AGENCE CANADIENNE D'INSPECTION DES ALIMENTS

AGENCE CANADIENNE D'INSPECTION DES ALIMENTS

25 mai 2011 12h00 HE

Le gouvernement fédéral élabore une méthode d'analyse plus précise et rapide visant la détection de toxines dans les mollusques

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 25 mai 2011) - L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a élaboré une nouvelle méthode d'analyse innovatrice visant le dépistage des toxines responsables de l'intoxication par phycotoxine paralysante (IPP). Elle détecte les toxines présentes dans les moules, les myes, les huîtres et les pétoncles, ainsi que leur concentration, ce qui permettra d'anticiper d'éventuelles intoxications.

La consommation de ces toxines peut causer l'IPP, qui peut se manifester par une sensation de picotement et d'engourdissement des lèvres, de la langue, des mains et des pieds ainsi que par une difficulté à avaler. Dans les cas graves, les symptômes peuvent inclure une difficulté à marcher, une paralysie musculaire et une paralysie respiratoire, voire entraîner la mort.

" Voilà un autre exemple de l'excellent travail qu'accomplit le gouvernement du Canada afin d'améliorer la salubrité des aliments grâce à des principes scientifiques éprouvés, a déclaré le ministre de l'Agriculture, Gerry Ritz. En mettant en application cette nouvelle méthode d'analyse reconnue à l'échelle internationale, le Canada demeure un chef de file en matière de surveillance des toxines marines. "

La nouvelle technique se fonde sur une méthode appelée " chromatographie liquide à oxydation postcolonne " ou LC-PCOX, qui sépare les échantillons de fluide au niveau moléculaire. Cette technique permet d'identifier et de mesurer chaque composé toxique. Elle remplace l'épreuve habituelle d'essai biologique utilisée depuis les années 1950, qui estimait la concentration de toxines par l'étude des effets sur les souris.

" L'ancienne méthode permettait de déterminer si le mollusque était impropre à la consommation, explique Jeff van de Riet, coordonnateur principal de recherche au laboratoire de l'ACIA de Dartmouth. La nouvelle méthode, qui analyse plus précisément la concentration de phycotoxines paralysantes, nous permet de détecter de faibles concentrations de toxines avant que celles-ci ne posent un danger pour la santé. Cette technique permet également de réduire de plus de 50 p. 100 les frais d'analyse. "

La nouvelle méthode a été mise en application en avril 2011 aux laboratoires de l'ACIA à Burnaby (Colombie-Britannique), à Longueuil (Québec), à St. John's (Terre-Neuve-et-Labrador) et à Dartmouth (Nouvelle-Écosse). Ces laboratoires traitent annuellement plus de 10 000 échantillons pour vérifier si les mollusques récoltés au Canada sont propres à la consommation.

La méthode a été élaborée et validée par le laboratoire de l'ACIA de Dartmouth, en partenariat avec l'Institut des biosciences marines du Conseil national de recherches du Canada. En mars 2011, la technique a été approuvée par l'Association of Official Analytical Communities (AOAC International), l'organisme de normalisation des méthodes d'analyse et des activités de laboratoire reconnu sur la scène mondiale.

L'ACIA est le plus important organisme de réglementation à vocation scientifique au Canada. Elle vérifie la salubrité des aliments en se fondant sur des principes scientifiques éprouvés. Les scientifiques de l'ACIA procèdent à des analyses en laboratoire spécialisées, à des activités de recherche et de surveillance, à des évaluations des risques et à des évaluations de produit dans le but de protéger l'approvisionnement alimentaire ainsi que les ressources animales et végétales du Canada.

Renseignements

  • Agence canadienne d'inspection des aliments
    Relations avec les médias
    613-773-6600