SOURCE: Rubicon Minerals Corporation

Rubicon Minerals Corporation

15 avr. 2015 07h11 HE

Le Projet aurifère Phoenix de Rubicon entame la mise en service de l'installation et se déroule selon l'échéancier pour une production prévue mi-2015

TORONTO, ONTARIO--(Marketwired - Apr 15, 2015) - Rubicon Minerals Corporation (TSX: RMX)(NYSE MKT: RBY) (« Rubicon » ou la « Société ») a le plaisir d'annoncer que le développement et la construction du projet aurifère Phoenix (le « Projet ») à Red Lake, en Ontario, au Canada, se déroule selon l'échéancier et devrait entrer en phase de production initiale à la mi-2015. Le processus de mise en service de l'installation a commencé plus tôt que prévu et devrait se poursuivre tout au long du deuxième trimestre de cette année.

« Je suis heureux d'annoncer que le projet aurifère de Phoenix se trouve désormais dans sa dernière ligne droite avant d’entrer en phase de production initiale » a déclaré Michael A. Lalonde, président et chef de la direction de Rubicon. « Nous avons débuté la mise en service du circuit de l'installation plus tôt que prévu. Nous nous attendons à ce que la mise en service continue tout au long du deuxième trimestre, incluant le traitement limité des matériaux d'élaboration de qualité inférieure. Le stockage des matières d'alimentation de l'installation se poursuit. Nous avons bon espoir que le développement de la partie souterraine avant la production initiale prévue soit achevé fin mai. »

Mise à jour sur le développement et la construction du Projet aurifère Phoenix

Stockage, exploitation et construction de la partie souterraine

Rubicon dispose actuellement de huit gradins à divers stades de développement entre les niveaux de 122 et 305 mètres. La Société dispose d'un stock d'environ 11 600 tonnes de matière minéralisée. Le stockage continuera alors que le développement au niveau des gradins prend de l’ampleur et que l'exploitation en gradins débute. Un essai de forage de longs trous est en cours au niveau du premier gradin. Rubicon testera différentes méthodes minières, dont l'extraction par gradins au moyen de longs trous d’Alimak. La Société prévoit traiter de la matière minéralisée en permanence à partir de mi-2015.

En date du 12 avril 2015, Rubicon a terminé environ 6 834 m sur 8 023 m (soit 85 %) du développement souterrain original (latéral et vertical) prévu avant le début de la phase de production initiale prévue. Tel qu'annoncé précédemment, la direction estime avoir identifié environ 430 m de développement de bretelles de sortie qui peuvent être éliminées du plan de développement. La direction a bon espoir que le développement de la partie souterraine restante soit achevé fin mai, avant la production initiale prévue. Les matières d'alimentation de l'installation pour la production prévue pour 2015 proviendront des niveaux supérieurs du gisement : niveaux de 122, 183, 244, et 305 mètres. Le résumé de la totalité du développement souterrain est présenté dans la figure 1.

La Société installe actuellement une station de concassage au niveau de la cheminée à minerai au-dessus du niveau de 305 mètres. La terre noire concassée sera transportée vers le niveau de 305 mètres avant le processus de levage. Un diagramme de la station de concassage est illustré dans la Figure 2. Le reliquat du capital total alloué au développement souterrain jusqu'au début de la production initiale prévue s'élève à environ 18 millions CAD (au 31 mars 2015).

Construction de l'installation

La construction de l'installation se déroule selon l'échéancier. Rubicon a débuté la mise en service des processus suivants :


--  Circuit d'élution 
--  Épaississant utilisé au niveau de l'installation 
--  Réservoirs d'eau sanitaire et de traitement 
--  Zone réactive 
--  Équipement de la salle de contrôle 

La Société poursuivra la phase de mise en service au cours du deuxième trimestre de cette année. La société termine actuellement la construction de la partie restante du système de tuyauterie, du système électrique et de la surface transporteuse. Rubicon dispose d'un reliquat d'environ 8 millions CAD (au 31 mars 2015) de dépenses en immobilisations pour l'installation jusqu'au début de la production initiale prévue.

Infrastructure en surface et construction sur le site

L'installation de gestion des résidus est prête à accepter environ deux ans de résidus provenant de l'exploitation. La construction restante en surface et au niveau du site est presque terminée et ne se trouve pas sur le chemin critique de la phase de production initiale prévue. Rubicon dispose d'un reliquat d'environ 5 millions CAD ((au 31 mars 2015) pour la construction sur site jusqu'à l'achèvement des travaux.

Voir la Figure 3 pour les photos du développement et de la construction du Projet. Pour davantage de photos du développement et de la construction, veuillez consulter notre site Web à l'adresse :

http://www.rubiconminerals.com/Investors/Photo-Galleries/default.aspx.

Études techniques supplémentaires

Depuis la publication de l’étude d'évaluation économique préliminaire (« ÉÉP ») en 2013, Rubicon a mené et réalisé un certain nombre d'études techniques, incluant une étude visant à évaluer le pilier de surface, une étude et une analyse des résultats provenant de l’intercalaire de 38 000 mètres et du programme de forage de définition aux niveaux supérieurs du gisement, et une étude et une analyse des éclats et de la terre noire provenant de l’exploitation en gradins recueillis au niveau des huit gradins mentionnés ci-dessus. Un nombre important d'informations supplémentaires seront recueillies concernant le soutien du sol, la dilution et les plans de forage au cours de la phase d'abattage test.

Échéancier et reliquat des dépenses en immobilisations pour la phase de production initiale prévue

Le Projet continue à être financé afin d’achever son développement et sa construction et se déroule selon l'échéancier pour une production initiale prévue mi-2015. En date du 31 mars 2015, Rubicon estime que les dépenses en immobilisations pour la production initiale prévue sont de 33 millions CAD. Les dépenses en immobilisations pour le projet devraient être plus élevées que prévu, principalement en raison du retard dans le développement souterrain. Le tableau 1 présente une répartition des dépenses en immobilisations restantes.

Rubicon dispose d’environ 87 millions CAD en trésorerie non affectée prévue et équivalents en espèces (56 millions CAD en fonds de roulement) à compter du 31 mars 2015 (englobant tous les fonds restants de la transaction Royal Gold en transit et la récente opération de financement par actions accréditives de 30 millions CAD clôturée le 9 avril 2015).


Tableau 1 : Reliquat des dépenses en immobilisations pour le projet à compter du 31 mars 2015        

-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Dépenses d'investissement pour le projet du 1er octobre 2011 au 31 mars 2015 : environ 384 millions CAD
-------------------------------------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Reliquat des dépenses d'investissement jusqu'au début de la production initiale prévue                             
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Installation de traitement                                                      environ 8 millions CAD
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Développement souterrain                                                        environ 18 millions CAD
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Construction sur le site                                                        environ 5 millions CAD
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Forages indirects et de définition                                              environ 2 millions CAD 
-------------------------------------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Total des dépenses d'investissement restantes 
jusqu'au début de la production initiale prévue environ 33 millions CAD -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Autres sources de financement et essai pour la production commerciale

Rubicon est en phase de discussions avancées avec des prêteurs potentiels en vue de l'obtention d'une facilité d'emprunt de 50 millions de dollars afin d’assurer des fonds de roulement suffisants pour financer la période de montée en puissance, les retards et des dépassements de coûts potentiels.

Rubicon a principalement l'intention de déterminer si oui ou non la production commerciale a été réalisée en se basant sur le test suivant : lorsque les opérations atteignent un débit moyen de 70 % sur 1 250 tonnes par jour (« tpj ») (soit 875 tpj) pour une période de 60 jours consécutifs, la Société annoncera qu'elle se trouve en production commerciale.

À propos de Rubicon Minerals Corporation

Rubicon Minerals est un producteur d'or en émergence qui met tout en œuvre pour offrir de la valeur à ses actionnaires en augmentant les flux de trésorerie libres dans des pays ayant de faibles taux de risques. La Société agira de manière responsable en gagnant le respect et le soutien des communautés dans lesquelles elle opère. Rubicon est focalisée sur la finalisation et le démarrage de son projet aurifère de Phoenix à Red Lake, dans la province de l’Ontario. Le début de la production initiale prévue se poursuit conformément à l'échéancier pour la mi-2015, basé sur les prévisions actuelles. Le Projet aurifère Phoenix bénéficie de tous les permis pour une production initiale prévue de 1 250 tonnes par jour. Par ailleurs, Rubicon contrôle plus de 100 miles carrés de terre d'exploration de premier ordre dans le district aurifère prolifique de Red Lake et environ 350 miles carrés de participations dans des propriétés minérales dans le district aurifère émergent de Long Canyon, chevauchant la frontière entre le Nevada et l'Utah aux États-Unis. Les actions de Rubicon sont cotées sur les marchés boursiers NYSE.MKT (RBY) et de Toronto (RMX).

RUBICON MINERALS CORPORATION

Mike Lalonde, président et chef de la direction

Pour consulter les chiffres et images associés à ce communiqué de presse, veuillez cliquer sur le lien Internet suivant :

http://media3.marketwire.com/docs/Rubicon_PR15_6_Figures_Images.pdf

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs et autres avertissements

Énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient des informations qui constituent des « énoncés prospectifs » et des « informations prospectives » (ci-après, collectivement, les « énoncés prospectifs »), au sens des lois canadiennes et des États-Unis relatives aux valeurs mobilières. Ces énoncés prospectifs incluent, sans toutefois s'y limiter, des déclarations au sujet de la composition et de l’échéancier du développement souterrain du projet Phoenix Gold, le calendrier du processus de la mise en service de l'installation, le taux de stockage de matière minéralisée, l'utilisation anticipée de l'offre liée aux actions accréditives et le début de la production initiale prévu pour mi-2015.

Les énoncés prospectifs reposent sur les opinions et estimations de la direction à la date où de tels énoncés sont émis et représentent le meilleur jugement de la direction sur la base des faits et suppositions qu'elle considère raisonnables. Les hypothèses importantes sur lesquelles reposent lesdits énoncés prospectifs comprennent notamment : que la demande en or et en gisements de métaux de base va se développer comme prévu ; que le prix de l'or se maintiendra à des niveaux qui rendront le Projet aurifère Phoenix rentable ; que les plans d'investissement et d'exploitation ne seront pas interrompus par des problèmes opérationnels, une pénurie d'énergie, des conflits professionnels ou des conditions météorologiques défavorables ; que Rubicon respectera son calendrier estimé pour le développement du Projet aurifère Phoenix ; que Rubicon continuera de pouvoir attirer et conserver du personnel compétent ; que l'estimation des ressources minérales se concrétisera telle qu'elle est présentée dans l'Évaluation économique préliminaire ayant pris effet le 25 juin 2013 et ayant été publiée le 28 février 2014 (l'« EEP ») ; et qu'il n'y aura aucune variation inattendue en termes de dépenses énergétiques ou de fournitures, d'investissement de pré-production ou d'estimation des charges d'exploitation telles qu'indiquées dans l'EEP.

Les énoncés prospectifs impliquent des risques, des incertitudes et d'autres facteurs, connus et inconnus, susceptibles d'entraîner un écart important entre les résultats, les performances et les accomplissements réels de Rubicon et ceux décrits, de façon implicite ou explicite, par lesdits énoncés prospectifs. Ces facteurs comprennent, entre autres : les variations possibles de la minéralisation, des teneurs et des taux de récupération ; les résultats réels des activités d'exploration en cours ; les résultats réels des activités de remise en état ; les conclusions des futures évaluations économiques ; les modifications des paramètres du Projet à mesure que les plans seront affinés ; les défaillances des équipements ou des procédés à fonctionner comme prévu ; les accidents et autres risques liés au secteur minier ; les retards et autres risques liés aux activités de construction et d'exploitation ; la date et la réception des autorisations d'exploitation ; la capacité de Rubicon et des autres parties intéressées à satisfaire aux exigences légales ; la disponibilité du financement pour les exigences de capital d'exploitation, les transactions et les programmes envisagés dans des délais raisonnables ; la capacité des prestataires de services tiers à fournir leurs services selon des conditions raisonnables et à temps ; et la situation du marché et des entreprises en général, ainsi que la situation économique, concurrentielle, politique et sociale.

L'EEP est de nature préliminaire car elle comprend des ressources présumées qui sont considérées comme trop spéculatives géologiquement pour que des considérations économiques leur soient appliquées aux fins de classification comme réserves minérales. De plus, il n'existe aucune certitude que l'EEP se concrétisera. Les ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n'ont pas démontré leur viabilité économique. La quantité et la teneur des ressources présumées mentionnées dans l'EEP sont incertaines par nature et il n'y a pas eu suffisamment d'exploration pour définir ces ressources présumées comme des ressources minérales mesurées ou indiquées.

Il est important de noter que les informations fournies dans le présent communiqué de presse sont de nature préliminaire. Il n'existe aucune certitude qu'une mine potentielle sera réalisée. Une décision de mise en production de la mine qui n'est pas basée sur une étude de faisabilité démontrant la viabilité économique et technique ne fournit pas une communication adéquate de l'incertitude accrue et des risques spécifiques d'échec associés à une telle décision de mise en production.

Les énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse sont valides à la date indiquée et Rubicon rejette toute obligation quant à la mise à jour de tout énoncé prospectif, que ce soit à la lumière de nouvelles informations ou d'événements ou de résultats futurs, sauf exigence de la législation sur les valeurs mobilières. Aucune assurance ne peut être donnée quant à l'exactitude des énoncés prospectifs, étant donné que les résultats réels et les événements futurs pourraient différer sensiblement de ceux anticipés dans ces énoncés. Par conséquent, les lecteurs ne doivent pas se fier indûment aux énoncés prospectifs.

Mise en garde à l'intention des lecteurs des États-Unis à propos des estimations de ressources indiquées et présumées

Le présent communiqué de presse utilise les termes de ressources minérales « mesurées » et « indiquées » et de ressources minérales « présumées ». La Société signale aux investisseurs des États-Unis que, même si ces termes sont reconnus et requis par l'administration canadienne, ils ne sont pas reconnus par la SEC. L'estimation des ressources minérales « mesurées » et « présumées » implique une plus grande incertitude quant à leur existence et à leur viabilité économique, par rapport à l'estimation des réserves prouvées et probables. L'estimation des ressources « présumées » implique une bien plus grande incertitude quant à leur existence et à leur viabilité économique, par rapport à l'estimation des autres catégories de ressources. Il ne peut être supposé que les ressources minérales « mesurées », « présumées » ou « indiquées », en partie ou en totalité, soient un jour classées dans une catégorie supérieure.

En vertu des lois canadiennes, les estimations de « ressources minérales présumées » ne peuvent constituer la base d'études de faisabilité, d'études de pré-faisabilité ni d'autres études économiques, sauf dans les cas prévus, comme lors d'une estimation économique préliminaire sous certaines circonstances. La SEC autorise généralement les émetteurs à inclure uniquement dans leurs rapports la minéralisation qui ne constitue pas de « réserves » comme le tonnage et la teneur sur place, sans référence aux mesures d'unité. En vertu des normes américaines, la minéralisation ne peut être classée en tant que « réserve » que lorsqu'il a été déterminé qu'elle pouvait être produite ou extraite de façon rentable et légale au moment où la détermination de la réserve a été effectuée. Les investisseurs aux États-Unis sont avertis de ne pas considérer que les ressources « mesurées », « présumées » ou « indiquées », en partie ou dans leur totalité, existent ni qu'elles peuvent être extraites de façon rentable ou légale. Les informations concernant les descriptions de la minéralisation et des ressources contenues dans le présent document ne peuvent pas être comparées avec les informations rendues publiques par des sociétés aux États-Unis sujettes aux exigences de la SEC en matière de rapport et de déclaration.

Ressources minérales

Les ressources minérales qui ne sont pas des réserves minérales n'ont pas démontré leur viabilité économique. L'estimation des ressources minérales peut être sensiblement affectée par des questions environnementales, liées aux permis, légales, liées aux titres, fiscales, de marketing et socio-politiques, ou toute autre question pertinente. La quantité et la teneur des ressources présumées rapportées dans cette estimation sont incertaines par nature et il n'y a pas eu suffisamment d'exploration pour définir ces ressources présumées comme des ressources minérales mesurées ou indiquées. Il n'est pas non plus certain qu'une exploration supplémentaire résultera en leur passage à la catégorie de ressources minérales mesurées ou indiquées. L'inclusion des ressources minérales présumées est considérée comme trop spéculative sur le plan géologique pour que des considérations économiques leur soient appliquées aux fins de classification comme réserves minérales. Les ressources minérales mentionnées dans le présent communiqué de presse sont rapportées en utilisant les normes de l'ICM.

Personnes qualifiées

Le contenu du présent communiqué de presse a été lu et approuvé par Dan Labine, ingénieur professionnel, vice-président des opérations, et Howard Bird, géologue minier en chef. (avec distinction), géo., vice-président exploration, et Mark Ross, maîtrise en sciences, géo., géologue en chef pour Rubicon. Tous deux sont des Personnes qualifiées au sens de la norme NI 43-101.

PR15-6

La Bourse de Toronto n'a pas examiné le présent communiqué de presse et décline toute responsabilité quant à l'adéquation ou à l'exactitude de celui-ci.

Renseignements