 11 800 professeurs d'université chaque année et favorise l'innovation en incitant plus de 1 500 entreprises canadiennes à investir dans des projets de recherche d'établissements postsecondaires et à y participer.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les prix Synergie pour l'innovation de 2010 du CRSNG, veuillez consulter la fiche d'information.

Fiche d'information

Remise du prix Synergie pour l'innovation à l'Université de la Colombie-Britannique

En 1995, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) a créé les prix Synergie pour l'innovation dans le but de reconnaître les partenariats en recherche- développement en sciences naturelles et en génie entre les universités et les industries. Depuis leur création, ces prix ont souligné les plus remarquables réalisations en sciences naturelles et en génie issues de la collaboration entre les universités et les entreprises.

En travaillant ensemble, les entreprises et les universités lauréates ont prouvé que les partenariats efficaces servent de fondement aux réalisations. Leur succès a enrichi les programmes de formation et de recherche des universités canadiennes tout en apportant des avantages concrets aux Canadiens.

Les universités lauréates reçoivent chacune une subvention de recherche de 200 000 $. Chaque partenaire industriel reçoit la prestigieuse sculpture des prix Synergie et a la possibilité d'embaucher un titulaire d'une bourse postdoctorale de recherche-développement industrielle du CRSNG pour deux ans, le CRSNG assumant alors les coûts liés au salaire du titulaire de la bourse.

Les prix Synergie pour l'innovation mettent en valeur l'innovation et les avantages de la mise en commun des ressources visant à tirer le meilleur parti de l'ingéniosité des Canadiens. Les prix Synergie sont décernés dans quatre catégories :

  • Petites et moyennes entreprises : un partenariat avec une seule entreprise employant 500 personnes ou moins;

  • Grandes entreprises : un partenariat avec une seule entreprise employant plus de 500 personnes;

  • Deux entreprises ou plus : un partenariat avec deux entreprises ou plus, de toute taille;

  • Prix Leo-Derikx : un modèle innovateur de partenariat de longue date en recherche-développement préconcurrentielle entre les universités et les entreprises, dont le résultat a été de rehausser le bien-être général d'une industrie.

À propos du projet de l'Université de la Colombie-Britannique

Le prix Synergy dans la catégorie Deux entreprises ou plus est décerné à M. Donald Mavinic.

Étant un composant de l'ADN et un ingrédient important dans les engrais, le phosphore est essentiel à tous les organismes vivants. Toutefois, on ne peut pas l'extraire, ni le fabriquer ni le remplacer, et les ressources mondiales sont restreintes. En effet, le Maroc et la Chine possèdent les seules grandes réserves de phosphate naturel, et on prévoit que l'on devrait atteindre le « pic du phosphore » vers 2035.

Pour contrer les effets de cet approvisionnement limité de phosphore, M. Mavinic et les membres de son équipe de recherche du Département de génie civil de l'Université de la Colombie-Britannique ont mis au point une technologie qui récupère 85 p. 100 des phosphates présents dans les eaux usées et les convertit en un autre type novateur d'engrais. La licence pour cette technologie a été octroyée à Ostara Nutrient Recovery Technologies Inc. en 2005, et elle est passée du projet pilote à l'utilisation à grande échelle. Avec l'aide de plusieurs partenaires (Clean Water Services Ltd., EPCOR Water Service Inc., Metro Vancouver et Stantec Inc.), l'utilisation du premier réacteur PEARL a débuté en mai 2007 à l'usine d'épuration des eaux usées Gold Bar d'Edmonton.

Le réacteur PEARL réduit les coûts d'exploitation des usines de traitement des eaux usées et présente des avantages importants pour l'environnement. Dans les usines d'épuration, le phosphore est un problème qui entraîne des coûts de plusieurs millions de dollars. En effet, il forme un composé cristallin appelé struvite qui s'accumule sur les parois internes des tuyaux de l'usine, ce qui nécessite un entretien coûteux. Le réacteur PEARL recueille ce phosphore, qui est emballé par Ostara et vendu comme engrais sous l'appellation Crystal Green. Cet engrais convient aux utilisateurs commerciaux, notamment les pépinières, les gazonnières et les terrains de golf, qui requièrent la libération lente des éléments nutritifs. Grâce à la vente d'engrais, le système de récupération des nutriments est rentabilisé en cinq à sept ans.

Ostara possède des extracteurs à Portland (Oregon) et à Suffolk (Virginie), et des travaux sont en cours en vue d'exploiter des réacteurs en Chine dans un proche avenir. Entretemps, la ville d'Edmonton construit une installation qui comportera quatre réacteurs additionnels qui traiteront l'ensemble de ses eaux usées et, d'ici 2012, elle sera la première ville à adopter pleinement cette technologie de récupération.

Renseignements

  • Cabinet de l'honorable Tony Clement
    Ministre de l'Industrie
    Lynn Meahan - Attachée de presse
    613-995-9001
    ou
    Industrie Canada
    Relations avec les médias
    613-943-2502
    ou
    Conseil de recherches en sciences naturelles
    et en génie du Canada
    Martine Perreault - Agente des relations avec les médias
    et des affaires publiques
    613-996-7238
    martine.perreault@nserc-crsng.gc.ca