Ministère de la Défense nationale



Ministère de la Défense nationale

30 déc. 2012 14h00 HE

Le ministre MacKay et le député Brian Storseth annoncent des mesures pour améliorer la qualité de vie des familles des Forces armées canadiennes

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 30 déc. 2012) - L'honorable Peter MacKay, ministre de la Défense nationale et M. Brian Storseth, député de la circonscription de Westlock-St. Paul, ont annoncé aujourd'hui une diminution de 10 pour cent de l'augmentation de loyer prévue pour les logements militaires des Forces armées canadiennes à la 4e Escadre Cold Lake, ainsi qu'un plafond de hausse de loyer pour la majorité des soldats et l'ensemble des élèves-officiers partout au pays.

« Je suis heureux de travailler en collaboration avec le ministre MacKay pour mettre en œuvre cette importante mesure pour les hommes et les femmes qui servent pour défendre le Canada et protéger les intérêts canadiens, a affirmé M. Storseth. Grâce à l'annonce d'aujourd'hui, nos militaires savent que peu importe où ils sont postés au pays, notre gouvernement agit dans leur meilleur intérêt. »

Le loyer mensuel des logements militaires à Cold Lake aurait augmenté au cours de la prochaine année de près de 9 pour cent, ou de 92 $ en moyenne, sans l'application de cette mesure. Les loyers des logements militaires à Cold Lake diminueront plutôt d'environ 1 pour cent.

« En plus des mesures mises en place à Cold Lake, notre gouvernement agit également pour s'assurer que l'augmentation des loyers de la majorité des soldats et élèves-officiers ne dépasse pas 2,21 pour cent, à l'échelle du pays, ce qui est similaire à l'augmentation moyenne de 2,2 pour cent des loyers des logements militaires, a déclaré le ministre MacKay. Brian Storseth continue de travailler sans relâche pour ceux et celles qu'il représente et je le remercie pour son travail dans ce dossier. »

En vertu des pouvoirs conférés au ministre de la Défense nationale, le ministre MacKay a agi pour s'assurer que des mesures soient mises en place en vue de réduire au minimum l'incidence d'une hausse de loyer sur les militaires dont la solde est moins élevée. Le ministre a autorisé la mise en place d'une limite de hausse de loyer de 2,21 pour cent durant l'exercice financier 2013-2014 pour les soldats aux premier et deuxième échelons salariaux et pour les élèves-officiers postés partout au Canada. Cette augmentation est similaire à l'augmentation moyenne nationale des loyers pour les logements militaires à travers le Canada, mais permet à ceux qui gagnent moins d'argent de ne pas être touchés par les écarts importants de loyers en fonction de l'essor des diverses économies régionales.

Au cours des dix dernières années, les soldats aux premier et deuxième échelons salariaux ont vu leur solde mensuelle augmenter de 27 pour cent, tandis que les élèves-officiers ont bénéficié quant à eux d'une hausse de 25 pour cent de leur solde mensuelle.

« Le gouvernement du Canada utilise tous les outils à sa disposition pour s'assurer que les militaires des Forces armées canadiennes et leur famille puissent profiter d'une bonne qualité de vie, et ce, peu importe où ils vivent sur le territoire canadien », a affirmé le général Tom Lawson, chef d'état-major de la Défense.

Les logements du ministère de la Défense nationale sont évalués annuellement par la Société canadienne d'hypothèque et de logement. L'évaluation se fonde sur de nombreux facteurs, notamment le type de logement, l'usure, l'accès aux commodités et l'état général du logement. Grâce à cette formule, le montant des loyers des logements militaires est comparable à celui des habitations similaires sur le marché immobilier de la même région.

En outre conséquent, les loyers mensuels ne peuvent pas être haussés de plus de 100 $ par mois, indépendamment de la valeur de l'évaluation de la Société canadienne d'hypothèque et de logement, et ne peuvent excéder 25 pour cent du revenu annuel brut des ménages, excluant les frais de stationnement, ainsi que le coût de l'essence et des services publics.

Toutes ces mesures seront en vigueur à compter du 1er avril 2013.

Renseignements