BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier

09 sept. 2011 14h30 HE

Le marché de l'emploi reste stable au Canada, mais sa croissance ralentit selon BMO

- Alors que 5 500 emplois ont été perdus au mois d'août, le taux de chômage monte à 7,3 pour cent

- Un sondage de BMO sur l'emploi révèle que la moitié des Canadiens ont confiance en la sécurité de leur emploi, bien qu'ils soient divisés quant aux perspectives d'obtenir une hausse de salaire ou une promotion

- Selon le service des Études économiques de BMO, le total des heures travaillées devrait donner de solides résultats pour le troisième trimestre

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 9 sept. 2011) - De nouvelles données sur l'emploi publiées aujourd'hui révèlent que 5 500 emplois ont été perdus au mois d'août, entraînant une légère hausse du taux de chômage au pays, à 7,3 pour cent. Selon Statistique Canada, la croissance de l'emploi a été de 1,3 pour cent au cours des 12 derniers mois, alors que 223 000 nouveaux postes ont été créés.

Suite à la publication de ces chiffres, BMO a diffusé les résultats d'un sondage, effectué par la firme Léger Marketing, et selon lesquels les Canadiens sont divisés dans la perception qu'ils ont de leur avenir au travail. Ainsi, plus d'un répondant sur quatre (28 pour cent) a expliqué s'attendre à une augmentation de salaire ou à une promotion au cours de la prochaine année. D'un autre côté, 23 pour cent des personnes interrogées n'entrevoient aucune possibilité en ce sens.

Par ailleurs, selon les résultats du sondage BMO de la fête du Travail 2011, publié récemment, 51 pour cent des Canadiens se sentent rassurés quant à la sécurité de leur emploi.

« Bien qu'il n'y ait pas trop de quoi s'inquiéter des creux observés d'un mois à l'autre, la tendance actuelle du marché de l'emploi au Canada commence à aller vers un certain ralentissement. La création d'emplois à temps plein a été particulièrement bonne, affichant de nouveaux de solides résultats, avec la création de 25 700 nouveaux postes », a expliqué Douglas Porter, économiste en chef délégué, BMO Marchés des capitaux. « Cependant, les emplois dans le secteur privé et dans le secteur manufacturier ont chuté au cours du mois. De plus, après une baisse observée de façon continue au cours de la dernière année, le taux de chômage s'est accru légèrement à 7,3 pour cent, ce qui demeure néanmoins inférieur au taux de 8,1 pour cent enregistré à la même date l'année dernière. Et malgré le recul dans la création d'emplois, le total des heures travaillées a augmenté de 0,3 pour cent au cours du mois d'août, ce qui devrait donner de solides résultats pour le troisième trimestre. »

Selon le service des Études économiques de BMO, la vigueur de la devise canadienne oblige de nombreuses entreprises au pays à accroître leur compétitivité, en améliorant leur productivité.

« En ce qui concerne la productivité, il y a encore de la place pour une amélioration, alors que le Canada reste loin derrière les États-Unis. Cela dit, la bonne nouvelle est que les entreprises canadiennes n'ont pas eu à subir les mêmes pressions que les sociétés américaines en vue de couper des emplois », a expliqué Cathy Pin, vice-présidente, Services bancaires aux entreprises, BMO Banque de Montréal. « Selon les résultats de notre étude, si certains sentent que leurs perspectives d'évolution au sein de leur emploi actuel sont limitées, il existe un sentiment positif aussi important, alors qu'un nombre croissant de Canadiens estiment avoir la possibilité d'obtenir une promotion ou une augmentation de salaire dans un proche avenir, et qu'ils sont encore plus nombreux à croire que leur emploi n'est pas menacé. »

Voici la proportion de répondants qui s'attendent à obtenir une augmentation de salaire ou une promotion, selon les régions du pays :
Province/Région Pourcentage
Canada atlantique 25 %
Québec 31 %
Ontario 25 %
Manitoba/Saskatchewan 35 %
Alberta 30 %
Colombie-Britannique 26 %
Et voici celle de répondants qui se sentent dans une impasse sur le plan professionnel, leur entreprise n'étant pas en mesure d'offrir des promotions, des augmentations de salaires ou des bonifications, toujours selon les régions du pays :
Province/Région Pourcentage
Canada atlantique 31 %
Québec 26 %
Ontario 23 %
Manitoba/Saskatchewan 17 %
Alberta 24 %
Colombie-Britannique 16 %

Le sondage de la firme Léger Marketing a été effectué en ligne, du 2 au 4 août 2011, auprès d'un échantillon de 1 501 canadiens âgés de 18 ans et plus. Un échantillon aléatoire de cette taille entraîne une marge d'erreur de +/- 2,5 %, 19 fois sur 20.

Renseignements