Parcs Canada



Parcs Canada

26 nov. 2012 09h30 HE

Le gouvernement Harper désigne le Capitaine John MacDonald de Glenaladale à titre de personnage historique national

CARDIGAN, ILE-DU-PRINCE-EDOUARD--(Marketwire - 26 nov. 2012) - Au nom de l'honorable Peter Kent, ministre canadien de l'Environnement et ministre responsable de Parcs Canada, l'honorable Gail Shea, ministre du Revenu national, a annoncé aujourd'hui la désignation du John MacDonald de Glenaladale à titre de personnage historique national en raison de sa contribution notable aux efforts de colonisation dans les débuts de l'histoire du Canada.

« Les documents écrits exceptionnels laissés par le capitaine MacDonald, c'est-à-dire ses mémoires, ses lettres et ses pétitions, se révèlentd'une grande valeur pour nous aider à comprendre cette période lointaine de notre histoire », a souligné la ministre Shea.

John MacDonald, un Écossais noble, a joué un rôle ed premier plan pour ce qui est de favoriser l'établissement d'Écossais sur l'Île-du-Prince-Édouard, et il nous a légué une documentation écrite exceptionnelle sur les premières années de 'histoirel de la province.

« L'arrivée des premiers colons écossais, leur établissement sur l'Île-du-Prince-Édouard, leur combat pour la survie et la contestation des pratiques coloniales par les propriétaires sont des chapitres fascinants du début de la colonisation de notre pays », a ajouté le ministre Kent.

Cette nouvelle désignation sera ajoutée au réseau de lieux, de personnages et d'événements d'importance historique nationale du Canada, selon la recommandation de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

Créée en 1919 et appuyée par l'Agence Parcs Canada,la Commission des lieux et monuments historiques du Canada conseille le ministre de l'Environnement quant à l'importance historique nationale des lieux, des personnes et des événements qui ont marqué l'histoire du Canada. Au nom de la population canadienne, Parcs Canada gère un réseau pancanadien de lieux historiques nationaux qui met en valeur la richesse du patrimoine historique du Canada et offre au public des occasions de faire des découvertes authentiques et inspirantes.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le document d'information connexe à l'adresse www.parcscanada.gc.ca, sous Salle des médias.

FICHE D'INFORMATION

JOHN MACDONALD DE GLENALADALE

John MacDonald naît en 1742 à Glenaladale, en Écosse. Il fait ses études à Ratisbonne, en Allemagne, dans un collège dirigé par les moines bénédictins de l'abbaye St. James. Il y apprend à écrire et à parler sept langues, et on dit de lui qu'il est « l'un des hommes les plus cultivés et raffinés de cette région de pays ». Il retourne en Écosse lors du décès de son père en 1761 et, deux ans plus tard, il devient le huitième laird de Glenaladale et de Glenfinnan.

Dans les années suivant la bataille de Culloden, d'importants changements économiques surviennent dans les Hautes Terres et, à l'instar de nombre de ses concitoyens, John MacDonald envisage l'émigration. Il conclut une entente avec les dirigeants de l'Église catholique écossaise afin de convaincre les habitants des Hautes Terres, principalement ceux qui résident sur les terres du clan MacDonald, d'émigrer à l'Île-du-Prince-Édouard (appelée île Saint-Jean à l'époque), et l'Église garantirait lesfonds nécessaires pour ceux qui ne seraient pas en mesure de payer leur passage. Ainsi, John MacDonald est responsable du recrutement et du transport du plus grand nombre de colons à arriver à l'Île-du-Prince-Édouard dans les premières années de cette colonie britannique et à leur fournir les biens nécessaires à leur établissement. Ses 214 colons quittent l'Écosse en1772 et constituent le premier groupe d'Écossais des Hautes Terres catholiques à émigrerà l'Île-du-Prince-Édouard. Ils se sont installés sur le lot de 20 000 acres de John MacDonald situé sur la rive est de la baie de Tracadie. La première année, John MacDonald fournit la nourriture et les outils, jusqu'à ce que les colons entament la récolte de leurs propres produits agricoles. Plusieurs années plus tard, en 1775, MacDonald a été nommé capitaine des Royal Highland Emigrants au moment de la déclaration de la guerre d'indépendance américaine .

La tenure de John MacDonald à titre de propriétaire, ou de possesseur de terres, est un parfait exemple des luttes qui se jouent à l'époque entre les propriétaires et les dirigeants de la colonie de l'île. Les propriétaires possèdent de grandes terres, qu'ils louent aux colons, et transmettent les recettes au trésor de la colonie pour en payer l'administration. Or, seulement peu de propriétaires, y compris John MacDonald, sont en mesure de payer leurs redevances annuelles, appelées « cens », et la plupart d'entre eux doiven t d'importants montants d'argent. Les cens servent à payer le salaire du gouverneur de l'île,Walter Patterson, et d'autres administrateurs; sans les cens, ces derniers ne reçoivent qu'une fraction de leur salaire et se saisissent de terres en guise des montants dus.

John MacDonald mène des combats contre Walter Patterson et sa bande au moyen d'écrits, de correspondances et de rencontres avec les autorités en Angleterre. Il séjourne plusieurs années à Londres pour défendre sa cause, et il est finalement libéré des charges qui pèsent contre lui.

En son absence, c'est sa sœur Nelly qui gère sa dem eure et ses terres. Au final, les mémoires, les pétitions et les lettres de John MacDonald datant de l'arrivée des premiers colons écossais des Hautes Terres en 1772 à la mort de ce dernier en 1810 constituent une documentation écrite exceptionnelle sur l'histoire de l'Île-du-Prince-Édouard.

Renseignements

  • Adam Sweet
    Attaché de presse
    Cabinet du ministre de l'Environnement
    819-997-1441

    Relations avec les médias
    Parcs Canada
    819-953-8371
    www.twitter.com/parcscanada