Gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

12 oct. 2010 11h13 HE

Le gouvernement Harper investit dans les emplois et la croissance au sein des collectivités

De nouveaux partenariats de recherche entre des collèges et des collectivités appuient la reprise économique du Canada

BATHURST, NOUVEAU-BRUNSWICK--(Marketwire - 12 oct. 2010) - Onze collèges travailleront en collaboration avec des collectivités et des entreprises locales afin de commercialiser les résultats des travaux de recherche novateurs effectués sur leur campus par suite des investissements annoncés aujourd'hui par le gouvernement Harper. Ces nouveaux partenariats permettront de mettre au point diverses technologies écologiques ainsi que de renforcer les liens entre l'industrie, le milieu de la recherche et le milieu universitaire. Les projets annoncés aujourd'hui sont axés sur l'amélioration du rendement des technologies de production d'énergie renouvelable, l'élaboration de solutions durables relatives aux polluants et aux déchets générés par les industries et les municipalités, et la fabrication de produits d'origine biologique novateurs comme les biocarburants. Dans le cadre d'une allocution prononcée aujourd'hui au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick, l'honorable Tony Clement, ministre de l'Industrie, a annoncé l'octroi de fonds en vue d'appuyer ces projets et d'autres projets.

« Le gouvernement appuie l'innovation, puisqu'elle contribue à créer des emplois, à améliorer la qualité de vie des Canadiens et à renforcer l'économie, a indiqué M. Clement. Ces nouveaux partenariats permettront aux collectivités de bénéficier d'une formation axée sur des compétences, feront en sorte que les collèges canadiens deviennent une destination de choix pour des chercheurs très talentueux et permettront aux entreprises locales dans des collectivités partout au pays d'avoir accès aux connaissances et aux ressources dont elles ont besoin pour innover et commercialiser des produits. »

Les 11 nouveaux projets annoncés aujourd'hui recevront un total de près de 15 millions de dollars par l'entremise du Programme d'innovation dans les collèges et la communauté (ICC). Dans le cadre d'un de ces projets, le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick met sur pied un centre de commercialisation et de formation axé sur la recherche et la technologie en matière de bioraffinage et de fermentation. Des chercheurs universitaires et des bioraffineries se serviront du centre afin de valider des technologies avant la mise en œuvre de la production ou l'octroi de licence.

Le Programme d'ICC est une initiative conjointe du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et des Instituts de recherche en santé du Canada. Établi par le gouvernement du Canada dans le budget de 2007, le Programme d'ICC permet aux établissements d'enseignement collégial de développer ou d'élargir leurs activités de transfert des résultats de la recherche dans leurs collectivités grâce à des partenariats avec des entreprises locales, en particulier des petites et moyennes entreprises.

« Le gouvernement comprend que la science fait fonctionner le commerce. Pour rester à l'avant-garde de l'économie mondiale, nous continuerons d'investir dans les gens, les laboratoires, les installations et les idées qui mèneront aux percées de demain », a dit le ministre Clement.

À l'issue d'un concours fondé sur l'évaluation par les pairs, 11 projets ont été retenus à des fins de financement. Ils recevront chacun une subvention pour une durée de deux à cinq ans. Ces projets s'ajoutent aux autres projets annoncés depuis 2009.

« Le Programme d'ICC appuie l'innovation dans les collectivités en favorisant la collaboration entre l'industrie et les établissements d'enseignement postsecondaire, a affirmé Suzanne Fortier, présidente du CRSNG, qui administre le Programme d'ICC. Lorsque les entreprises et les collèges locaux collaborent, tout le monde y gagne : des emplois sont créés, l'industrie prend de l'expansion et les collectivités prospèrent. Le Programme d'ICC transforme la recherche et développement en avantage économique au profit des habitants et des entreprises de la région. »

« Le Programme d'ICC fonctionne bien. Il permet aux membres du corps professoral et aux étudiants des collèges d'avoir accès à plus de possibilités d'apprentissage grâce à leur participation à des projets de recherche appliquée et renforce les entreprises grâce à l'innovation, a souligné James Knight, président-directeur général de l'Association des collèges communautaires du Canada. L'appui du gouvernement accordé au Programme d'ICC témoigne d'une bonne compréhension de l'importante contribution des collèges, des instituts et des écoles polytechniques à la productivité et à la croissance économique du pays. »

Le CRSNG est un organisme fédéral dont la vision est d'aider à faire du Canada un pays de découvreurs et d'innovateurs, au profit de tous les Canadiens. Il appuie quelque 28 000 étudiants universitaires et stagiaires postdoctoraux dans leurs études supérieures. Le CRSNG fait la promotion de la découverte en offrant un appui financier à plus de 11 800 professeurs d'université chaque année et favorise l'innovation en incitant plus de 1 500 entreprises canadiennes à investir dans les projets de recherche des établissements postsecondaires et à y participer.

Le document d'information comprend plus de renseignements sur le Programme d'ICC et sur les 11 projets financés.

Note d'information

Programme d'innovation dans les collèges et la communauté

Le Programme d'innovation dans les collèges et la communauté (ICC) offre des fonds aux établissements afin de stimuler la commercialisation des résultats de la recherche appliquée dans les collectivités. Le Programme d'ICC appuie des projets dans les domaines des sciences et des technologies environnementales; des ressources naturelles et de l'énergie; des sciences de la santé et de la vie et des technologies connexes; et des technologies de l'information et des communications.

Le programme, projet pilote des trois organismes subventionnaires fédéraux, est administré par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et les Instituts de recherche en santé du Canada. En raison de la réussite du programme pilote, le gouvernement du Canada a rendu permanent le Programme d'ICC dans le budget de 2007. Le programme appuie actuellement 45 projets dans 40 collèges du Canada.

Les projets sont sélectionnés au cours d'un processus rigoureux d'évaluation par les pairs qui comprend l'évaluation des demandes par un Conseil consultatif du secteur privé composé de dirigeants d'entreprises canadiennes du secteur de la R et D. Les 11 titulaires d'une subvention de ce cinquième concours du Programme d'ICC recevront un total de près de 15 millions de dollars, sur deux à cinq ans, soit de l'exercice 2009-2010 à l'exercice 2014-2015.

Cinquième concours – Projets appuyés en 2010 :

Collège communautaire du Nouveau-Brunswick, Bathurst (Nouveau-Brunswick) : Le collège met au point une bioraffinerie dotée d'un équipement de fermentation à l'échelle industrielle exploité par des employés, qui permettra aux chercheurs universitaires et aux entreprises de bioraffinage et de fermentation industrielle de mettre à l'échelle et de valider les technologies avant la mise en production ou l'octroi de licences. Ce centre de commercialisation et de formation jouera un rôle de premier plan dans la recherche et la technologie en matière de bioraffinage et de fermentation ainsi que dans le développement de produits et de procédés au Canada atlantique. Des universités, des établissements de recherche en bioénergie ainsi que des petites et moyennes entreprises de la région utilisent la fermentation au moyen de bactéries et de levures pour produire des produits d'origine biologiques novateurs comme des biocarburants, des enzymes et des produits chimiques biorenouvelables. La raffinerie fournira les capacités manquantes entre la production en laboratoire et la production à grande échelle. Le collège agira à titre de centre de transfert et de commercialisation de technologie pour les collaborations régionales.

Nova Scotia Community College, Halifax (Nouvelle-Écosse) : Le Nova Scotia Community College et Green Power Labs Inc. collaborent dans le cadre de travaux de recherche qui amélioreront le rendement de technologies d'énergie renouvelable. Le collège s'est engagé à jouer un rôle de premier plan pour faire progresser l'industrie locale de l'énergie durable grâce à l'établissement d'un groupe de recherche appliquée sur l'énergie et à l'aménagement de nouvelles installations de recherche au sein du Centre for the Built Environment. En plus de servir à l'enseignement et à la formation, cette installation verte unique en son genre permettra de mettre en valeur les technologies énergétiques et environnementales afin d'assurer un avenir durable en utilisant de l'énergie géothermique, éolienne ou solaire intégrée aux bâtiments ainsi que des systèmes de contrôle et de surveillance de pointe.

Cégep André-Laurendeau, LaSalle (Québec) : Le Cégep André-Laurendeau désire répondre aux besoins en recherche et en transferts technologiques d'un ensemble important d'industries au Québec, en s'appuyant entre autres, sur ses Centres collégiaux de transfert de technologie : Optech, qui se spécialise en optique et en photonique, et l'Institut international de logistique de Montréal, qui se spécialise en logistique. Le projet consiste à établir des collaborations avec les entreprises locales et régionales ainsi qu'à permettre à Optech d'établir un centre d'expertises pour la conception, la fabrication, les tests et les essais de fiabilité et d'encapsulation de composants optiques. Fort de ses ressources et de ses compétences développées au fil des ans, Optech dispose d'une équipe de professionnels et d'enseignants prêts à relever le défi de la recherche appliquée.

Cégep de Saint-Hyacinthe, Saint-Hyacinthe (Québec) : Les polymères (textiles, composites et plastiques) pourraient bien s'avérer des solutions novatrices fort utiles dans de nombreux secteurs. En particulier, l'optimisation pondérale des véhicules est une grande priorité. On a actuellement recours à des fibres de composites préimprégnées, mais elles coûtent cher, notamment en raison du procédé utilisé. Des procédés d'infusion plus rapides et économiques semblent intéressants. Toutefois, le procédé de fabrication de préformes correspondant aux formes complexes de pièces en composite 3D, par assemblage et superposition de plusieurs couches de tissus de renforcement 2D minces, est à la fois lent et exigeant. La fabrication de tissus 3D complexes monobloc est promise à un très bel avenir. En partenariat avec l'industrie, le Cégep a l'intention de renforcer sa capacité en recherche afin de mettre au point une plateforme pour la fabrication de préformes 3D complexes à l'appui de la production de pièces en composites, particulièrement en aéronautique. 

Georgian College, Barrie (Ontario) : Le Georgian College explore certaines technologies d'énergie solaire qui renforceront et amélioreront les capacités de ses partenaires industriels et des fabricants régionaux du secteur des énergies de remplacement. Son programme de recherche sur les technologies d'énergie solaire sera axé sur la recherche appliquée et l'innovation portant sur ce type de technologies, stimulera l'innovation dans le centre de l'Ontario, favorisera la collaboration avec des partenaires industriels et accroîtra l'expertise des professeurs tout en offrant aux étudiants des possibilités d'apprentissage exceptionnelles dans le domaine de la recherche appliquée et des technologies d'énergie solaire. L'objectif global consiste à appuyer les projets visant à optimiser les technologies de captage, de conversion ou de transfert de l'énergie solaire et la mise en place de systèmes d'énergie solaire.

Sheridan Institute of Technology and Advanced Learning, Oakville (Ontario) : Les personnes âgées constituent le groupe dont la croissance est la plus rapide partout dans le monde et le Canada ne fait pas exception à la règle. Nous nous réjouissons du fait que l'espérance de vie va en augmentant, mais il nous faut relever les défis pour assurer une santé optimale aux Canadiens âgés. Par l'intermédiaire du Sheridan Elder Research Centre, le Sheridan College est à l'avant-garde d'approches novatrices favorisant la santé et le bien-être des Canadiens vieillissants et de leur famille. En établissant des partenariats avec l'industrie régionale, le centre explorera des mesures à prendre pour appuyer les petites et moyennes entreprises qui donneront suite aux possibilités de marché considérables découlant de ce phénomène démographique. L'initiative englobera plusieurs projets uniques en leur genre pour concevoir des applications technologiques qui favorisent la santé cognitive et l'inclusion sociale.

Sir Sandford Fleming College, Peterborough (Ontario) : Le Centre for Alternative Wastewater Treatment est très réputé pour ses installations de recherche de pointe. Il maximisera la capacité du collège à entreprendre des recherches de haut calibre, à cerner les besoins de l'industrie locale et régionale en matière de recherche appliquée et à y répondre; à cibler les activités de recherche sur les technologies de traitement de l'eau et des eaux usées; à élaborer et à mettre en œuvre des stratégies pour l'intégration des activités de recherche des étudiants; à stimuler le développement économique local en collaborant avec les entreprises locales et régionales pour répondre aux besoins de l'industrie des technologies de l'eau et des eaux usées; et à collaborer avec l'industrie locale ainsi qu'avec des organisations et des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux afin d'assurer la durabilité à long terme pour les activités de recherche appliquée au sein du collège.

Grand Prairie Regional College, Grand Prairie (Alberta) : Le Grande Prairie Regional College s'y connaît en ce qui concerne les polluants et les déchets générés par l'industrie et les municipalités. Les efforts déployés au cours des 10 dernières années par le collège, ses partenaires et ses intervenants ainsi qu'un investissement de 1,5 million de dollars ont permis de mettre au point à l'échelle locale des solutions durables grâce à trois projets de recherche appliquée. Par exemple, dans le cadre d'un de ces projets, on recycle les eaux usées municipales traitées pour irriguer une plantation expérimentale de peupliers hybrides afin d'améliorer la croissance des arbres et d'accroître le captage de CO2 ainsi que la production de fibres de bois industrielles. Chaque projet contribue à réduire les déchets de la région et met à profit des procédés naturels pour transformer des polluants atmosphériques en produits utiles. 

Grant MacEwan University, Edmonton (Alberta) : Les projets complexes de l'établissement visent à mettre au point une approche pratique pour détecter, suivre et détruire les antibiotiques et les hormones dans les déchets biologiques. La présence de ces substances dans l'eau et le sol ainsi que leur cheminement vers la chaîne alimentaire suscitent de plus en plus de préoccupations au sein de la population. Pendant leur vie, de 60 à 80 p. 100 des animaux d'élevage sont traités au moyen d'antibiotiques et d'hormones et la plus grande partie de la dose est excrétée telle quelle ou sous forme de métabolites actifs. Le projet collabore avec Highmark Renewables Research et d'autres membres de Biowaste to Energy for Canada Integration Initiative Corp., organisation sans but lucratif unique en son genre vouée à l'énergie propre et réunissant des établissements et des organisations qui s'intéressent au secteur de la bioénergie. 

Northern Alberta Institute of Technology, Edmonton (Alberta) : Avec près de 50 000 puits de pétrole et de gaz abandonnés, la croissance industrielle exerce une pression sur la forêt boréale de l'Alberta. De plus, le nombre de puits abandonnés continue d'augmenter. Pour ramener les sites à un état similaire aux conditions initiales, on utilise des plantes indigènes de la forêt boréale. Le novaNAIT Boreal Research Institute contribue au savoir en écologie forestière par l'intermédiaire des sociétés pétrolières et gazières, des entreprises de remise en état, du gouvernement ainsi que des Premières Nations et des Métis partenaires. Les entreprises locales exécutent la plus grande partie des travaux de remise en état. Le programme établit des liens avec les collectivités autochtones et métisses et met à profit les connaissances écologiques autochtones dans les pratiques de remise en état. Ces travaux auront une incidence favorable sur la forêt boréale et les perspectives économiques pour les collectivités de la région boréale.

Kwantlen Polytechnic University, Surrey (Colombie-Britannique) : Le projet de deux ans mis en œuvre par l'établissement a pour objet de lancer un programme de recherche et développement axé sur de nouveaux biopesticides fongiques dans un « incubateur » de bioproduits en misant sur l'expertise de l'Institute for Sustainable Horticulture de la Kwantlen Polytechnic University, de l'industrie et du gouvernement. Les organismes fongiques d'origine naturelle peuvent fournir des solutions biologiques inoffensives pour l'environnement aux problèmes des ravageurs en horticulture et en agriculture. Le développement de souches locales aidera à obtenir les outils biologiques nécessaires pour la production d'aliments et la préservation des paysages dans l'avenir. Les petites et moyennes entreprises locales travaillent en collaboration avec la Kwantlen Polytechnic University pour mettre ces produits sur le marché.

Renseignements

  • Cabinet de l'honorable Tony Clement
    Ministre de l'Industrie
    Lynn Meahan - Attachée de presse
    613-995-9001
    ou
    Industrie Canada
    Relations avec les médias
    613-943-2502
    ou
    Conseil de recherches en sciences naturelles
    et en génie du Canada
    Shannon Cobb - Agente des relations avec les médias
    613-996-3861
    shannon.cobb@nserc-crsng.gc.ca