Agriculture et Agroalimentaire Canada

Agriculture et Agroalimentaire Canada

20 août 2007 15h39 HE

Le nouveau gouvernement du Canada annonce l'octroi de 76 millions de dollars pour combattre la maladie dans le secteur porcin

ST-NARCISSE-DE-BEAURIVAGE, QUEBEC--(Marketwire - 20 août 2007) - L'honorable Christian Paradis, secrétaire d'Etat à l'Agriculture, au nom de l'honorable Gerry Ritz, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, a annoncé aujourd'hui que le nouveau gouvernement du Canada accordait 76 millions de dollars sur quatre ans pour combattre la maladie et augmenter la prospérité et la stabilité du secteur porcin.

"Le nouveau gouvernement du Canada tient résolument à garantir la rentabilité du secteur du porc au Canada, a déclaré M. Paradis. Nous sommes conscients des défis auxquels sont aux prises les producteurs et, dans le cadre de cette initiative, nous travaillerons de concert avec l'industrie et les vétérinaires afin de donner aux producteurs les outils nécessaires pour lutter énergiquement contre ces maladies."

Les maladies associées au circovirus porcin (MACV) affectent sérieusement l'industrie canadienne du porc et le nombre de cas de maladie augmente partout au Canada.

Conformément aux recommandations d'un groupe de travail constitué de représentants de l'industrie et du gouvernement, le programme de quatre ans sera axé sur le versement d'une aide aux producteurs et à l'industrie dans quatre secteurs : la vaccination des troupeaux, la recherche, la biosécurité et les pratiques optimales de gestion, et trouver des solutions à long terme en matière de gestion des risques. Le nouveau gouvernement du Canada continuera de travailler en étroite collaboration avec l'industrie porcine par le truchement du Conseil canadien du porc et avec les vétérinaires, de façon à élaborer un programme détaillé pour chacun de ces quatre secteurs.

Clare Schlegel, président du Conseil canadien du porc, est heureux de l'annonce d'aujourd'hui. "Nous félicitons Agriculture et Agroalimentaire Canada de reconnaître le rôle essentiel que la santé animale joue dans notre secteur et de reconnaître aussi les sérieux défis que doivent surmonter actuellement les producteurs de porcs. Même si ces maladies ne posent pas de risque à la salubrité des aliments, elles ont de graves répercussions économiques sur nos producteurs."

Il ajoute : "Nous remercions AAC de son soutien à notre industrie. Nous comptons bien collaborer avec AAC pour régler ces menaces de maladies et faire en sorte que notre industrie demeure concurrentielle."

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les MACV, consultez le document d'information ci-joint.


DOCUMENT D'INFORMATION

Les maladies associées au circovirus porcin (MACV) désignent toute la série de maladies qui affectent les porcs et qui sont associées au circovirus porcin de type 2 (CVP2), y compris le syndrome de dépérissement post sevrage multisystémique (SDPM), la maladie respiratoire, la pneumonie, la diarrhée, les problèmes de l'appareil reproducteur et la mortalité élevée chez les porcs.

Parmi les symptômes des MACV, citons la déplétion des cellules lymphoïdes chez les porcs en croissance, l'inflammation d'au moins un tissu comme la rate, le thymus, les intestins, les ganglions lymphatiques, les poumons, les reins, le foie, les amygdales, et la détection du CVP2 dans les lésions des porcs en croissance. Les MACV ne comportent aucun risque pour la santé humaine.

Les MACV et le SDPM affectent grandement l'industrie porcine canadienne et le nombre de cas augmente au Canada tandis que de nouveaux foyers de maladies se déclarent dans l'Ouest canadien. Les dernières recherches indiquent que les taux de mortalité semblent également à la hausse chez les troupeaux infectés. Entre 2000 et 2006, le nombre de décès et d'animaux condamnés a augmenté de 4 p. 100 dans le cheptel porcin canadien, ce qui représente environ 1,75 million de porcs.

Les vétérinaires et les producteurs examinent très sérieusement les façons de prévenir et de contrôler les maladies associées au CVP2. Il existe actuellement trois vaccins que l'on peut administrer aux porcs.

C'est en s'occupant de biosécurité, de salubrité, en mettant en place des stratégies de production, en s'occupant d'environnement et en luttant contre d'autres maladies que l'on a le mieux réussi à gérer les maladies associées au CPV2. Pour prévenir la transmission de la maladie, il semble également utile d'éviter d'introduire des animaux vivants, de diminuer le nombre de visiteurs à la ferme, de lutter contre les rongeurs, les insectes et les oiseaux, de réduire au minimum les activités d'adoption intraspécifique, de nettoyer et de désinfecter les installations et de contrôler les pathogènes à la ferme. Une vaccination stratégique et appropriée et un traitement rapide des porcs malades contribueront également à réduire le risque de transmission de maladies associées au CVP2 entre les porcs.

Un groupe de travail national sur les options de programme pour le circovirus a été créé en 2007 pour résoudre le problème des MACV et du SDPM dans l'industrie canadienne du porc. L'équipe de travail est coprésidée par Clare Schlegel, président du Conseil canadien du porc et producteur du porc de l'Ontario, et par Danny Foster, directeur général du développement des programmes pour la gestion des risques de l'entreprise à Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Renseignements

  • Agriculture et Agroalimentaire Canada
    Ottawa, Ontario
    Relations avec les médias
    613-759-7972
    1-866-345-7972
    ou
    Cabinet de l'honorable Christian Paradis
    Mark Quinlan
    Directeur des communications
    613-759-1107