Gouvernement du Canada

Gouvernement du Canada

22 mars 2013 12h00 HE

Le gouvernement Harper soutient l'emploi et l'industrie au Canada en optimisant l'approvisionnement militaire

EDMONTON, ALBERTA--(Marketwire - 22 mars 2013) - L'honorable Rona Ambrose, ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux et ministre de la Condition féminine, a souligné l'engagement pris dans le cadre du Plan d'action économique de 2013 consistant à mieux tirer parti des investissements futurs dans l'équipement des Forces armées canadiennes, et ce, tout en saluant la livraison des véhicules blindés légers (VBL) III modernisés sortant maintenant des installations de General Dynamics Land Systems - Canada (GDLS-C), à Edmonton.

« Notre gouvernement est déterminé à appuyer les Forces armées canadiennes, les travailleurs canadiens et l'économie de notre pays », a déclaré la ministre Ambrose. « Notre gouvernement continuera à tirer parti de l'approvisionnement militaire, en consultation avec l'industrie, afin de maximiser la création d'emplois, soutenir la capacité en matière de fabrication et d'innovation au pays et stimuler la croissance économique canadienne. »

D'ici le printemps 2013, seize VBL III seront livrés, et l'assemblage final continuera jusqu'en 2018. Au total, plus de 600 VBL III modernisés seront assemblés à Edmonton. Ce projet permettra le maintien d'environ 2 400 emplois canadiens aux installations d'Edmonton et de London de GDLS-C.

Les VBL III canadiens constituent l'épine dorsale des Forces armées canadiennes, ayant servi pour les Forces armées en Afghanistan et dans d'autres zones d'opérations. Ce sont des véhicules de combat ultramodernes utilisés pour transporter les troupes sur le champ de bataille, tout en offrant une protection et une puissance de feu défensives.

« Les fonds investis par notre gouvernement dans le renouvellement et la mise à niveau des capacités terrestres, marines et aériennes des Forces armées canadiennes permettent la création de centaines d'emplois qualifiés de qualité à l'échelle du pays », a déclaré l'honorable Kerry-Lynne D. Findlay, c.r., ministre associée de la Défense nationale et députée de Delta-Richmond-Est. « Parallèlement, nous respectons notre promesse de mettre sur pied une armée moderne et de premier ordre, prête à relever les défis du XXIe siècle. L'annonce faite aujourd'hui est une excellente nouvelle pour les Forces armées canadiennes. »

Le contrat pour la phase de mise en œuvre du projet de modernisation des véhicules blindés légers III s'impose afin de les protéger des mines et des engins explosifs improvisés, d'améliorer leur mobilité, de renforcer la sécurité des militaires à leur bord et d'intégrer des modifications visant une ergonomie améliorée et une gestion de l'information plus perfectionnée.

Le projet de modernisation des VBL III est l'un des quatre projets de la famille des véhicules de combat terrestre annoncés en juillet 2009 visant à tirer parti des technologies actuelles et nouvelles et d'accroître la protection, la mobilité et la létalité du parc de VBL III.

Les industries de défense et de sécurité du Canada emploient plus de 90 000 travailleurs canadiens.

This text is also available in English.

On peut également consulter les communiqués de TPSGC sur son site Web à l'adresse suivante : http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/medias-media/index-fra.html.

Suivez-nous sur Twitter à http://twitter.com/TPSGC_PWGSC.

Document d'information

Améliorer l'approvisionnement militaire gouvernemental

Le gouvernement Harper continue de mettre l'accent sur ce qui importe aux Canadiens et aux Canadiennes, à savoir l'emploi, la croissance économique et la prospérité à long terme. On estime que chaque milliard de dollars dépensé dans le domaine de la défense et de la sécurité permet de créer ou de préserver 18 000 emplois et génère 710 millions de dollars en produit intérieur brut. Notre gouvernement s'est engagé à acheter de l'équipement militaire d'une manière qui profite aux familles canadiennes.

Respecter nos engagements

Dans le cadre de sa stratégie de renouvellement des achats, le gouvernement Harper a mis en place une nouvelle approche qui englobe quatre éléments clés :

  1. Mobilisation rapide : réunir les clients et les fournisseurs dès qu'un besoin est cerné.
  1. Gouvernance efficace : surveiller les activités et établir des mécanismes de dialogue entre les fournisseurs et les clients.
  1. Recours à des tiers : solliciter l'expertise de tiers et assurer l'intégrité ainsi que l'équité.
  1. Tirer parti des achats : exploiter l'approvisionnement pour favoriser la croissance économique, créer des emplois et procurer des avantages socio-économiques.

Le gouvernement Harper continuera de miser sur cette nouvelle approche ainsi qu'à la perfectionner.

Cette nouvelle approche était prévue au titre de la Stratégie nationale d'approvisionnement en matière de construction navale (SNACN). Dans le cadre de la SNACN, des principes de consultation à grande échelle de l'industrie ont été appliqués de façon générale et novatrice. Combinés à une forte structure de gouvernance et à la participation de tierces parties indépendantes, ces principes ont contribué à la réussite de la Stratégie.

Créer des emplois en construisant de l'équipement pour les Force armées canadiennes au Canada

Les fonds injectés par le Canada dans le domaine de la défense visent à fournir aux Forces armées canadiennes de l'équipement de grande qualité pour qu'elles puissent défendre notre souveraineté nationale et nos intérêts vitaux. Parallèlement, ces investissements peuvent permettre au Canada de compter sur de solides assises dans le domaine de la fabrication et une capacité en matière de technologie de fine pointe et d'innovation. Les retombées éventuelles sont considérables pour l'économie canadienne.

Dans le budget de 2011, le gouvernement Harper s'est engagé à élaborer une stratégie relative à l'approvisionnement, en consultation avec l'industrie, afin de maximiser la création d'emplois, soutenir la capacité en matière de fabrication et d'innovation au pays et stimuler la croissance économique canadienne. Le gouvernement Harper réalise d'importants progrès dans l'élaboration de sa stratégie visant l'achat d'équipement pour nos forces militaires.

En septembre 2012, M. Tom Jenkins, président exécutif et stratège en chef de la société OpenText Corporation, a été nommé au poste de conseiller spécial dans le but d'améliorer l'orientation de ces travaux. On a demandé à M. Jenkins de mobiliser divers intervenants des industries de défense du Canada en vue d'établir des critères et un processus visant à cerner les principales capacités industrielles canadiennes. M. Jenkins a présenté son rapport le 12 février 2013. Le rapport met en évidence l'occasion unique que présentent les investissements importants dans les Forces armées canadiennes de créer des emplois et de favoriser la croissance économique, tout en renforçant la capacité du Canada à protéger sa souveraineté.

Comme indiqué dans le rapport Jenkins, beaucoup des pays les plus industrialisés ont en place des stratégies clairement établies destinées à la promotion de leur secteur de défense. Ces stratégies sont fondées sur la reconnaissance qu'il est dans l'intérêt national de disposer d'une solide base manufacturière dans le domaine de la défense permettant la fabrication d'équipement de fine pointe. Pour le Canada, une telle stratégie peut générer des exportations de valeur élevée et permet le maintien en place d'emplois bien rémunérés pour la population canadienne.

Le gouvernement Harper appuie la proposition de M. Jenkins selon laquelle on doit miser sur les capacités industrielles clés afin de tirer pleinement parti des projets d'achat de matériel de défense afin de favoriser les possibilités économiques pour les Canadiens et les Canadiennes. L'un des principaux moyens pour ce faire consiste à cibler, selon les estimations de M. Jenkins, les 49 milliards de dollars d'obligations en matière de retombées industrielles et régionales (RIR) que les principaux entrepreneurs étrangers devraient accumuler d'ici 2027 afin d'appuyer des emplois de qualité bien rémunérés et des possibilités économiques importantes pour l'industrie canadienne. On choisira ces possibilités en fonction des besoins des Forces armées canadiennes, la possibilité d'accéder aux marchés mondiaux et la possibilité d'accroître les investissements dans la recherche et l'innovation canadiennes. De plus, le gouvernement fera la promotion active des possibilités importantes d'exportation de biens et de services canadiens.

Afin de mieux tirer parti des prochains investissements dans l'équipement des Forces armées canadiennes, le gouvernement Harper collaborera avec l'industrie et ses intervenants, comme l'Association des industries canadiennes de défense et de sécurité, pour déterminer les domaines de compétitivité canadienne, ainsi que les tendances de l'offre et de la demande mondiales dans les industries de défense. De plus, le gouvernement Harper veillera à ce que tous les projets d'achat importants soient assortis d'un plan visant la participation de l'industrie canadienne avant l'approbation de projet.

Ce printemps, le gouvernement Harper accélérera l'analyse des recommandations formulées par M. Jenkins en ce qui a trait à la sélection d'un ensemble de capacités industrielles clés provisoires visant à orienter sur-le-champ les projets d'achat de matériel de défense en attente. Le gouvernement Harper établira également un ensemble peaufiné de capacités industrielles clés aux fins d'utilisation à long terme et examinera la manière d'adapter les politiques et les programmes actuels à l'appui d'une stratégie pangouvernementale tout en continuant de respecter ses obligations en matière de commerce international. Parallèlement, le gouvernement Harper transformera le processus d'approvisionnement militaire actuel afin d'en améliorer les résultats. Cette démarche comprendra des analyses rigoureuses et approfondies des options, une fonction de remise en question pour les besoins militaires, une mobilisation rapide et fréquente de l'industrie et une surveillance resserrée en faisant appel à l'expertise de tiers.

Projet de modernisation des véhicules blindés légers III

Les véhicules blindés légers (VBL) III canadiens - qui ont servi aux Forces armées canadiennes en Afghanistan et dans d'autres zones d'opérations - sont des véhicules de combat ultramodernes utilisés pour transporter les troupes sur le champ de bataille, tout en offrant une protection et une puissance de feu défensives.

Les expériences vécues dernièrement par les Forces armées canadiennes et les pays présents en Afghanistan et dans d'autres zones d'opérations démontrent sans cesse la nécessité de se doter de VBL fortement protégés, mais d'une grande mobilité.

Le projet de modernisation des VBL III, qui fait partie des quatre projets de la famille des véhicules de combat terrestre annoncés en juillet 2009, permettra de tirer parti des technologies actuelles et nouvelles et d'accroître la protection, la mobilité et l'efficacité du parc de VBL III. Les autres projets de la famille des véhicules de combat terrestre visent les véhicules de combat rapproché, les véhicules de patrouille blindés tactiques et l'amélioration de la mobilité des forces. Ces projets ont pour but de doter les Forces armées canadiennes de la prochaine génération de véhicules de combat terrestre.

Le projet de modernisation des VBL III vise à moderniser une partie du parc actuel de VBL III de sorte que ces véhicules de combat demeurent fortement protégés et conservent leur mobilité opérationnelle. Ainsi, le VBL III demeurera le principal véhicule de combat des forces opérationnelles, au pays et à l'étranger.

Ce projet permettra de prolonger la durée de vie du VBL III jusqu'en 2035.

En juillet 2010, on a attribué à General Dynamics Land Systems - Canada (GDLSC), l'équipementier d'origine, un contrat visant à définir la portée des travaux requis pour moderniser le véhicule.

GDLSC a créé des unités de réduction des risques types, qui sont en fait des VBL III auxquels on a apporté les diverses améliorations prévues, qu'il a livrées en automne 2010. GDLSC a ensuite réalisé des essais rigoureux et validé le rendement des lots d'améliorations sélectionnés.

En octobre 2011, on a attribué un contrat non concurrentiel de 1,064 milliard de dollars à GDLS-C pour la modernisation des 550 VBL III. Le contrat était assorti d'une option pour l'exécution de travaux visant des véhicules supplémentaires.

Les améliorations suivantes seront apportées au VBL III :

  • modernisation des systèmes de mobilité, notamment le groupe motopropulseur, la suspension, le train roulant et les freins;
  • modernisation du système d'arme;
  • renforcement du blindage en vue d'accroître la protection contre la menace plus forte;
  • amélioration de l'ergonomie pour l'équipage.

La modernisation s'impose afin de protéger davantage ces véhicules des mines et des engins explosifs improvisés, d'améliorer leur mobilité, de renforcer la sécurité des militaires à leur bord et d'intégrer des modifications visant une ergonomie améliorée et une gestion de l'information plus perfectionnée.

En octobre 2012, on a apporté une modification au contrat de GDLS-C pour la livraison supplémentaire de 66 VBL III modernisés en appui à la capacité de surveillance et de reconnaissance des Forces armées canadiennes. Le 24 janvier 2013, le gouvernement Harper a annoncé la livraison de son premier VBL III modernisé.

GDLSC dispose d'installations à la fois à London et à Edmonton. Ce contrat permettra d'appuyer des emplois de qualité en haute technologie. En outre, le contrat permettra le maintien des emplois d'environ 2 400 employés de GDLS-C à London et Edmonton, en plus des emplois constitués par le noyau de fournisseurs de l'entreprise correspondant à 500 entreprises canadiennes. Environ 40 pour cent des travaux seront réalisés dans les installations de GDLS-C à Edmonton et 60 pour cent à London.

La Politique des RIR s'applique dans le cadre de ce contrat. La Politique des RIR permet de nous assurer que l'on tire parti des achats de défense en vue de générer des retombées économiques au Canada, ce qui signifie que General Dynamics Land Systems - Canada est tenu d'investir 100 pour cent de la valeur du contrat dans des activités d'affaires réalisées dans le contexte de l'économie canadienne. Pour prendre connaissance des projets d'approvisionnement du gouvernement du Canada pour lesquels la Politique des RIR s'applique, consultez le lien suivant : http://www.ic.gc.ca/eic/site/042.nsf/fra/h_00017.html.

Renseignements

  • Amber Irwin
    Cabinet de l'honorable Rona Ambrose
    819-997-5421

    Relations avec les médias
    Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
    819-956-2315