Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

24 juin 2011 16h56 HE

Le projet de loi des Conservateurs sur les postes porte atteinte aux droits des jeunes travailleurs et travailleuses

Ken Georgetti, président du CTC, dit que le projet de loi met en péril la sécurité de la retraite

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 24 juin 2011) - Le gouvernement conservateur prend le parti de la Société canadienne des postes pour porter atteinte aux droits des jeunes travailleurs et travailleuses et à la sécurité de leur retraite, selon Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada.

M. Georgetti répondait au dépôt d'un projet de loi à la Chambre des communes qui imposera un règlement au Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP), dont les membres ont été mis en lock-out par leur employeur le 14 juin. " Cette loi, si elle est adoptée, aidera la Société canadienne des postes à empêcher les jeunes travailleurs et travailleuses d'accéder à des salaires décents et compromettra la sécurité de leur retraite. C'est honteux et c'est une violation fondamentale du droit de libre négociation collective ".

La Société canadienne des postes veut instaurer des taux de rémunération plus bas pour les nouveaux employés et employées et réduire leurs prestations de retraite futures. Le gouvernement a en outre pris la mesure draconienne d'imposer dans le projet de loi des augmentations salariales plus faibles que les plus récentes proposées par l'employeur au cours des négociations. " Les Conservateurs ont mis tous les atouts du côté de l'employeur ", indique M. Georgetti. " Je demande au Premier ministre de retirer le projet de loi. Il ne devrait pas aider la Société canadienne des postes à obtenir par l'adoption d'une loi ce qu'elle n'a pas réussi à obtenir par la négociation collective ".

M. Georgetti a applaudi l'opposition officielle formée par le NPD de faire tout son possible pour freiner l'adoption de la loi. " Le NPD défend les travailleurs et les travailleuses et la libre négociation collective. Le Premier ministre Harper a montré sa couleur, et c'est nettement celle des employeurs. Il devrait ordonner à sa société d'État de reprendre les négociations et de négocier une convention collective équitable ", ajoute M. Georgetti.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux. Site Web : www.congresdutravail.ca.

Renseignements