Affaires autochtones et Développement du Nord Canada



Affaires autochtones et Développement du Nord Canada

25 mars 2013 11h00 HE

Le gouvernement Harper ouvre la voie à un plus grand contrôle par les Premières Nations de leurs terres et de leurs ressources

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 25 mars 2013) - Aujourd'hui, l'honorable Bernard Valcourt, ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien, en compagnie du chef Robert Louie et du chef Austin Bear du Conseil consultatif des terres des Premières nations, ont officiellement accueilli huit collectivités des Premières Nations qui participeront au régime de gestion des terres des Premières Nations. Ces collectivités des Premières Nations pourront entamer le processus au terme duquel elles se libéreront de l'application des 34 articles de la Loi sur les Indiens relatifs à la gestion foncière, ce qui leur permettra d'assumer un contrôle accru sur les terres et les ressources de leurs réserves.

« Le régime de gestion des terres des Premières Nations est un outil important dont disposent les Premières Nations qui cherchent à exercer un contrôle plus direct, non seulement sur les terres et les ressources de leurs réserves, mais aussi sur leur avenir économique, a affirmé le ministre Valcourt. Nous continuerons de travailler avec les Premières Nations du pays qui le souhaitent pour les aider à concrétiser les avantages économiques majeurs, comme les emplois, les investissements et une plus grande autonomie, qui découlent de leur participation au régime de gestion des terres des Premières Nations. »

Les huit nouvelles Premières Nations signataires sont : la Première Nation de Kwantlen (Colombie-Britannique), la Première Nation de Lil'wat - Bande indienne de Mount Currie (Colombie-Britannique), la Bande de Neskonlith (Colombie-Britannique), la Première Nation Shxw'ow'hamel (Colombie-Britannique), la Nation ojibway de Brokenhead (Manitoba), les Algonquins de Pikwakanagan (Ontario), la Première Nation de Shawanaga (Ontario) et la Première Nation de George Gordon (Saskatchewan).

« Au Canada, une Première Nation sur cinq a soit signé l'Accord-cadre ou est sur la liste d'attente pour le signer dans le but d'assumer son autodétermination. On investit des centaines de millions de dollars dans des projets économiques sur des terres des Premières Nations signataires de l'Accord-cadre, a indiqué le chef Robert Louie, président du Conseil consultatif des terres des Premières nations. Le Canada reçoit dix fois chaque dollar que le gouvernement fédéral investit dans le processus de l'Accord-cadre. Quelle réussite extraordinaire! »

Le gouvernement du Canada s'est engagé à verser 3 millions de dollars pour financer la participation de ces huit nouvelles Premières Nations au Régime de gestion des terres des Premières Nations. En tant que nouvelles signataires de l'Accord-cadre, les Premières Nations acceptent de rédiger leur propre code foncier pour gérer leurs terres de réserve, leurs ressources et leur environnement à l'extérieur du cadre de la Loi sur les Indiens. Les Premières Nations qui signent l'Accord-cadre et qui se prévalent de la Loi sur la gestion des terres des premières nations sont mieux positionnées pour entreprendre et saisir des occasions économiques au gré des affaires.

L'ajout de ces huit Premières Nations à l'Accord-cadre porte à 26 le nombre de Premières Nations l'ayant signé cette année, ce qui signifie que 69 Premières Nations opéreront bientôt dans le cadre du régime de gestion des terres des Premières Nations ou rédigeront bientôt leur propre code foncier.

De plus, dans le Plan d'action économique de 2013, on a consacré 9 millions de dollars sur deux ans pour étendre le régime de gestion des terres des Premières Nations et ainsi créer des possibilités économiques pour un plus grand nombre de Premières Nations et favoriser un meilleur développement économique dans les réserves.

L'amélioration des possibilités économiques pour les peuples autochtones est une priorité du gouvernement du Canada. En juin 2009, le gouvernement Harper a lancé le Cadre fédéral pour le développement économique des Autochtones, qui a changé fondamentalement la façon dont le gouvernement fédéral soutient le développement économique des Autochtones. Le Cadre met l'accent sur le renforcement de l'entrepreneuriat, la valorisation des actifs autochtones et la formation de nouveaux partenariats efficaces dans le but de porter le potentiel de développement économique des Autochtones canadiens à son maximum.

Le gouvernement Harper continue de mettre l'accent sur les quatre éléments prioritaires pour la population canadienne, tels que les a exposés le premier ministre : la famille, la sécurité dans les quartiers, la fierté d'être citoyen de ce pays et la sécurité financière personnelle.

Documents d'information :

Régime de gestion des terres des Premières Nations

Foire aux questions : Régime de gestion des terres des Premières Nations

Ce communiqué peut également être consulté dans Internet à l'adresse www.aadnc.gc.ca.

Vous pouvez recevoir toutes nos nouvelles et nos mises à jour médiatiques automatiquement. Pour obtenir plus d'information sur le fil RSS de notre salle des médias ou vous y abonner : http://www.aadnc-aandc.gc.ca/fra/1291225661056/1291225818571

Renseignements

  • Cabinet du ministre
    Jan O'Driscoll
    Attaché de presse
    Cabinet de l'honorable Bernard Valcourt
    819-997-0002

    Relations avec les médias
    Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
    819-953-1160

    Conseil consultatif des terres/Centre de ressources
    Graham Powell
    Directeur général
    613-858-4747