Gouverneur général du Canada

Gouverneur général du Canada

18 janv. 2011 10h20 HE

Le gouverneur général annonce l'octroi de huit Décorations pour actes de bravoure

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 18 jan. 2011) - Son Excellence le très honorable David Johnston, gouverneur général du Canada, a annoncé aujourd'hui l'octroi de huit Médailles de la bravoure. Les récipiendaires seront invités à recevoir leur décoration au cours d'une cérémonie qui aura lieu à une date ultérieure.

Les Décorations pour actes de bravoure ont été créées en 1972 afin de rendre hommage aux personnes qui ont risqué leur vie pour tenter de sauver ou de protéger une autre personne. La Croix de la vaillance (C.V.) reconnaît les actes de courage vraiment remarquables accomplis dans des circonstances extrêmement périlleuses; l'Étoile du courage (É.C.), des actes de courage remarquables accomplis dans des circonstances très périlleuses; et la Médaille de la bravoure (M.B.), des actes de courage accomplis dans des circonstances dangereuses.

La liste des récipiendaires, les citations ainsi qu'une fiche d'information sur les Décorations pour actes de bravoure sont jointes au présent communiqué.

RÉCIPIENDAIRES

MÉDAILLE DE LA BRAVOURE

Clermont Bélanger, M.B. Pointe-à-la-Frégate (Qc)
Jean-Louis Clavet, M.B. Cloridorme (Qc)
Marie-Claude Élie, M.B. Montréal (Qc)
Serge Fournier, M.B. Cloridorme (Qc)
Robert Francoeur, M.B. Pointe-à-la-Frégate (Qc)
Yvon Lévesque, M.B. Hinchinbrooke (Qc)
Yvan Pruneau, M.B. Cloridorme (Qc)
L'agent Jean-François Rousselle, M.B. Montréal (Qc)

CITATIONS

MÉDAILLE DE LA BRAVOURE

Clermont Bélanger, M.B., Pointe-à-la-Frégate (Québec)
Jean-Louis Clavet, M.B., Cloridorme (Québec)
Serge Fournier, M.B., Cloridorme (Québec)
Robert Francoeur, M.B., Pointe-à-la-Frégate (Québec)
Yvan Pruneau, M.B., Cloridorme (Québec)
Médaille de la bravoure

Le 3 octobre 2008, MM. Clermont Bélanger, Jean-Louis Clavet, Serge Fournier, Robert Francoeur et Yvan Pruneau ont secouru un homme qui était coincé sous une maison écroulée, à Pointe-à-la-Frégate, au Québec. M. Bélanger et son frère ainsi que M. Francoeur avaient soulevé une maison pour couler du béton afin de créer un sous-sol. Soudain, un côté de la maison a glissé sur le sol, et le frère de M. Bélanger s'est retrouvé coincé sous des débris et une lourde poutre de métal. À l'aide d'une pelle mécanique, M. Bélanger s'est immédiatement mis à soulever l'autre côté de la maison pour éviter qu'elle ne s'effondre, puis est allé porter secours à la victime. Bien que blessé, M. Francoeur a rapidement érigé plusieurs tours en bois autour de l'homme pour le protéger jusqu'à ce qu'il puisse être extirpé de cette zone dangereuse. MM. Clavet, Fournier et Pruneau ont retiré les débris entourant la victime. Ils ont dû travailler rapidement, mais avec précaution, car les tours de soutien en bois étaient sur le point de crouler sous le poids de la maison. Ils ont finalement pu glisser un panneau de bois sous l'homme blessé et le transporter dans l'ambulance qui attendait. Malgré des dommages à la colonne vertébrale, la victime a survécu grâce aux courageux hommes qui ont risqué leur vie pour lui venir en aide.

Marie-Claude Élie, M.B., Montréal (Québec)
Médaille de la bravoure

Le 8 novembre 2008, Marie-Claude Élie a risqué sa vie pour apporter de l'aide médicale à des dizaines de gens coincés sous les débris d'une école effondrée, à Port-au-Prince, en Haïti. Mme Élie, qui œuvrait en Haïti comme infirmière au sein de la Croix-Rouge canadienne, a entendu des sirènes par la fenêtre de sa chambre d'hôtel et s'est précipitée à l'extérieur pour voir ce qui se passait. Une école primaire de trois étages accueillant plus de 200 enfants venait de s'écrouler, recouvrant le quartier d'un nuage de fumée et de poussière. Mme Élie, accompagnée par certains de ses collègues, s'est rendue jusqu'à l'école, où un grand nombre d'enfants et d'adultes étaient ensevelis sous les décombres, criant à l'aide. Malgré le climat de panique générale, Mme Élie est restée pendant plus de quatre heures sous une structure instable pour aider les médecins à soigner les blessés. Des débris et des pierres tombaient constamment autour d'eux pendant que les équipes de secours tentaient de repérer et d'aider les personnes coincées sous les couches supérieures de gravats. Mme Élie a alors fabriqué un système de tubes permettant d'alimenter en eau les gens emprisonnés dans les ruines. Grâce à son courage et à sa détermination, de nombreux Haïtiens ont eu la vie sauve. 

Yvon Lévesque, M.B., Hinchinbrooke (Québec)
Médaille de la bravoure

Le 20 décembre 2008, Yvon Lévesque a porté secours à un ami qui était tombé sous la glace, à Hinchinbrooke, au Québec. M. Lévesque et son ami se promenaient dans leurs véhicules tout-terrain, lorsque son ami a décidé de vérifier si la glace était suffisamment épaisse pour traverser le cours d'eau. Malheureusement, la glace a cédé sous son poids, et il est tombé à l'eau. M. Lévesque a accouru pour aider son ami paniqué, dont l'habit de neige s'imbibait rapidement d'eau et l'alourdissait encore davantage. Au moment où il approchait de la victime, M. Lévesque est lui-même tombé à l'eau, mais a pu s'agripper à une branche d'arbre, ce qui lui a permis de s'en sortir après maintes difficultés. En rampant sur le ventre, il a ensuite pu attraper son ami et le traîner jusqu'à un endroit où la glace était plus épaisse. 

L'agent Jean-François Rousselle, M.B., Montréal (Québec)
Médaille de la bravoure

La nuit du 3 septembre 2008, l'agent Jean-François Rousselle du Service de police de la Ville de Montréal a secouru une femme suicidaire, qui se trouvait dans un véhicule submergé, à Laval, au Québec. Un témoin, ayant vu une femme au volant d'une voiture plonger dans la Rivière-des-Prairies, avait contacté le 911 pour rapporter l'incident. Malgré une visibilité médiocre, l'agent Rousselle a pu entrevoir des bulles d'air sur l'eau à quelque 25 mètres du rivage. Il a alors emprunté la rampe de mise à l'eau pour les embarcations et a nagé en direction des bulles d'air. Comme il en approchait, la victime est apparue à la surface de l'eau, désorientée et paniquée par la noirceur et l'eau froide. Après s'être assuré qu'il n'y avait personne d'autre à l'intérieur du véhicule, l'agent Rousselle a calmé la victime et a dû lutter avec acharnement contre le courant rapide pour ramener la femme en détresse sur la rive, où d'autres agents se sont occupés d'elle.

INFO-FICHE SUR LES DÉCORATIONS POUR ACTES DE BRAVOURE

CONTEXTE

Les Décorations pour actes de bravoure, qui ont été créées en 1972, rendent hommage aux personnes qui risquent leur vie au mépris de leur propre instinct de survie pour tenter de sauver un être cher ou un pur étranger en péril. Chaque année, maints incidents mettent en danger la vie de victimes potentielles et de leurs sauveteurs.

Les trois décorations reflètent le niveau de risque encouru par les récipiendaires :

La Croix de la vaillance (C.V.) reconnaît les actes de courage vraiment remarquables accomplis dans des circonstances extrêmement périlleuses.

L'Étoile du courage (É.C.) reconnaît des actes de courage remarquables accomplis dans des circonstances très périlleuses.

La Médaille de la bravoure (M.B.) reconnaît des actes de courage accomplis dans des circonstances dangereuses.

ADMISSIBILITÉ ET MISE EN CANDIDATURE

Quiconque peut soumettre le nom d'une personne qui, pour venir en aide à ses semblables, s'est mise en danger de mort ou de blessure grave. Il n'est pas nécessaire que l'incident en question se soit produit au Canada ou que le candidat proposé soit canadien, mais des Canadiens ou des intérêts canadiens doivent être en cause. Les décorations peuvent être décernées à titre posthume.

Les candidatures doivent être soumises au plus tard deux ans après l'incident ou deux ans après la conclusion de l'examen, par une cour ou par un coroner, des circonstances entourant l'événement ou l'acte de bravoure.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les Décorations pour actes de bravoure, veuillez consulter le site www.gg.ca/document.aspx?id=73.

Renseignements