Institut professionnel de la fonction publique du Canada



Institut professionnel de la fonction publique du Canada

26 oct. 2012 12h00 HE

Le rapport du vérificateur général de l'automne 2012 souligne des risques importants liés aux compressions dans la fonction publique et à la sous traitance

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 26 oct. 2012) - Les conclusions du rapport de l'automne 2012 du vérificateur général, publiées au début de la semaine, n'ont rien de surprenant pour l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, qui représente plus de 5 000 employés touchés par le démantèlement de l'infrastructure publique de notre pays entrepris par le gouvernement.

Selon le rapport, le gouvernement fédéral dépense annuellement des milliards de dollars sur des entrepreneurs externes sans avoir évalué pleinement les coûts, les avantages et les risques que cela implique. La situation est particulièrement grave à Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC) et à Santé Canada, deux ministères qui consomment ensemble 25 % du budget de sous-traitance fédéral. Le rapport met également en évidence les préoccupations persistantes relatives à la vulnérabilité du Canada aux cyberattaques touchant notamment certaines parties importantes de l'infrastructure nationale, dont les systèmes informatiques du gouvernement fédéral, le réseau électrique, et les réseaux de télécommunication.

« Le rapport du vérificateur général ne pouvait viser plus juste », lance le président de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, Gary Corbett. « Cela confirme ce que les employés de la fonction publique disent depuis le début : on ne peut pas éliminer des milliers d'emplois de la fonction publique pour les donner à des entrepreneurs du secteur privé et conserver le même niveau de protection, de sécurité et de responsabilité financière. Les Canadiens savent qu'il y a un véritable prix à payer pour les compressions que le gouvernement ne cesse d'imposer à la fonction publique du pays ».

« Ce n'est pas par hasard que près de 1 400 membres de l'Institut employés dans ces 2 ministères ont reçu un « avis d'employé touché » cette année et que des centaines d'autres ont été mutés à Services partagés Canada avant même qu'un plan détaillé n'ait été mis en place », conclut M. Corbett.

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada représente près de 60 000 professionnels et scientifiques travaillant dans l'ensemble du secteur public canadien.

Renseignements

  • Johanne Fillion
    613-228-6310, poste 2303
    613-883-4900 (cell.)