Affaires autochtones et Développement du Nord Canada

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada

23 janv. 2012 08h35 HE

Le gouvernement Harper annonce que huit Premières Nations de la Colombie-Britannique adhéreront au Régime de gestion des terres des Premières Nations

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 23 jan. 2012) - Le gouvernement Harper a annoncé aujourd'hui que d'ici peu, huit Premières Nations de la Colombie-Britannique entameront un processus pour se soustraire aux 34 articles sur la gestion des terres de la Loi sur les Indiens, ce qui leur permettra d'assumer un contrôle accru sur leurs terres de réserve et sur la gestion de leurs ressources », a annoncé l'honorable James Moore, député de Port Moody-Westwood-Port Coquitlam et ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, au nom de l'honorable John Duncan, ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien.

« J'aimerais féliciter les huit Premières Nations de la Colombie-Britannique qui ont été choisies pour participer au Régime de gestion des terres des Premières Nations, a déclaré le ministre Moore. En exerçant un plus grand contrôle sur la gestion de leurs terres de réserve, de leur environnement et de leurs ressources, ces Premières Nations pourront profiter de nouvelles possibilités de développement économique. »

Ces Premières Nations sont : Aitchelitz, Haisla Nation, Shuswap, Skowkale, St. Mary's, Stz'uminus, bande indienne de Williams Lake et Yakweakwioose.

« Le Régime de gestion des terres des Premières Nations a prouvé par le passé qu'il favorisait l'augmentation des occasions de développement économique », a affirmé le ministre Duncan. « En collaboration avec les organisations et les collectivités des Premières Nations, nous travaillons à bâtir un avenir dans lequel les Premières Nations seront autonomes et prospères, un avenir où elles prendront leurs propres décisions, géreront leurs propres affaires et contribueront de façon importante à l'ensemble du pays. »

Trois des Premières Nations choisies - Aitchelitz, Skowkale et Yakweakwioose - participeront au Régime sous une même entité : le Conseil tribal des Sto'lo, et se partageront le financement visant à élaborer et à appliquer leur nouveau code foncier.

« Je suis extrêmement emballé d'apprendre que 18 nouvelles Premières Nations qui par ailleurs le méritent bien soient ajoutées comme signataires de l'Accord-cadre relatif à la gestion des terres des Premières Nations » a déclaré le chef Louie. « Il s'agit d'un investissement qui offrira un excellent rendement pour les Premières Nations et pour l'économie canadienne tout entière. Les collectivités des Premières Nations de partout au pays désirent que les Premières Nations soient reconnues comme des compétences autonomes dotées de leurs propres pouvoirs décisionnels. »

(Un document renfermant les citations du leadership des Premières Nations est joint à la présente.)

L'annonce d'aujourd'hui est le résultat d'un engagement formulé dans le budget de 2011. Dans son budget de 2011, le gouvernement du Canada a affecté 20 millions de dollars sur deux ans afin de répondre à l'intérêt de dirigeants de Premières Nations à participer au régime de gestion des terres des Premières Nations.

L'amélioration des possibilités économiques pour les peuples autochtones est une priorité du gouvernement du Canada. En juin 2009, le gouvernement du Canada a lancé le Cadre fédéral pour le développement économiqe des Autochtones (CFDEA), qui constitue un changement fondamental dans l'approche adoptée par le gouvernement fédéral pour appuyer le développement économique des Autochtones. Le CFDEA permet d'optimiser les retombées des investissements fédéraux en renforçant l'entrepreneuriat, en bonifiant la valeur des actifs autochtones et en favorisant la formation de nouveaux partenariats efficaces dans le but de porter le potentiel de développement économique des Autochtones canadiens à son maximum.

Document des citations

Document d'information - Régime de gestion des terres des Premières Nations

Pour obtenir davantage de renseignements, consultez le site Web du Conseil consultatif des terres à l'adresse : www.labrc.com.

Ce communiqué se trouve également sur Internet : www.aadnc.gc.ca.

Vous pouvez recevoir automatiquement toutes nos nouvelles et nos mises à jour médiatiques. Consultez notre site Web pour obtenir plus d'information sur le fil RSS de notre salle des médias ou pour vous y abonner : http://www.aadnc-aandc.gc.ca/fra/1291225661056/1291225818571.

CITATIONS

Chef Robert Louie, président du Conseil consultatif des terres des Premières nations et chef de la Première nation Westbank, C.-B. :

« Je suis extrêmement excité et ravi que 18 nouvelles Premières nations bien méritants seront ajoutés en tant que signataires à l'Accord-cadre relatif à la gestion des terres des Premières nations. C'est un investissement dans les Premières nations qui apportera des bénéfices significatifs à ces Premières nations ainsi qu'à l'économie canadienne dans son ensemble. Pour les Premières nations, la reconnaissance comme des juridictions gouvernementales, avec plein pouvoir de décision, est le désir de toutes les communautés Premières nations à travers le pays. »ΓÇ¿

Chef régional de l'APN, C.-B., Jody Wilson-Raybould :

« En tant que chef régional de l'APN représentant la Colombie-Britannique, je me réjouis de l'annonce effectuée par le ministre Duncan à savoir qu'un plus grand nombre de nos collectivités seront ajoutées comme signataires de l'Accord-cadre relatif à la gestion des terres des Premières nations. Nos nations vivent une période de profond changement caractérisé par le renforcement de leurs capacités en tant que nations. La compétence et la capacité décisionnelle des Premières Nations sur leurs réserves et leurs ressources constituent une première étape fondamentale sur la voie du développement économique et éventuellement de l'indépendance financière. Je salue l'effort déployé par le ministre et ses collègues pour trouver les ressources pour investir davantage dans nos collectivités et l'Accord-cadre. Je suis convaincue que la réussite à venir de l'ensemble des Premières Nations signataires de l'Accord-cadre de partout au Canada encouragera le gouvernement du Canada à trouver des ressources supplémentaires de manière à ce que de nombreuses autres collectivités puissent avoir une maîtrise directe sur leurs terres de réserve et leurs ressources. »

Grand Chef Joe Hall, président, Première Nation de Sto:lo, C.-B. :

« C'est un point de départ excitant pour trois autres communautés Sto: lo qui sont ravis de recevoir les nouvelles qu'ils deviendront signataires à l'Accord-cadre. Les nombreux avantages, qui incluent la possibilité d'établir des lois foncières et exerce sa juridiction, sont évidents. Comme le Grand chef, je tiens à remercier personnellement le ministre Duncan et ses fonctionnaires. L'ajout de ces trois communautés signifie que les lacunes géographiques dans le territoire Sto: lo seront remplis. Maintenant 10 de nos 11 Premières nations Sto: lo seront signataires à l'Accord-cadre. Ceci offre une plus grande harmonie entre notre groupes Sto : lo qui gèrent déjà sous des codes fonciers existants. Ceci se révélera tout aussi important pour les gouvernements locaux non-autochtones voisins. »

Chef Cheryl Casimer, première nation St. Mary's, C.-B. :

« Nous sommes extrêmement heureux par ces nouvelles. Nous sommes maintenant sur le chemin d'assurer notre juridiction sur nos terres et reprendre notre rôle de vrais décideurs de notre avenir. La communauté?Aq'am est impatient d'accomplir nos buts et objectifs stratégiques identifiés dans notre plan de communauté tout en créant des opportunités économiques avec la création de notre société de développement, Aqam entreprises communautaires. C'est une seule initiative de plusieurs que notre première nation entreprendra et marque le début d'une année prospère. »

Chef Ann Louie, Bande indienne de Williams Lake, C.-B. :

« La bande indienne de Williams Lake est extrêmement emballée à l'idée de faire partie de l'Initiative sur la gestion des terres des Premières Nations (IGTPN). Nous sommes prêts à assumer une plus grande autonomie et la maîtrise de la gestion de nos terres, de nos ressources et de l'environnement, ce qui constituent une étape cruciale pour l'avenir. Nous sommes certains que la participation à l'IGTPN augmentera l'efficacité, inspirera la confiance des investisseurs et ouvrira les portes à de plus grandes possibilités économiques pour notre peuple. »

Renseignements

  • Cabinet du ministre
    Jan O'Driscoll
    Attachée de presse
    Cabinet de l'honorable John Duncan
    819-997-0002

    Relations avec les médias
    Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
    819-953-1160