Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

13 oct. 2010 08h49 HE

Le rapport de la CSP sonne l'alarme sur la sous-traitance

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 13 oct. 2010) - Le rapport de la Commission de la fonction publique sur l'utilisation des services d'aide temporaire par le gouvernement, rendu public le 5 octobre, confirme ce que l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada soutient depuis longtemps : le gouvernement se crée une main d'œuvre permanente parallèle dont les droits sont limités et où règne l'absence de transparence vis-à-vis des Canadiens.

« Je rends hommage à la Commission d'avoir fait la lumière sur les zones d'ombre de la fonction publique du Canada et je salue le courage de la présidente de la Commission, Maria Barrados, pour avoir mis en évidence les abus des modalités de dotation. Le recours du gouvernement à des agences de travail temporaire compromet les valeurs d'intégrité, de mérite et d'équité dans la fonction publique, il porte atteinte aux droits des employés et contrevient aux dispositions de la Loi sur l'emploi dans la fonction publique (LEFP) et aux politiques propres au Conseil du Trésor », déclare le président de l'Institut, Gary Corbett.

Du budget à la table de négociation, le gouvernement n'a cessé d'adresser des reproches à ses employés, alors que les dépenses de travail temporaire augmentent deux fois plus vite que les salaires de la fonction publique. Le gouvernement ne rate pas une occasion de rappeler le besoin de se serrer la ceinture tout en détournant de l'argent vers les agences de travail temporaire pour pourvoir en personnel des fonctions que les gestionnaires de la fonction publique devraient eux-mêmes assurer. Il s'est comporté de manière cynique en négligeant de fournir à sa propre main d'oeuvre les ressources dont elle avait grandement besoin et en engageant des services d'employés temporaires afin de venir à bout de l'augmentation de la charge de travail et de la pénurie d'employés. Le gouvernement prêche la responsabilité, mais se propose-t-il de se soustraire à la LEFP en toute impunité?

Le président Corbett poursuit : « Selon toutes les apparences, le gouvernement applique deux poids, deux mesures dans le domaine des ressources humaines. Il utilise des contrats de travail temporaire en vue d'abaisser les normes dans toute la fonction publique plutôt que de favoriser un milieu de travail sain qui répondrait aux défis de recrutement et de maintien en poste et ferait du gouvernement un employeur de choix. »

Dans le cadre de l'examen quinquennal de la loi, l'Institut recommande que le gouvernement modifie la LEFP pour donner des droits et un statut officiel aux « employés temporaires permanents » de la fonction publique fédérale. L'Institut presse aussi le gouvernement de procurer immédiatement des consignes claires aux ministères sur la manière de réduire la sous-traitance et de respecter la lettre et l'esprit de la loi.

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada représente 59 000 professionnels du secteur public canadien. Il a présenté des soumissions écrites sur le sujet ci-dessus dans le cadre des consultations prébudgétaires au comité des finances de la chambre des communes et il compte témoigner sur cette question à l'automne.

Renseignements

  • Johanne Fillion
    613-228-6310, poste 2303
    613-883-4900 (cell)