Agriculture et Agroalimentaire Canada

Agriculture et Agroalimentaire Canada

29 nov. 2013 11h55 HE

Le ministre Bernier souligne les multiples avantages de l'Accord commercial Canada-UE pour les transformateurs d'aliments et de boissons du Québec

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 29 nov. 2013) - L'honorable Maxime Bernier, ministre d'État (Petite entreprise et Tourisme, et Agriculture) a indiqué aujourd'hui en quoi les industries de la transformation des aliments et des boissons du Québec et du Canada bénéficieront de la conclusion de l'Accord économique et commercial global (AECG) conclu entre le Canada et l'Union européenne.

« Cet accord historique est le plus exhaustif et le plus ambitieux que le Canada ait jamais signé et constitue un gain considérable pour les industries de la transformation des aliments et des boissons du Québec et du Canada, a déclaré le ministre Bernier. Les travailleurs et les familles qui dépendent de la plus grande industrie manufacturière de notre pays profiteront grandement de l'accès préférentiel qu'ouvre cet accord au marché le plus lucratif du monde. »

Le ministre Bernier s'adressait à la raffinerie de Lantic Inc. avant une réunion avec les intervenants du secteur de la transformation alimentaire pour discuter des avantages de cet accord et une visite de l'installation. Lantic Inc. possède des raffineries de sucre à Montréal, au Québec, et à Vancouver, en Colombie-Britannique, ainsi qu'une installation de production du sucre de betterave à Taber, en Alberta, qui produisent du sucre granulé, du sucre à glacer, du sucre en cubes, des sucres jaunes et bruns ainsi que des sucres liquides et des sirops.

« L'AECG apporte un double avantage à Lantic. Notre raffinerie de Montréal pourra produire des quantités additionnelles de sucre ici, et des produits à valeur ajoutée renfermant du sucre obtenus par Lantic Blending seront exportés vers le vaste marché haut de gamme que constitue l'Union européenne, a déclaré Manon Lacroix, vice-présidente des finances à Lantic Inc. Au fil du temps, ces nouveaux débouchés à l'exportation aideront à soutenir la création d'emplois et la croissance économique dans l'industrie canadienne des aliments transformés et du sucre. »

La transformation de denrées agricoles en aliments et en boissons représente une part d'importance de l'industrie agricole et agroalimentaire du Canada et un sous-secteur manufacturier clé. En 2012, les exportations de l'industrie canadienne de la transformation alimentaire se sont chiffrées à 26,5 milliards de dollars. Entre 2010 et 2012, les exportations annuelles vers l'UE d'aliments et de boissons canadiens manufacturés se sont établies en moyenne à 536 millions de dollars.

« Lorsqu'il sera mis en œuvre, l'AECG représentera le plus important accord de libre-échange que le Canada ait jamais conclu depuis l'ALENA, a déclaré la directrice exécutive de l'Alliance canadienne du commerce agroalimentaire (ACCA), Kathleen Sullivan. Lorsqu'il sera mis en œuvre intégralement, nous pensons qu'il augmentera les exportations de produits agricoles et alimentaires canadiens de 1,5 milliard de dollars canadiens, notamment de 600 millions de dollars dans le cas du bœuf, de 400 millions pour le porc, de 100 millions pour les céréales et les oléagineux, de 100 millions pour les produits renfermant du sucre et de 300 millions supplémentaires pour les aliments transformés, les fruits et les légumes. »

Actuellement, les exportations canadiennes de produits alimentaires transformés et de boissons sont frappées de droits complexes et prohibitifs par l'UE. Par exemple, les droits imposés par l'UE sur certaines confitures de fruit débutent à 24 p. 100 et même davantage. Lorsque l'AECG entrera en vigueur, les droits actuels de l'UE appliqués aux aliments transformés et aux boissons seront éliminés immédiatement, ce qui profitera au secteur des aliments transformés et des boissons de l'ensemble du pays en entraînant la création de plus d'emplois, la hausse des salaires et une prospérité à plus long terme.

Le 18 octobre 2013, le Canada et l'Union européenne ont annoncé la conclusion d'une entente de principe sur un accord commercial historique. Les 28 pays de l'Union européenne forment un marché de plus de 500 millions de consommateurs et engendrent une activité économique de 17 billions de dollars par année. On estime que l'AECG pourrait stimuler les échanges bilatéraux de 20 p. 100 et injecter 12 milliards de dollars de plus par année dans l'économie canadienne, ce qui correspond à la création de 80 000 emplois ou à l'augmentation du revenu de la famille canadienne moyenne de 1 000 $ par année.

De plus, le gouvernement Harper a récemment lancé le Plan d'action sur les marchés mondiaux (PAMM) afin d'aider les sociétés canadiennes à pénétrer de nouveaux marchés et à miser sur les marchés établis. Aux termes de ce plan, le gouvernement du Canada poursuivra son plan dynamique visant le commerce et l'investissement en cherchant à conclure de nouveaux accords de libération des échanges et d'investissement et en faisant la promotion des produits canadiens par l'intermédiaire de missions commerciales et d'un solide soutien sur le terrain.

Pour plus d'information sur la façon dont l'accord commercial entre le Canada et l'Union européenne profitera au secteur de l'agriculture et de l'agroalimentaire, visitez le site Accroître les exportations de produits agricoles et agroalimentaires.

Pour plus d'information sur les énormes avantages de cet accord pour chaque région du Canada, visitez le site plandaction.gc.ca/AECG.

Suivez-nous sur Twitter : @AAC_Canada

Renseignements

  • Relations avec les médias
    Agriculture et Agroalimentaire Canada
    Ottawa (Ontario)
    613-773-7972
    1-866-345-7972

    Scott French
    Directeur des communications
    Cabinet de l'honorable Maxime Bernier
    Ministre d'Etat (Petite entreprise et Tourisme,
    et Agriculture)
    613-943-6183