SOURCE: AlixPartners, LLP

AlixPartners, LLP

01 déc. 2016 11h08 HE

Le marché de la restauration en France : Malgré la cote d'amour, des défis à relever

PARIS, FRANCE--(Marketwired - 1 décembre 2016) - Dans un environnement économique incertain, les dépenses que les Français consacrent à la restauration hors domicile s'amenuisent. Toutefois, la fréquence des sorties au restaurant reste inchangée. La restauration traditionnelle (assise) reste le format plébiscité par la majorité des Français. La qualité et le prix sont les deux principaux facteurs de choix d'un restaurant même si les préoccupations de santé et d'alimentation responsable deviennent de plus en plus importantes pour les consommateurs français.

Si les nouvelles technologies bousculent les modèles de la restauration classique dans le monde, la France reste, dans ce domaine, très en retrait, sur le segment en ligne comme sur le mobile, dans ses pratiques quotidiennes. Comparés au reste du monde, les Français sont parmi les moins nombreux (15%) à utiliser les services de livraison à domicile. Leurs attentes sur le digital se résument aujourd'hui aux programmes de fidélité, à la possibilité de commander en ligne et à l'affichage des menus. Le mobile est peu utilisé, ou alors, pour localiser un restaurant, réserver en ligne et effectuer quelques achats d'épicerie. De manière générale, l'utilisation du digital par les Français demeure très en deçà des potentialités qu'offrent les plateformes de restauration.

" Pour autant, cette tendance n'est pas à négliger car la personnalisation des menus, la praticité et le service qu'apportent les plateformes de restauration correspondent aux attentes des consommateurs. Tout laisse à croire que le secteur - comme d'autres avant lui - va nécessairement évoluer sous la poussée digitale et l'évolution des modes de consommation, plus individualisés et plus nomades ", commente David Benichou, Managing Director chez AlixPartners

Nouvelles technologies et restauration en France : qu'attendent les consommateurs ?

  • Livraison à domicile, prêt-à-emporter et self-service ne représentent que 1% du marché. Les offres de street food, kiosques et trucks 3%, les fast foods 10% sur un total de 47.3 milliards d'euros en 2015. 53% du marché étant dominé par des restaurants traditionnels.
  • Les Français sont les moins nombreux à utiliser les services de livraison à domicile avec 15% d'utilisateurs, suivi par le Royaume-Uni (14%) et le Japon (10%). De plus, seulement 15% des Français pensent augmenter la fréquence de la livraison à domicile dans les 12 prochains mois (contre 52% des Chinois et une moyenne mondiale de 23%, les Etats-Unis, l'Italie étant aussi à 15%).
  • Le mobile est encore peu utilisé, 65% des clients s'en servant pour se diriger/localiser un restaurant, 49% pour faire une réservation contre une moyenne de 53%. Les consommateurs français sont ceux qui utilisent le moins leur mobile pour effectuer des commandes et achats de repas (22%) ou achats d'épicerie (35%), les moyennes se situant respectivement 40 et 48%.

Toutefois, le digital n'a que peu d'influence sur le choix d'un restaurant

  • La qualité (56%) et le prix global (54%) sont, de loin, les critères les plus importants pour fréquenter souvent un restaurant.
  • La santé et la diététique orientent de plus en plus les choix des consommateurs français. Pour 24% d'entre eux, la possibilité de prendre des menus "sains" ou adaptés aux régimes alimentaires spécifiques est très importante, se situant au-dessus de la moyenne des personnes interrogées (16% pour nos voisins anglais et 11% au Japon).
  • Pour les Français, les chaînes de restauration devraient se focaliser en premier lieu sur la qualité des aliments, la sécurité alimentaire, une montée en gamme de l'offre et l'amélioration des menus santé. L'argument prix ne vient qu'en cinquième position.
  • Pour 82% des Français interrogés, une cuisine du jour, fabriquée sur place avec des produits frais va les décider à entrer dans un restaurant, le bio attirant 43% des consommateurs.

Les habitudes culinaires des consommateurs français

  • Les Français prennent leurs repas à l'extérieur en moyenne 2,6 fois/semaine, un chiffre assez faible comparé aux consommateurs Italiens (5 fois), britanniques (3,2 fois) ou américains. La majorité des Français n'ont pas l'intention de modifier la fréquence de leurs sorties au restaurant : 62% déclarent vouloir dîner dehors le même nombre de fois que ce qu'ils ont fait durant les 12 derniers mois.

Sur les 9 pays étudiés, les Français sont les moins gourmands de plats à emporter. 19% des Français pensent consommer des repas à emporter au cours des 12 prochains mois (contre 34% en Chine, 30% aux Etats-Unis) mais dans la moyenne Européenne (20% au Royaume-Uni et en Italie).

  • Cela révèle un certain attachement à la restauration assise, dans le cadre du restaurant, avec tous les services (accueil, ambiance, choix des menus, etc.) que cela suppose. Le restaurant garde une image conviviale et festive tandis que la consommation nomade est jugée plus individuelle, répondant avant tout à une demande de praticité et de rapidité.

Les préférences du consommateur français : priorité à l'indépendance

  • Les acteurs indépendants dominent le secteur, à 93%. Ils bénéficient d'une cote d'amour plus importante que les grandes chaînes car ils sont considérés comme plus qualitatifs (qualité des repas et des services) par les consommateurs français
  • Seulement 9% des Français préfèrent les grandes chaînes de restaurants aux restaurants indépendants (58% des sondés, 33% d'indifférents). La France est le pays qui note le plus faiblement les services proposés (moins de 10%) par les grandes chaînes de restauration, signifiant son attachement aux restaurateurs indépendants (contre 41% en Corée du Sud, 14% aux Etats-Unis).
  • Toutefois, la part de marché des indépendants commence à s'éroder. Sur la vente à emporter, 52% des acteurs sont des chaînes (contre 48% d'indépendants) et 69% des fast-foods. Quelques franchises internationales (Quick, McDonald's) ont réussi à percer le marché et à se développer. Les chaînes qui ont connu la plus forte croissance en France sont Paul (171%), Subway (111%) et La croissanterie (51%).

Méthodologie

L'étude d'AlixPartners se compose d'un sondage réalisé en juillet 2016 auprès de 4600 personnes dans 9 pays (Allemagne, Brésil, Chine, Corée du Sud, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) - afin de déterminer quand, où, ce qu'elles mangeaient, ainsi que leurs intentions pour l'année à venir. Les sondés ont été questionnés sur la fréquence actuelle et envisagée du type de restauration qu'ils allaient privilégier ; le montant estimé des dépenses pour les repas pris à l'extérieur ; le type de restaurants préférés ; les critères clés pour la sélection d'un restaurant.

A propos d'AlixPartners

AlixPartners est un cabinet international de conseil. Les consultants d'AlixPartners sont spécialisés dans la restauration de la performance et la création de valeur à chaque étape de la vie de l'entreprise. AlixPartners intervient sur des situations à fort impact pour leurs clients et offre des résultats durables et notables. L'expertise d'AlixPartners couvre un large éventail d'entreprises et d'industries, et ce, qu'elles soient financièrement saines ou en situation délicate. Depuis 1981, AlixPartners a choisi une approche unique, en travaillant avec des équipes réduites d'experts expérimentés pour assister les conseils d'administration et les manageurs, les cabinets d'avocats, les banques d'investissement et les investisseurs à gérer les problématiques complexes auxquelles leur entreprise peut être confrontée.

Plus d'information sur : www.alixpartners.com

Renseignements