Conseil Mohawk de Kanesatake

Conseil Mohawk de Kanesatake

17 oct. 2006 15h48 HE

Le Grand Chef de Kanesatake exige une enquête publique et sa copie de la vérification comptable

Steven Bonspille veut que toute la vérité soit dévoilée

KANESATAKE, QUEBEC--(CCNMatthews - 17 oct. 2006) - Le Grand Chef de Kanesatake Steven Bonspille réclame sa copie de la vérification comptable des activités reliées au Conseil Mohawk de Kanesatake et des événements de janvier 2004 effectuée à la demande du ministère de la Sécurité publique du Canada. Il réitère par ailleurs avec vigueur son appel lancé en janvier dernier pour une enquête publique sur les irrégularités qui ont entouré l'opération policière demandée par l'ancien Grand Chef James Gabriel. "Ca fait des mois que je demande qu'on m'envoie une copie, soutient-il, mais ni le fédéral, ni Québec ne veulent dévoiler la vérité. Tout reste caché, et il est temps que les gens sachent. Le rapport dévoilé hier ne fait que justifier ma demande pour une enquête publique", clame Steven Bonspille.

Les détails révélés dans les reportages de Radio-Canada diffusés hier indiquent clairement des points d'ombre que seule une telle démarche officielle peut clarifier. "Le rapport dévoilé hier ne fait que soulever plus d'interrogations, soutient Steven Bonspille. Les reportages des médias ne précisent pas que la situation décrite perdure. L'administration du Conseil Mohawk de Kanesatake continue de s'effectuer hors du territoire, et l'on me refuse toujours l'accès aux principaux dossiers concernant l'administration financière du Conseil. Il n'y a pas de doute pour moi que seule une enquête publique officielle pourra faire la lumière sur une situation fort complexe qui semble se poursuivre."

En janvier 2006, ce sont encore les médias qui révélaient que l'ancien ministre de la Sécurité publique du Québec, Jacques Chagnon, avait qualifiée d'"illégale" l'opération policière à Kanesatake en 2004. Suite à cette diffusion, Steven Bonspille avait demandé la tenue d'une enquête publique, révélant notamment que toute la lumière n'avait pas été faite sur l'utilisation et la gestion d'armes par les forces policières, ainsi que sur la gestion financière. "Les médias font un excellent travail pour rendre publique une situation déplorable, mais c'est aux gouvernements d'aller de l'avant et d'être transparent. Le grand public a le droit de savoir comment les fonds publics sont gérés et de quelle nature étaient les liens entre le Conseil dirigé par James Gabriel et les gouvernements, signale le Grand Chef Steven Bonspille. Ce que les médias ont montré n'est qu'une partie de la vérité."

Le Grand Chef Bonspille affirme que la communauté de Kanesatake ne peut pas aller de l'avant sans une clarification nécessaire qui ne peut venir que des gouvernements, et qu'un large consensus existe dans la communauté autour d'une telle démarche publique. " Sans connaître tous les faits, sans une enquête détaillée et pulique, comment s'assurer que les malversations rendues publiques hier ne se répètent pas ", questionne Steven Bonspille.

Renseignements

  • Grand Chef Steven Bonspille
    514-809-5785