Agence spatiale canadienne

Agence spatiale canadienne

02 sept. 2010 09h45 HE

Le gouvernement Harper annonce le premier commandant canadien de la Station spatiale internationale

LONGUEUIL, QUÉBEC--(Marketwire - 2 sept. 2010) - L'Agence spatiale canadienne (ASC) a annoncé aujourd'hui que l'astronaute Chris Hadfield effectuera un troisième séjour dans l'espace et deviendra le premier commandant canadien de la Station spatiale internationale (ISS).

Chris Hadfield s'envolera à bord d'une fusée russe Soyouz en décembre 2012 et assumera le commandement de la station durant la deuxième moitié de sa mission de six mois. Il s'agira de la deuxième mission de longue durée qu'entreprendra un astronaute canadien.

« Le fait d'avoir choisi un astronaute canadien pour effectuer une mission de longue durée et agir en tant que commandant de la Station spatiale internationale témoigne des réalisations de notre programme d'exploration spatiale dans de multiples disciplines et de l'excellente réputation dont jouit notre Corps d'astronautes canadiens », a déclaré l'honorable Gary Goodyear, ministre d'État (Sciences et Technologie).

« Nos engagements envers la création de technologies spatiales canadiennes innovatrices, ainsi que l'expertise de nos astronautes hautement qualifiés, ont permis au Canada de gagner la confiance de ses partenaires internationaux », a ajouté l'honorable Josée Verner, ministre des Affaires intergouvernementales.

Au cours des quatre premiers mois de son affection à bord, Chris Hadfield réalisera, en tant qu'ingénieur de vol, diverses expériences scientifiques, tâches de robotique et démonstrations technologiques. Ayant déjà effectué des sorties extravéhiculaires, il pourrait être appelé à travailler à l'extérieur de la station. En mars 2013, lors du remplacement de trois des six membres d'équipage, Chris Hadfield assumera les fonctions de commandant de la mission Expedition 35.

À titre de commandant de l'ISS, il sera responsable de la sécurité de l'équipage, des opérations courantes ainsi que de l'entretien et des équipements de la station, et il veillera à ce que les expériences scientifiques soient menées au nom de chercheurs canadiens et étrangers. Il pourrait également être chargé de faire fonctionner le Canadarm2 pour l'assemblage et l'entretien de l'ISS de même que pour la préhension et l'amarrage d'engins spatiaux à la station.

L'astronaute Hadfield est censé revenir sur Terre à bord d'un engin Soyouz qui atterrira au Kazakhstan en juin 2013.

La carrière de Chris Hadfield en exploration spatiale est ponctuée d'événements marquants. Il est le seul Canadien à être monté à bord de la station spatiale russe Mir (1995). Il a été le premier Canadien à effectuer une sortie extravéhiculaire — un exploit réalisé lorsqu'il a installé le Canadarm2 sur l'ISS en 2001.

En prévision de sa prochaine mission spatiale, Chris Hadfield a déjà commencé à s'entraîner au Canada, aux États-Unis et en Russie. En 2009, il a suivi l'entraînement de relève pour l'astronaute canadien Robert Thirsk qui a pris part à la première mission de longue durée du Canada à bord de l'ISS.

L'Agence spatiale canadienne demandera au public de proposer des expériences scientifiques que Chris Hadfield pourrait mener dans l'espace. Elle entend également inviter les Canadiens à prendre part à la mission par le biais de différentes activités, dont certaines à caractère musical. L'astronaute Hadfield adore jouer de la guitare et souhaite se servir de la guitare de conception canadienne qui se trouve présentement à bord de la station. Il veut inciter les jeunes Canadiens à s'intéresser aux sciences et à la technologie et à opter pour un programme d'études qui leur permettra de faire partie de la prochaine génération spatiale du Canada.

La Station spatiale internationale est un laboratoire orbital créé, entretenu et utilisé par le Canada, l'Europe, le Japon, la Russie et les États-Unis dans le but de faire avancer la science et la technologie. Des astronautes y séjournent pendant six mois, une période idéale pour l'étude des effets à long terme de la microgravité sur le corps humain. Les membres d'équipage mènent quotidiennement des expériences au nom de chercheurs en poste au sol et les résultats permettent de mieux comprendre les problèmes de santé humaine et de mieux contrôler certains des processus physiques qui touchent de nombreuses personnes. L'ostéoporose, le maintien de la condition physique et de l'équilibre, les effets à long terme des rayonnements et la perception visuelle comptent parmi les domaines de la recherche scientifique susceptible d'améliorer grandement notre qualité de vie, ici sur Terre. Les innovations scientifiques et technologiques issues des travaux menés à bord de la station seront également appliquées aux futures missions d'exploration spatiale qui élargiront la portée humaine dans le système solaire.

Renseignements

  • Agence spatiale canadienne
    Relations avec les médias
    450-926-4370
    www.asc-csa.gc.ca