Commissariat aux langues officielles

Commissariat aux langues officielles

03 mars 2011 08h00 HE

Le leadership au sein de la fonction publique est essentiel à la réalisation d'un milieu de travail bilingue, déclare Graham Fraser

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 3 mars 2011) - En raison du grand nombre d'employés fédéraux qui éprouvent de la difficulté à travailler dans la langue officielle de leur choix, Graham Fraser, commissaire aux langues officielles, a rendu publique aujourd'hui une étude qui aidera les gestionnaires de la fonction publique dans les régions bilingues à favoriser un environnement de travail dans lequel les employés seront à l'aise d'utiliser tant le français que l'anglais.

L'étude intitulée Au-delà des réunions bilingues : Comportements en leadership des gestionnaires propose une nouvelle approche qui permettra aux gestionnaires de la fonction publique fédérale d'adopter des comportements positifs et de prendre des mesures pour s'assurer que leurs employés puissent utiliser la langue officielle de leur choix au travail.

« Au sein de la société canadienne, la dualité linguistique est une valeur fondamentale et doit nécessairement faire partie intégrante de la fonction publique, déclare M. Fraser. Toutefois, même si la Loi sur les langues officielles a été modifiée il y a 20 ans afin d'inclure de nouvelles dispositions à l'égard de la langue de travail, la création d'une fonction publique qui reflète la dualité linguistique canadienne reste un défi. »

L'étude, qui englobe des commentaires de plus de 100 employés fédéraux provenant de plus de 30 institutions, conclut que les actions des gestionnaires ont une incidence directe sur l'utilisation, chaque jour, des deux langues officielles au sein de la fonction publique. Un profil des compétences pour les gestionnaires supérieurs et intermédiaires est inclus dans l'étude pour aider à cibler les mesures à prendre pour améliorer la situation.

Le commissaire note que la gestion de la dualité linguistique au sein de la fonction publique est essentiellement une question de respect.

« Les gestionnaires doivent considérer les employés fédéraux comme des personnes ayant une culture, une identité et une langue spécifiques, explique M. Fraser. Il est important de reconnaître que la dualité linguistique ne se résume pas à une différence et à des obligations linguistiques; elle doit être abordée comme un sujet de reconnaissance et de gestion de la diversité. »

Le commissaire aux langues officielles a formulé cinq recommandations fondées sur les conclusions de l'étude, y compris celle que les gestionnaires de la fonction publique de tous les niveaux adoptent les comportements indiqués dans le Profil des compétences en leadership en matière de langues officielles et que leurs superviseurs tiennent compte de leurs efforts.

Recommandations

D'après les constats de la présente étude, le commissaire aux langues officielles recommande :

1. Que le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada tienne compte de l'importance de faire valoir la dualité linguistique en tant que valeur fondamentale de la fonction publique et du leadership tant institutionnel qu'individuel, dans le cadre de la revue des politiques linguistiques.

2. Que le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada se penche sur la possibilité d'inclure le profil de compétences en leadership axé sur les langues officielles dans le cadre d'une revue du Profil de compétences clés en leadership.

3. Que le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada examine la question de la langue de travail dans son ensemble dans le but d'élargir son interprétation de la partie V de la Loi sur les langues officielles pour inclure tous les employés qui travaillent au sein des régions désignées bilingues à cette fin, sans égard à la désignation linguistique de leur poste.

4. Que les gestionnaires de la fonction publique, à tous les niveaux, mettent en pratique les comportements définis dans le profil de compétences en leadership axé sur les langues officielles et que leurs superviseurs tiennent compte de leurs efforts à cet effet.

5. Que l'École de la fonction publique du Canada intègre une composante portant sur les langues officielles, qui inclut le profil de compétences en leadership axé sur les langues officielles, dans ses formations sur le leadership.

Renseignements