Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

24 janv. 2017 08h15 HE

Le prix des habitations dans la RGT a un effet d'entraînement sur les prix dans les centres avoisinants

TORONTO, ONTARIO--(Marketwired - 24 jan. 2017) - Le prix croissant des logements dans la région du Grand Toronto (RGT) a un effet d'entraînement sur les prix dans les centres avoisinants, particulièrement ceux situés à une distance permettant des déplacements quotidiens vers la RGT. Cette analyse est tirée du dernier rapport Le marché sous la loupe (MSL) de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), qui porte sur la relation qui existe entre le prix des logements dans la RGT et celui des habitations qui se trouvent dans les marchés des environs.

Bien que le prix des logements ait considérablement augmenté dans la plupart des marchés de l'Ontario au cours des vingt dernières années, grâce à la vigueur de l'économie, la SCHL a récemment détecté des signes modérés à élevés de surévaluation à Hamilton et dans la RGT. Cela laisse entendre que l'appréciation des prix dans ces centres est en partie attribuable à d'autres facteurs.

Faits saillants du rapport

  • Les hausses du prix des logements dans la RGT sont disproportionnées par rapport à celles relevées dans les autres RMR de l'Ontario.
  • Le prix élevé des maisons individuelles et des jumelés dans la RGT pousse des acheteurs à acquérir une habitation plus abordable dans les RMR des environs, ce qui fait monter les prix dans ces centres.
  • Il y a longtemps que l'effet d'entraînement du prix élevé des habitations dans la RGT s'observe à Hamilton, Barrie et Guelph.
  • Récemment, cet effet d'entraînement a été observé un peu plus loin, en particulier dans la RMR de St. Catharines-Niagara, et s'explique surtout par le prix élevé des habitations de faible hauteur dans la RGT.

Afin d'illustrer l'effet entraînement, le rapport examine également l'effet que des chocs des prix dans la RGT (l'un positif et l'autre négatif) pourraient avoir sur les RMR voisines. Bien que ces scénarios ne soient en aucune façon des prédictions, ils montrent que si le prix des logements dans la RGT montait subitement de 10 % au cours d'un trimestre, le prix des logements à Hamilton pourrait monter de 14 % dans un intervalle d'un an. À l'inverse, une contraction imprévue de 10 % du prix des logements dans la RGT pourrait faire baisser les prix de 14 % à Hamilton sur un an. Dans les deux cas, l'effet s'estomperait avec le temps et serait moins prononcé dans d'autres centres à proximité de Toronto.

Pour avoir accès aux futurs rapports d'analyse de marché de la SCHL, abonnez-vous à L'Observateur du logement en ligne.

En tant qu'autorité en matière d'habitation au Canada, la SCHL contribue à la stabilité du marché de l'habitation et du système financier, vient en aide aux Canadiens dans le besoin et fournit des résultats de recherches et de l'information aux gouvernements, aux consommateurs et au secteur de l'habitation du Canada.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, consultez notre site Web ou suivez-nous sur Twitter, YouTube, LinkedIn et Facebook.

CITATION

« Nos données appuient la théorie selon laquelle l'augmentation du prix des maisons individuelles et des jumelés dans la région du Grand Toronto pousse des acheteurs à acquérir une habitation dans des villes avoisinantes, comme Hamilton, Barrie et Guelph, où les logements sont plus abordables qu'au cœur de Toronto. Résultat : cela fait monter le prix des habitations dans ces marchés. »

Jean-Sébastien Michel

Chef analyste, Analyse de marché, Société canadienne d'hypothèques et de logement

Renseignements