SOURCE: IASLC

International Association for the Study of Lung Cancer

08 déc. 2016 00h23 HE

Le point-presse de la 17e WCLC de l'IASLC révèle des avancées dans le traitement du cancer du poumon grâce à l'immunothérapie et à de meilleurs diagnostics

VIENNE, AUTRICHE--(Marketwired - 8 décembre 2016) - Le point-presse d'aujourd'hui à l'occasion de la 17e Conférence mondiale sur le cancer du poumon (WCLC) de l'IASLC s'est concentré sur des essais cliniques qui font progresser le traitement du cancer du poumon grâce à l'immunothérapie et à de meilleurs diagnostics. Des résumés et des versions complètes des communiqués de presse pour chaque thème couvert sont disponibles via les liens fournis dans ce résumé, ou auprès de Chris Martin, représentant de l'IASLC auprès des médias, à l'adresse : cmartin@davidjamesgroup.com.

Des chercheurs français présentent les résultats d'une étude d'harmonisation sur les tests d'immunohistochimie PD-L1 chez les patients atteints d'un cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC).

L'immunohistochimie (IHC) PD-L1 est considérée comme un biomarqueur prédictif pour la plupart des thérapies anti-PD-1/PDL-1 chez les patients atteints d'un cancer du poumon non à petites cellules, mais différents tests sont utilisés dans les essais cliniques. Les chercheurs en immunologie s'efforcent à trouver un test capable de prédire le statut PD-L1 de manière précise et cohérente, afin que les pathologistes et médecins soient en mesure d'identifier les patients pouvant bénéficier de l'immunothérapie. Des chercheurs français ont exposé aujourd'hui des données sur l'efficacité de plusieurs tests développés en laboratoire en comparaison avec les tests PD-L1 utilisés dans les essais cliniques. Ces données ont été présentées par le Dr Julien Adam du Centre de lutte contre le cancer Gustave Roussy, en France. Pour consulter le communiqué de presse dans son intégralité, cliquez ici.

Le durvalumab est cliniquement actif et bien toléré chez les patients métastatiques ayant précédemment reçu de lourds traitements atteints de NSCLC.

Le durvalumab est un anticorps monoclonal qui cible le PD-L1 (programmed death ligand 1). Il fait actuellement l'objet de tests en tant que monothérapie et en combinaison avec le tremelimumab (CTLA-4 mAb) chez les patients atteints de NSCLC. Le Dr Marina Garassino de la Fondazione IRCCS Istituto Nazionale dei Tumori, à Milan, a présenté aujourd'hui les données d'un essai mondial à un volet de phase II qui montrent que le durvalumab est cliniquement actif et bien toléré chez les patients métastatiques ayant précédemment reçu de lourds traitements atteints d'un cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC). Pour lire le communiqué de presse dans son intégralité, cliquez ici.

Les patients recevant du pembrolizumab bénéficient d'une meilleure qualité de vie que ceux traités par chimiothérapie.

D'après des données présentées par le Dr Julie Brahmer du Sidney Kimmel Comprehensive Cancer Center at Johns Hopkins (États-Unis, les patients dans le volet pembrolizumab de l'essai KEYNOTE-024 ont enregistré une meilleure qualité de vie que ceux traités par chimiothérapie.

Le pembrolizumab a été approuvé en octobre par la Food and Drug Administration pour le traitement des patients atteints d'un cancer du poumon non à petites cellules dont la maladie a progressé pendant ou après une chimiothérapie.

Les données précédentes de l'essai KEYNOTE-024 ont démontré que le pembrolizumab fournit une survie sans progression supérieure et une meilleure survie globale en comparaison avec la chimiothérapie en tant que thérapie de première intention, chez les patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules avancé présentant l'expression PD-L1 sur plus de 50 % des cellules tumorales et non sensibilisantes aux aberrations EGFR ou ALK. Lisez l'intégralité du communiqué de presse ici.

Le nivolumab affiche des résultats prometteurs pour le traitement du mésothéliome pleural malin.

L'immunothérapie nivolumab s'est montré prometteuse chez des patients atteints de mésothéliome pleural malin, d'après une étude présentée par le Dr Paul Baas de l'Institut du cancer des Pays-Bas à Amsterdam. Le mésothéliome pleural est un cancer de l'enveloppe protectrice du poumon (plèvre). Il est provoqué par l'inhalation de fibres d'amiante dans les poumons et représente la forme la plus courante de mésothéliome.

" Le nivolumab en traitement de deuxième intention ou ultérieure chez les patients atteints de mésothéliome pleural malin récurrent malignant pleural mesothelioma a satisfaisait au critère principal, a déclaré le Dr Baas. Nous avons détecté une toxicité modérée et des résultats durables, et nous avons observé une corrélation claire entre l'expression PD-L1 et la réponse. " Pour en savoir plus, cliquez ici.

L'essai OAK soutient l'utilisation de l'atezolizumab chez les patients atteints de NSCLC.

Les patients ayant reçu de l'atezolizumab dans le cadre de l'essai OAK ont enregistré, en moyenne, une amélioration de 4,2 mois de la survie globale comparativement aux patients recrutés dans le volet docetaxel de l'essai, d'après des données présentées par le Dr Shirish Gadgeel du Karmanos Cancer Institute de l'université de Wayne State, à Détroit. Les résultats de l'analyse des sous-groupes ont démontré que l'atezolizumab avait amélioré la survie globale indépendamment de l'histologie et du statut PD-L1, mesuré par l'expression des gènes tumoraux ou par immunohistochimie IHC. Pour lire le communiqué dans son intégralité, cliquez ici.

À propos de la WCLC :

La WCLC est le plus important colloque au monde dédié au cancer du poumon et aux autres tumeurs thoraciques, réunissant plus de 6 000 chercheurs, médecins et spécialistes venus de plus de 100 pays. Son objectif est d'accroître la sensibilisation et de renforcer la collaboration et la compréhension du cancer du poumon, et d'aider les participants à mettre en œuvre les derniers développements partout dans le monde. Organisée sous le thème " Ensemble contre le cancer du poumon ", la conférence couvrira une vaste gamme de disciplines et dévoilera les résultats de plusieurs essais cliniques et études de recherche. Pour tout complément d'information, veuillez consulter le site http://wclc2016.iaslc.org/.

À propos de l'IASLC :

L'Association internationale pour l'étude du cancer du poumon (IASLC) est la seule organisation mondiale qui se consacre à l'étude du cancer du poumon. Fondée en 1974, l'association compte parmi ses membres plus de 5 000 spécialistes du cancer du poumon issus de plus de 100 pays. Pour en savoir plus, rendez-vous à l'adresse www.iaslc.org.

Image disponible: http://www.marketwire.com/library/MwGo/2016/12/7/11G124459/Images/IMG_1938-e1c867936cc9b8d5873124ede4226d0e.JPG

Vidéo intégrée disponible: https://www.youtube.com/watch?v=H2Kp0UnorWo

Renseignements