Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

02 févr. 2016 15h51 HE

Le refus harperien de consulter les professionnels du gouvernement au coeur des problèmes de Services partagés Canada

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 2 fév. 2016) - Les problèmes persistants de Services partagés Canada (SPC), soulignés dans le rapport du vérificateur général, Michael Ferguson, ne devraient surprendre personne étant donné l'habitude désastreuse de l'ancien gouvernement Harper de ne pas écouter ses propres employés, selon l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), qui représente les professionnels de la TI de ce ministère. Ces problèmes peuvent toutefois se régler.

« L'incapacité à moderniser correctement l'infrastructure informatique, à mesurer la satisfaction des partenaires et à passer du système de courriel fédéral à un nouveau système en respectant le calendrier prévu est attribuable au recours excessif du gouvernement précédent à la sous-traitance et à son approche butée en matière de changements organisationnels, explique la présidente de l'IPFPC, Debi Daviau.

Nous soutenons depuis longtemps que le gouvernement a l'expertise interne pour résoudre la majorité des problèmes, mais que jusqu'ici il refusait d'écouter les professionnels qu'il emploie ou même les Canadiens qu'il sert, poursuit Mme Daviau. Rien n'appuie autant notre argument que les conclusions du rapport publié aujourd'hui, selon lequel SPC a "présenté sa propre évaluation de la satisfaction des partenaires" et que "certains partenaires ont indiqué qu'ils avaient contesté l'évaluation faite par SPC de leur satisfaction".

Le nouveau gouvernement Trudeau a l'occasion de changer cette approche et de s'assurer que les professionnels dévoués du gouvernement seront dorénavant suffisamment mis à contribution dans la réparation du système, conclut-elle. Comme le vérificateur général a également découvert que l'analyse différenciée selon les sexes n'est généralement pas mise en pratique depuis son adoption il a 20 ans, il est évident que le gouvernement actuel a beaucoup à faire pour combler les lacunes de l'ancien gouvernement ».

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada représente près de 55 000 professionnels et scientifiques du secteur public canadien.

Renseignements

  • Johanne Fillion
    613-228-6310, poste 2303 (bureau)
    613-883-4900 (cell.)
    jfillion@pipsc.ca