Affaires indiennes et du Nord Canada

Affaires indiennes et du Nord Canada

07 avr. 2009 15h35 HE

Le Plan d'action économique du Canada permet d'offrir une installation permanente pour le traitement de l'eau à Saddle Lake, en Alberta

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 7 avril 2009) - Le gouvernement du Canada prend des mesures pour s'assurer que la Première nation de Saddle Lake a accès à des installations sécuritaires et fiables pour la gestion des eaux en finançant le remplacement de son usine de traitement des eaux par une installation permanente. Ce projet d'infrastructure s'inscrit dans le cadre du Plan d'action économique du Canada (http://www.budget.gc.ca/2009/home-accueil-fra.asp).

"Cet investissement garantira que la collectivité de Saddle Lake a accès à une source continue d'eau potable qui est essentielle pour la santé et la sécurité actuelles et futures de ses membres, a déclaré Brian Storseth, député de Westlock/St. Paul, au nom de l'honorable Chuck Strahl, ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits."

Ce projet fait partie d'un investissement de 165 millions de dollars dans des initiatives de gestion de l'eau potable et des eaux usées. Ce montant est tiré des 1,4 milliard de dollars consacrés aux Autochtones dans le Plan d'action économique du Canada. Le projet permettra de remplacer l'usine de traitement des eaux de Saddle Lake par une installation permanente.

"Je suis très heureux, et les dirigeants de la Première nation de Saddle Lake partagent la joie que procure cette annonce, a dit Eddy Makokis, chef de la Première nation de Saddle Lake. Tout le monde a hâte de voir la construction de la nouvelle usine de traitement des eaux, et nous allons collaborer étroitement avec le gouvernement du Canada pour y parvenir au cours des deux prochaines années."

Le gouvernement du Canada investit dans des projets qui feront rejaillir des retombées durables sur les collectivités des Premières nations. Il a réalisé des progrès remarquables dans l'amélioration de la qualité de l'eau potable dans les réserves de tout le pays. Par exemple, le nombre de systèmes à risque élevé a été réduit des deux tiers. En 2006, on recensait 193 systèmes à risque élevé dans les collectivités des Premières nations. Ce nombre est maintenant passé à 58. On comptait également 21 collectivités prioritaires, c'est-à-dire des collectivités possédant un système à risque élevé et où on a émis un avis sur la qualité de l'eau. Aujourd'hui, il ne reste plus que quatre collectivités sur cette liste.

Le gouvernement prend également des mesures déterminantes pour améliorer la qualité de l'eau potable dans le Plan d'action pour l'approvisionnement en eau potable et le traitement des eaux usées des Premières nations (http://www.ainc-inac.gc.ca/ai/mr/nr/j-a2008/2-3019-fra.asp?p1=209557&p2=6293).

Les coûts associés aux projets annoncés aujourd'hui seront déterminés à la suite d'un processus d'appel d'offres concurrentiel.

Ce communiqué est aussi accessible sur Internet à l'adresse suivante : www.inac-ainc.gc.ca.

Des documents d'information sur le dossier de l'eau sont également affichés sur le site Internet : www.inac-ainc.gc.ca.

Vous pouvez consulter le profil des collectivités des Premières nations à cette adresse :

http://www.ainc-inac.gc.ca/ap/fn/index-fra.asp.

Renseignements

  • AINC
    Relations avec les médias
    819-953-1160
    ou
    Cabinet de l'honorable Chuck Strahl
    Nina Chiarelli
    Attachée de presse
    819-997-0002