Agriculture et Agroalimentaire Canada

Agriculture et Agroalimentaire Canada

15 oct. 2010 10h15 HE

Le ministre Ritz tire le maximum de la première réunion de l'APEC sur l'agriculture et protège l'accès du blé canadien au marché indonésien

NIIGATA, JAPON--(Marketwire - 15 oct. 2010) - M. Gerry Ritz, ministre de l'Agriculture, se trouve actuellement au Japon où il participe à la toute première réunion portant sur l'agriculture de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) où il s'emploie à renforcer des relations commerciales, à accroître les débouchés pour les agriculteurs et à créer un Canada plus prospère.

« Reconnaissant la nécessité d'approvisionnements alimentaires sûrs et fiables, avec une population mondiale grandissante, nous sommes à l'APEC pour mettre en place une approche du commerce fondée sur des principes scientifiques, a déclaré le ministre Ritz. Par la promotion de l'innovation, comme la biotechnologie, le Canada se réjouit à l'avance d'un avenir avec de solides partenariats commerciaux, un environnement plus durable et des agriculteurs plus prospères, tout en s'assurant que les familles du monde entier continuent à disposer d'aliments de première qualité. »

Le ministre Ritz tire pleinement profit de l'APEC en ayant des réunions bilatérales avec des chefs de file du secteur agricole de la Chine, du Mexique et de la Corée du Sud. Le ministre Ritz, accompagné de représentants provinciaux du New West Partnership du Canada, a rencontré son homologue japonais, M. Michihiko Kano, et a formulé la demande de vieille date du Canada relativement à un plus grand accès du bœuf canadien au marché japonais. Ils ont aussi rencontré des membres de l'industrie japonaise pour discuter de meilleures façons d'aider à faire parvenir les produits canadiens aux consommateurs japonais.

« Nous travaillons à tous les échelons — province, gouvernement fédéral et industrie — pour nous assurer que des pays comme le Japon et la Corée du Sud fondent leurs échanges commerciaux sur de solides principes scientifiques et que nos producteurs de bovins, des travailleurs inlassables, profitent d'un accès intégral au marché, a affirmé le ministre Ritz. Notre gouvernement sait que si les agriculteurs canadiens sont soumis à des règles du jeu équitables, ils peuvent soutenir la concurrence et réussir; ce qui, en retour, stimule notre économie, crée des emplois et accroît la prospérité de tous les Canadiens. »

Avant l'APEC, le ministre Ritz a conduit une mission commerciale en Indonésie et a reçu du ministre de l'Agriculture Suswono l'assurance que ce pays reconnaîtrait pleinement le système de renommée mondiale appliqué par le Canada pour garantir que diverses plantes, comme le blé et les pommes de terre destinés à l'alimentation, sont sains. Cette réussite constitue une bonne nouvelle pour les agriculteurs, car elle élimine la nécessité d'analyses additionnelles, coûteuses et inutiles, aux ports indonésiens. La Commission canadienne du blé prévoit que les exportations de blé du Canada vers l'Indonésie se chiffreront à plus de 300 millions de dollars cette année.

Le Canada et l'Indonésie ont également signé un accord en vue de renforcer la coopération agricole et de se consacrer à l'élimination des obstacles au commerce de divers produits canadiens comme les pommes de terre de semence, les chèvres et les moutons, ainsi que leur matériel génétique, et les cerises. L'Indonésie engagera des experts en santé animale du Canada pour l'aider à bâtir une capacité d'analyse afin de maintenir la santé du secteur bovin.

« Nous savons que les agriculteurs canadiens cultivent du blé sain, de première qualité, et notre gouvernement fait ce qui est en son pouvoir pour s'assurer qu'il atteint les marchés mondiaux sans entraves coûteuses et inutiles, a ajouté le ministre Ritz. En établissant des partenariats plus étroits, nous sommes mieux placés pour atténuer les risques et promouvoir une approche à fondement scientifique du commerce, aidant ainsi à abattre, brique par brique, les obstacles au commerce et à ouvrir la voie aux produits canadiens sains, sûrs et de première qualité. »

Le ministre Ritz a aussi fait un arrêt à Hong Kong pour un suivi de la reprise de l'accès intégral du bœuf canadien au marché, en décembre dernier. Le ministre Ritz a rencontré des membres de l'industrie et a été heureux de rapporter que les exportations de bœuf du Canada vers Hong Kong ont largement dépassé les attentes. La Canadian Beef Export Federation s'attendait initialement à ce que le marché atteigne 65 millions de dollars mais on s'attend maintenant à ce qu'il s'élève à plus de 105 millions de dollars pour les producteurs canadiens en 2010. Cela représente une augmentation de 67 pour cent depuis l'avènement de l'accès intégral au marché.

Cette mission commerciale agricole fait partie de la stratégie globale du ministre Ritz consistant à travailler avec l'industrie pour consolider les parts du marché mondial détenues par le Canada et s'assurer ainsi que les agriculteurs canadiens tirent leur revenu du marché et continuent de faire tourner le moteur de l'économie du Canada.  

DOCUMENT D'INFORMATION

Dans le cadre de la stratégie globale du gouvernement du Canada pour s'assurer que les agriculteurs canadiens puissent continuer à livrer leurs produits de haute qualité dans les cuisines du monde entier, à tirer leur revenu du marché et à faire tourner le moteur de l'économie canadienne, le ministre Ritz s'efforce de revigorer les marchés agricoles internationaux. Les agriculteurs et les transformateurs exportent environ la moitié de leur production, notre gouvernement déploie donc beaucoup d'efforts pour leur trouver de nouveaux débouchés à l'échelle mondiale.

Au cours de la dernière année, le ministre Ritz s'est associé à des représentants du secteur agricole canadien dans diverses missions commerciales qui ont permis de faire des percées pour les industries du boeuf, du porc, des légumineuses, du blé et des grains.

Exemples de réalisations importantes, entre autres :

  • Missions aux États-Unis, au Mexique, à Cuba, en Russie, au Japon, à Hong Kong, en Chine, en Corée du Sud, en Inde, en Indonésie, au Maroc, en Jordanie, en Arabie saoudite, en Turquie, aux Émirats arabes unis, en Uruguay, au Pérou, au Guatemala, en Colombie et dans les pays de l'Union européenne afin d'ouvrir et d'élargir les possibilités de marchés pour les agriculteurs et les exportateurs canadiens :
    • réouverture et accès élargi pour les bovins, le bœuf, les produits du bœuf, ou le matériel génétique bovin en Chine, à Hong Kong, en Colombie, en Jordanie, en Arabie saoudite, en Russie, au Panama et à Singapour;
    • réouverture et accès élargi pour la viande de porc et les porcs vivants du Canada en Chine, en Malaisie, en Mongolie, en Russie, en Corée du Sud, aux Philippines, en Ukraine, en Arménie, en Moldavie, en Albanie, en Azerbaïdjan, à Brunéi, en Croatie, en Indonésie, en Jordanie et en Thaïlande;
    • obtention d'une entente avec l'Inde pour trouver une solution à long terme qui autoriserait la fumigation des légumineuses tout en garantissant un approvisionnement ininterrompu de légumineuses à l'Inde;
    • accomplissement de progrès historiques dans l'établissement de partenariats agricoles avec la Chine, progrès qui ont permis de servir du boeuf canadien dans ce pays pour la première fois en près d'une décennie;
    • développement de nouvelles possibilités de vente de légumineuses en Chine pour une valeur allant jusqu'à 500 millions de dollars;
    • obtenu une prolongation des mesures de transition permettant la poursuite des exportations de canola canadien vers la Chine;
    • obtention de l'accès au marché des Philippines pour des exportations canadiennes de produits animaux dont la valeur est estimée à 20 millions de dollars;
    • signature d'un PE avec la Turquie pour effectuer des échanges d'information scientifique et technique;
    • signature d'un PE avec la Mongolie pour renforcer la coopération agricole et les relations commerciales entre les deux pays;
    • signature d'un accord avec l'Indonésie pour poursuivre la coopération dans divers secteure de l'agriculture et de l'alimentation, comme les productions végétales et animales, la recherche et la technologie.
  • Accords de libre-échange signés ou conclus avec :
    • l'Association européenne de libre-échange (Suisse/Liechtenstein/Islande/Norvège), le Panama, le Pérou, la Colombie et la Jordanie.
  • Négociations en cours pour des accords de libre-échange avec de nombreux partenaires commerciaux, notamment :
    • l'Union européenne, un accord entre le Canada et quatre pays d'Amérique centrale (Salvador, Guatemala, Honduras et Nicaragua), la Corée du Sud, l'Ukraine, la Communauté des Caraïbes (CARICOM), la République dominicaine et Singapour.
  • Discussions exploratoires sur le libre-échange avec :
    • la Turquie et le Maroc; et intégration d'une étude conjointe avec l'Inde recommandant d'engager des négociations vers l'établissement d'un accord de partenariat économique global.
  • Soutien énergique de la gestion de l'offre :
    • prise de mesures concernant l'article 28 du GATT pour limiter les importations de concentrés de protéines de lait,
    • engagement à mettre en vigueur les dispositions de sauvegarde spéciale de l'OMC,
    • établissement des normes de composition du fromage pour veiller à ce que le fromage canadien soit fabriqué à partir de vrai lait.
  • Participation active aux négociations de l'OMC sur l'agriculture pour éliminer les subventions à l'exportation, réduire le soutien interne ayant des effets de distorsion sur le commerce et élargir l'accès aux marchés.
  • Défense des intérêts des industries des bovins, des porcs et de la viande en amorçant un processus de règlement des différends de l'OMC au sujet des dispositions législatives américaines relatives à la mention obligatoire du pays d'origine sur l'étiquette et en maintenant un dialogue franc et ouvert avec les États-Unis à ce sujet dans l'intérêt supérieur des agriculteurs des deux côtés de la frontière.
  • Demande de la tenue de consultations et ensuite de la création d'un groupe spécial de règlement des différends de l'OMC relativement à l'interdiction coréenne frappant les importations de boeuf canadien.
  • Preuve de leadership en acceptant d'être l'hôte de la prochaine réunion ministérielle du Groupe de Cairns.
  • Établissement du Secrétariat à l'accès aux marchés, qui coordonnera les efforts du gouvernement et de l'industrie pour ouvrir et élargir les marchés.
  • Investissement de 88 millions de dollars dans l'initiative Agri-marketing afin d'aider les associations canadiennes de producteurs, de transformateurs et d'exportateurs à élaborer et à mettre en œuvre des stratégies à long terme et à entreprendre des activités visant notamment à développer les marchés internationaux, à renforcer l'image de marque et à défendre les intérêts commerciaux d'une industrie à l'autre.

Renseignements

  • Agriculture et Agroalimentaire Canada
    Ottawa, Ontario
    Relations avec les médias
    613-773-7972
    1-866-345-7972
    ou
    Cabinet de l'honorable Gerry Ritz
    Meagan Murdoch
    Attachée de presse
    613-773-1059