Service Correctionnel du Canada

Service Correctionnel du Canada

10 janv. 2011 16h13 HE

Le gouvernement Harper annonce des mesures pour assurer la sécurité des rues et des collectivités canadiennes

L'agrandissement des établissements correctionnels contribue à garder les criminels dangereux derrière les barreaux

COWANSVILLE, QUÉBEC--(Marketwire - 10 jan. 2011) - Aujourd'hui, le gouvernement Harper a annoncé de nouvelles mesures pour assurer la sécurité des rues et des collectivités canadiennes grâce à un investissement qui contribuera à garder les criminels dangereux derrière les barreaux. C'est Shelly Glover, députée de la circonscription de Saint-Boniface, qui a annoncé, au nom de l'honorable Vic Toews, ministre de la Sécurité publique, que le gouvernement investira 73 millions de dollars dans l'agrandissement d'établissements fédéraux à Cowansville et à Donnacona afin de mieux assurer la protection des citoyens respectueux des lois.

« Notre gouvernement est fier d'être du bon côté dans ce dossier, c'est-à-dire du côté des citoyens respectueux des lois, des victimes qui veulent obtenir justice et de ceux qui comprennent qu'il vaut la peine d'investir dans une société sûre et sécuritaire », a affirmé la députée Glover, au nom du ministre Toews. « L'agrandissement de ces établissements réitère non seulement l'engagement de notre gouvernement envers le Québec, mais aide aussi à s'assurer que les criminels purgent des peines qui reflètent davantage la gravité de leurs crimes. »

Ces travaux d'agrandissement, dont le coût s'élèvera à 73 millions de dollars, comprendront la construction de deux nouvelles unités résidentielles de 96 places à l'Établissement de Cowansville et d'une nouvelle unité résidentielle de 96 places à l'Établissement de Donnacona. On prévoit que la construction des unités résidentielles à l'Établissement de Cowansville sera terminée en 2012-2013 et celle de l'unité résidentielle à l'Établissement de Donnacona, en 2013-2014.

« Selon le régime antérieur, un criminel violent condamné à une peine de neuf ans pouvait retrouver sa liberté après seulement trois ans derrière les barreaux s'il avait passé deux ans en détention préventive avant de subir son procès. Cette situation n'est pas acceptable pour les Canadiens », a indiqué la députée Glover. « Nous prenons des mesures afin de nous assurer que les criminels paient leur dette, en entier, à la société. »

Au cours des prochaines années, on s'attend à ce que le SCC ajoute plus de 2 700 places dans ses établissements pour hommes et pour femmes à l'échelle du Canada.

Renseignements

  • Service correctionnel du Canada
    Jean-Yves Roy
    Gestionnaire des communications, Relations avec les médias
    450-967-3350
    ou
    Cabinet du ministre de la Sécurité publique
    Christopher McCluskey
    613-991-2865