Institut Fraser

Institut Fraser

12 déc. 2013 06h15 HE

Le Québec économiquement moins libre qu'une bonne partie de l'Amérique du Nord

TORONTO, ONTARIO--(Marketwired - 12 déc. 2013) - Le Québec est toujours aux prises avec l'un des niveaux de liberté économique les plus bas en Amérique du Nord, selon un rapport publié aujourd'hui par l'Institut Fraser, organisme canadien indépendant et non partisan de réflexion sur les politiques publiques.

Le rapport intitulé Economic Freedom of North America 2013 classe le Québec avant la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard parmi les provinces canadiennes et il le classe au 55e rang parmi les 60 provinces et États d'Amérique du Nord.

« Malheureusement, le Québec est toujours miné par un certain nombre de facteurs qui nuisent à sa liberté économique : une lourde administration publique, une fiscalité élevée, des programmes sociaux inabordables et des relations de travail tendues. Le manque de liberté économique au Québec se traduit par un niveau de vie moins élevé, moins d'emplois, en particulier pour les jeunes, et moins d'opportunités », explique Fred McMahon, titulaire de la Chaire de recherche Dr Michael A. Walker en liberté économique à l'Institut Fraser et coauteur du rapport.

Fondé sur des données de 2011, les plus récentes qui soient disponibles, le rapport analyse des indicateurs clés de la liberté économique : taille du gouvernement, fiscalité, réglementation, primauté du droit et droit de propriété. De plus, il mesure la liberté économique au niveau infranational et au niveau des administrations publiques (fédérales, étatiques/provinciales et municipales/locales).

En ce qui concerne la liberté économique des autres provinces du Canada, l'Alberta se classe au premier rang en Amérique du Nord, suivie par la Saskatchewan (2e), Terre-Neuve-et-Labrador (6e), la Colombie-Britannique (7e), l'Ontario (25e), le Manitoba (37e), le Nouveau-Brunswick (44e), la Nouvelle-Écosse (59e) et l'Île-du-Prince-Édouard qui se classe au dernier rang (60e).

Le rapport montre par ailleurs que les trois provinces canadiennes les plus libres sur le plan économique affichaient un PIB par habitant de 72 177 dollars canadiens contre 40 106 dollars canadiens dans le cas des trois provinces dont le niveau de liberté économique est le plus bas.

« Il y a manifestement un lien entre liberté économique et prospérité : la croissance économique des provinces qui privilégient un taux d'imposition peu élevé et une administration publique de petite taille est plus élevée. Les économies les plus libres s'appuient sur le marché et le choix personnel pour déterminer ce qui doit être produit, de quelle façon et en quelle quantité. Lorsque le gouvernement impose des restrictions sur ces choix, il en résulte une entrave à la liberté économique », fait valoir M. McMahon.

Selon l'indicateur de classement « taille du gouvernement » utilisé dans le rapport, l'Alberta possède le plus petit appareil gouvernemental, le Québec figure parmi les provinces ayant une administration publique de grande taille (cinquième rang), alors que l'Île-du-Prince-Édouard, qui figure au bas du classement de la liberté économique, détient le plus grand appareil gouvernemental.

L'indice de liberté économique nord-américain est inspiré de l'indice de liberté économique mondial de l'Institut Fraser, qui est le résultat d'un quart de siècle de travail de plus de 60 universitaires, dont trois lauréats du prix Nobel. Le rapport complet peut être téléchargé gratuitement en format PDF à l'adresse fraserinstitute.org.

L'Institut Fraser est un organisme canadien indépendant de recherche en politiques publiques et d'éducation qui possède des bureaux à Vancouver, à Calgary, à Toronto et à Montréal, et qui entretient des liens avec un réseau mondial de 86 laboratoires d'idées. Sa mission consiste à mesurer, à analyser et à faire connaître les effets des marchés concurrentiels et de l'intervention gouvernementale sur le bien-être des citoyens. Afin de préserver son indépendance, l'Institut n'accepte ni subventions ni contrats de recherche des administrations publiques. Consultez son site à l'adresse www.fraserinstitute.org

Renseignements