Pêches et Océans Canada

Pêches et Océans Canada
Plan d'action économique du Canada

Plan d'action économique du Canada

28 mai 2012 09h47 HE

Le gouvernement Harper protège les Grands Lacs contre la carpe asiatique

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 28 mai 2012) - L'honorable Keith Ashfield, ministre des Pêches et des Océans, a annoncé que le gouvernement du Canada procédera à un important investissement visant la protection des Grands Lacs du Canada contre la menace que représente la carpe asiatique.

« Les Grands Lacs sont importants sur les plans économiques et culturels pour les Canadiens qui vivent et travaillent sur ces cours d'eau. Ces lacs appuient les pêches récréatives et commerciales et le mode de vie de nos gens », a indiqué le ministre Ashfield. « Jusqu'à maintenant, nos efforts ont permis de prévenir l'introduction de la carpe asiatique dans le bassin des Grands Lacs et nous continuerons à faire ce qu'il faut pour l'empêcher de prendre le dessus sur ce bassin hydrographique de valeur ».

Ce nouveau financement de 17,5 millions de dollars au total sera alloué pendant les 5 prochaines années à 4 activités clés : la prévention, la détection et l'intervention rapides, la gestion et les mesures de lutte.

Dans le cadre de ces mesures préventives, l'accent sera mis sur des initiatives visant à sensibiliser les gens au danger que représente cette espèce envahissante et les moyens pour empêcher l'homme d'introduire la carpe asiatique dans les eaux canadiennes.

Le gouvernement du Canada travaillera également en collaboration avec ses homologues américains afin de mettre sur pied un vaste système de détection précoce et de surveillance permettant d'aviser les autorités de tout signe de problèmes potentiels, de même que des protocoles d'intervention rapide pour les deux pays leur permettant de réagir rapidement en cas de signe de propagation. Pour assurer la gestion du risque que représente son introduction dans les eaux canadiennes et la lutte contre celui-ci, le gouvernement du Canada travaillera aussi avec les organismes de mise en application de la loi afin d'assurer le respect de la réglementation touchant le transport de la carpe asiatique.

« Les Grands Lacs représentent le réseau d'eau douce le plus vaste au monde et l'une des plus précieuses ressources du Canada », a jouté le ministre Ashfield. Nous sommes résolus à travailler avec nos homologues américains pour continuer à protéger le bassin des Grands Lacs. Ensemble, ces mesures nous permettront de nous rapprocher grandement de notre but ultime d'empêcher la carpe asiatique de s'introduire et de s'établir dans les Grands Lacs ».

La carpe asiatique s'est établie dans le réseau du fleuve Mississippi aux États-Unis, et, sans un système vigilant en place pour prévenir son introduction, les autorités des deux côtés de la frontière sont profondément préoccupées par la possibilité de la voir s'introduire dans le bassin hydrographique des Grands Lacs. La carpe asiatique mène une concurrence agressive aux poissons indigènes pour la nourriture et l'habitat et peut rapidement devenir une espèce dominante. Le Canada poursuit son étroite collaboration avec ses homologues américains pour répondre aux préoccupations concernant cette espèce très envahissante et pour prévenir l'introduction de la carpe asiatique dans le réseau des Grands Lacs.

S'IL Y A INCOMPATIBILITÉ ENTRE UNE VERSION IMPRIMÉE ET LA VERSION ÉLECTRONIQUE DE CE DOCUMENT, LA VERSION ÉLECTRONIQUE PRÉVAUT.

Ce communiqué est disponible en direct à l'adresse suivante : www.plandaction.gc.ca.

DOCUMENT D'INFORMATION

FI-AC-12-15F(a)

BREF HISTORIQUE DE LA CARPE ASIATIQUE EN AMÉRIQUE DU NORD ET DES INITIATIVES CONNEXES AU CANADA

Les années 1970

La carpe asiatique est introduite en Amérique du Nord. Dans le sud des États-Unis, la plupart des carpes ont été amenées pour être utilisées par l'industrie aquacole. Au Canada, la carpe asiatique est importée pour les besoins de l'industrie des produits de consommation vivants de la pêche.

En raison d'inondations dans le sud des États-Unis à partir des années 1970, la carpe asiatique s'échappe de leurs bassins de confinement et commence à envahir les plans d'eau douce. S'adaptant rapidement à cet environnement, deux espèces de carpe asiatique, la carpe à grosse tête et la carpe argentée, entament leur migration vers le nord par le bassin du Mississippi.

Les années 1990

Après une importante inondation dans l'Illinois et la décrue des eaux qui s'ensuit, on constate les premiers signes indiquant que la carpe asiatique est en train d'envahir ces milieux aquatiques. Parmi les nombreux poissons morts qui gisent sur la rive des rivières en décrue, 90 % sont des carpes asiatiques.

2003 - 2004

Le Canada participe à deux sommets sur la carpe asiatique qui se tiennent à Chicago dans le but d'examiner les stratégies de prévention de l'introduction de carpes asiatiques dans le lac Michigan.

Pêches et Océans Canada réalise une étude scientifique afin d'évaluer la probabilité que la carpe asiatique puisse survivre, se reproduire et avoir une incidence si elle s'introduisait en eaux canadiennes. Selon les conclusions de cette étude, le risque est élevé que quatre espèces de carpe asiatique envahissent certaines parties du Canada, y compris le sud du bassin des Grands Lacs.

Le personnel scientifique de Pêches et Océans Canada commence à contribuer à l'élaboration du Plan américain de contrôle et de gestion de la carpe asiatique et au sous-groupe sur la prévention.

2008

Le Canada entreprend des contrôles frontaliers éclairs de cargaisons entrant au Canada par voie terrestre et aérienne à la recherche de poissons vivants et, en particulier, de carpes asiatiques. Pêches et Océans Canada collabore avec plusieurs organisations pour fournir de la formation, de l'équipement et des protocoles. Depuis ce temps, plusieurs cargaisons terrestres de carpes asiatiques vivantes ont été interceptées; des accusations ont été portées et des condamnations imposées.

2009

Durant l'été, de l'ADN de carpes asiatiques est découvert à 10 kilomètres du lac Michigan, signe que les carpes asiatiques sont beaucoup plus proches des Grands Lacs qu'on ne le croyait. En décembre, le Canada fournit de l'équipement et une expertise dans le cadre des efforts de confinement réalisés en Illinois afin d'empêcher la carpe asiatique de traverser le Chicago Sanitary and Ship Canal (canal d'évacuation sanitaire et de navigation de Chicago) et d'envahir les Grands Lacs. Le mécanisme de contrôle employé dans cette voie navigable consiste en une série d'obstacles électriques qui requiert une maintenance continue pour en assurer l'efficacité à long terme.

2010

La Colombie-Britannique interdit la possession et la vente de la carpe asiatique.

Au nom du gouvernement du Canada, la ministre des Pêches et Océans, Gail Shea, annonce le lancement d'une évaluation binationale des risques associés à la carpe asiatique pour le bassin des Grands Lacs, afin de déterminer les potentielles voies d'introduction des carpes à grosse tête et argentées dans les Grands Lacs et les principaux secteurs du bassin les plus vulnérables. Des chercheurs canadiens et américains participent à la rédaction du rapport et à l'examen par les pairs à titre d'experts scientifiques. Le gouvernement du Canada accorde quelque 415 000 $ à la réalisation de l'étude, sans compter les 4 millions $ prévus dans le budget 2010 pour soutenir le programme des espèces aquatiques envahissantes du Ministère et les 6,1 millions $ d'investissement annuel dans le programme de lutte contre la lamproie de mer.

2011

L'Ontario et le gouvernement du Canada collaborent à des simulations pour mettre à l'essai le cadre d'intervention rapide de la province et les systèmes de communication requis en cas d'introduction soudaine de la carpe asiatique en Ontario.

Les organismes fédéraux, étatiques et provinciaux ainsi que les établissements universitaires des deux côtés de la frontière achèvent une collaboration de 15 mois qui a permis la collecte de renseignements à jour sur l'évaluation des risques associés aux carpes argentées et à grosse tête. Cette collaboration binationale s'est poursuivie dans le cadre de la rédaction du rapport d'évaluation des risques impliquant des experts en espèces aquatiques d'organismes canadiens et américains. Ils ont rédigé un document d'évaluation des risques aux fins de l'examen par les pairs qui a consolidé le processus général.

Les Grands Lacs contiennent 21 p. 100 des réserves d'eau douce de surface du monde. On estime que les revenus annuels générés par les pêches commerciales et sportives, de même que par la lucrative industrie du tourisme et du loisir, dépassent les 9 milliards de dollars canadiens. (Source : Pêches et Océans Canada; Commission des pêcheries des Grands Lacs).

Renseignements

  • Pêches et Océans Canada, Ottawa (Ontario)
    Frank Stanek
    Relations avec les médias
    613-990-7537

    Pêches et Océans Canada, Ottawa (Ontario)
    Barbara Mottram, Attachée de presse
    Cabinet du ministre
    613-992-3474