Agence canadienne de développement international - ACDI



Agence canadienne de développement international - ACDI

05 avr. 2013 10h42 HE

Le gouvernement Harper investit dans une initiative de recherche visant à lutter contre la faim dans le monde

GUELPH, ONTARIO--(Marketwired - 5 avril 2013) - La recherche scientifique menée grâce à un fonds novateur contribuera à trouver des solutions à la faim et à la pauvreté dans le monde. Aujourd'hui, la députée Lois Brown, secrétaire parlementaire du ministre de la Coopération internationale, Julian Fantino, a annoncé que le Canada contribuait à la deuxième phase du Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale (FCRSAI).

« Dans le cadre du programme efficace d'aide internationale du Canada, le gouvernement Harper est déterminé à fournir une sécurité alimentaire accrue à ceux qui en ont le plus besoin. C'est pourquoi il investit dans l'innovation et la recherche scientifique, a déclaré la secrétaire parlementaire Brown. Les universités, les entreprises et les ONG du Canada ont toutes une expertise digne d'être mise à contribution ailleurs dans le monde. Ensemble, nous pouvons recourir à l'innovation pour trouver des solutions à la faim dans le monde. »

Le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale est une initiative conjointe de l'Agence canadienne de développement international (ACDI) et du Centre de recherches pour le développement international (CRDI). Le Fonds finance des partenariats de recherche novateurs entre des chercheurs canadiens et d'autres provenant de pays en développement, afin de répondre aux besoins alimentaires immédiats tout en améliorant l'accès à des aliments nutritifs et de qualité à long terme. La phase 2 servira à faire connaître les résultats de recherche les plus prometteurs aux organisations des secteurs public et privé qui sauront les diffuser à grande échelle afin qu'ils parviennent jusqu'aux utilisateurs finaux.

« Le CRDI et l'ACDI font équipe depuis longtemps afin d'appuyer le leadership canadien en matière de recherche et d'innovation agricoles aux fins de développement, a déclaré le président intérimaire du CRDI, Jean Lebel. Le FCRSAI montre que nos deux organismes sont déterminés à obtenir des résultats durables qui mettent à profit la vaste expérience du Canada dans le domaine des sciences agricoles et alimentaires, de manière à adopter une perspective mondiale pour permettre aux agriculteurs d'avoir accès aux nouvelles technologies et à l'expertise spécialisée dont ils ont besoin pour répondre à la demande alimentaire sans cesse croissante. Grâce au FCRSAI, nous élargissons aussi la base scientifique du Canada et contribuons à la stratégie scientifique et technologique du pays. »

Lancé en 2009, le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale finance actuellement 19 projets réunissant certains des meilleurs chercheurs issus de 11 organismes canadiens et de 26 organisations venant de pays en développement, de même que des partenaires du milieu scientifique, du secteur privé et d'organisations de la société civile, le tout afin d'élaborer des solutions novatrices à l'insécurité alimentaire mondiale.

La phase 1 a produit des résultats concrets dans divers pays en développement. Parmi les premiers succès obtenus, mentionnons un projet mené par des chercheurs de l'Université de Guelph, de l'Inde et du Sri Lanka. Ensemble, ces chercheurs ont élaboré, grâce à une nanotechnologie de pointe, un système de conditionnement novateur qui réduit considérablement les pertes après récolte des mangues, dont la culture joue un rôle essentiel en Asie du Sud. Cette technologie pourrait d'ailleurs servir aux agriculteurs canadiens qui cultivent des fruits à chair tendre.

« L'Université de Guelph est engagée partout sur la planète, et ce projet le montre bien, a déclaré Kevin Hall, vice-recteur à la recherche de l'Université de Guelph. Notre collaboration avec l'ACDI et le CRDI a pour but de trouver des moyens d'utiliser nos atouts en matière de recherche et de formation de manière à répondre à différents problèmes critiques, comme la sécurité alimentaire et la rareté des aliments, et de trouver des solutions simples qui permettront d'améliorer le quotidien des gens. Outre les retombées économiques, nous voulons que nos efforts contribuent à produire des changements sociaux positifs. »

La secrétaire parlementaire Brown a également annoncé aujourd'hui le début de la période, pour 2013, pendant laquelle les nouveaux projets de recherche pourront être soumis dans le cadre du Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale. L'accent sera mis sur la participation des femmes dans les pays en développement et sur les partenaires du secteur privé qui pourront rapidement transmettre les résultats des recherches agricoles aux agriculteurs et aux collectivités qui en ont le plus besoin, afin qu'ils puissent en tirer profit dès que possible.

En 2011, le premier ministre Harper a annoncé que le Canada donnait son appui à la phase 2 du Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale.

Le Plan d'action économique 2013 (PAE 2013) réitère l'engagement du Canada pour accroître le financement à l'égard de la recherche de pointe, afin d'appuyer l'innovation en vue d'établir une économie forte, fondée sur le savoir. Comme le prévoit le PAE 2013, le nouveau ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement conservera le mandat de réduction de la pauvreté et de soutien humanitaire.

Pour de plus amples renseignements, rendez-vous sur le site Web du Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale et sur la page Web de l'ACDI consacrée à la sécurité alimentaire.

Fiche d'information

Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale - phase 2

Le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale (FCRSIA) est une initiative conjointe de l'ACDI et du Centre de recherches pour le développement international (CRDI) qui finance des partenariats de recherche entre des organismes provenant du Canada et de pays en développement.

Par l'annonce d'aujourd'hui, l'ACDI et le CRDI s'engagent à verser 62,5 millions de dollars au cours des cinq prochaines années à la phase 2 du Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale.

Le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale s'inscrit dans la Stratégie de l'ACDI sur la sécurité alimentaire, laquelle met l'accent sur trois priorités : le développement agricole durable; la recherche et le développement; et l'assistance alimentaire et la nutrition. Ces priorités permettent d'aider les pays en développement à tendre vers l'autosuffisance alimentaire, un élément essentiel du développement à long terme et de la réduction de la pauvreté.

Le Fonds finance une grande variété de projets de recherche ayant pour but de résoudre des problèmes liés à la disponibilité d'aliments nutritifs et sains dans les pays en développement et à leur accès en quantité suffisante. Il cible plus particulièrement les femmes ainsi que les personnes les plus vulnérables et les plus touchées par l'insécurité alimentaire en répondant aux priorités des agriculteurs vivriers et des organismes dont ils font partie. Le Fonds met l'accent sur les innovations et les projets de recherche prometteurs qui permettent de répondre immédiatement aux besoins alimentaires tout en accroissant l'accès à des aliments nutritifs et de qualité à long terme.

Lancé en 2009, le Fonds canadien de recherche sur la sécurité alimentaire internationale produit déjà des résultats tangibles. Par exemple, un projet de recherche réalisé en Inde a permis de mettre au point une technologie de décorticage des grains plus efficace et nécessitant moins de main-d'œuvre. Comme la qualité des grains est alors supérieure, ils peuvent être plus aisément utilisés en cuisine ou transformés en produits alimentaires de grande valeur destinés à la revente. Cette technologie pourrait être facilement transposable dans d'autres petites régions productrices de grains, comme l'Afrique de l'Ouest. Un autre projet de recherche en cours vise à mettre au point un vaccin animal qui protégera le bétail contre les cinq plus importantes maladies qui s'attaquent au bétail en Afrique. Ce vaccin sera plus facile à distribuer et coûtera moins cher aux agriculteurs. Enfin, un projet de recherche sur les fruits à chair tendre a permis d'utiliser la nanotechnologie pour créer une fibre dont les producteurs peuvent facilement se servir pour protéger les fruits destinés à des marchés éloignés.

Les activités de recherche de la phase 1 mettaient surtout l'accent sur les projets de recherche appliquée visant à lutter contre l'insécurité alimentaire. Elles portaient entre autres sur l'amélioration de la résilience et de la valeur nutritionnelle des récoltes, ainsi que sur le contrôle des maladies infectieuses touchant les récoltes et la production animale. La phase 1 poursuivait trois objectifs :

  • accroître la sécurité alimentaire dans les pays en développement en finançant la recherche appliquée axée sur le développement agricole et la nutrition;

  • mettre le savoir-faire canadien en science et en technologie au service de partenariats avec des établissements de recherche de pays en développement pour garantir la sécurité alimentaire;

  • utiliser les résultats des travaux de recherche pour éclairer les politiques et les programmes en matière de sécurité alimentaire.

Bien que la phase 2 du FCRSIA conserve ces trois objectifs, elle aura comme objectif premier de valoriser les innovations et les résultats prometteurs dans les pays en développement.

La phase 2 du FCRSIA financera certains projets de recherche issus de la phase 1, de même que d'autres initiatives prometteuses, en faisant valoir les différents résultats de recherche. La phase 2 sera ouverte aux pays d'Afrique et aux autres pays en développement où les projets de la phase 1 ont eu lieu, et tiendra compte des priorités nationales de ces pays en matière de recherche alimentaire. Pour faciliter la valorisation des innovations les plus prometteuses, la phase 2 financera des partenariats avec des firmes du secteur privé, des organismes gouvernementaux nationaux et régionaux, et des organismes de la société civile qui œuvrent dans le domaine de la sécurité alimentaire.

Le fait que la phase 2 du Fonds mette davantage l'accent sur l'Afrique s'inscrit dans les objectifs du Programme détaillé de développement de l'agriculture africaine et de la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition du G8, deux initiatives qui font la promotion des partenariats public-privé permettant de renforcer les systèmes de recherche agricole et d'aider les agriculteurs à se tourner vers les nouvelles technologies.

Renseignements