Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

06 juin 2012 10h00 HE

Le Réseau pour une économie verte dénonce le projet de loi C-38 et réagit en présentant un plan pour créer des emplois reliés au climat

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 6 juin 2012) - Le Réseau pour une économie verte (REV)*, une nouvelle alliance de syndicats nationaux et d'organisations environnementales, de la justice sociale et de jeunes, a dénoncé aujourd'hui le projet de loi omnibus C-38 du gouvernement fédéral qui crée un fossé entre l'économie et l'environnement et a proposé plutôt un plan visant à créer des emplois et stimuler la croissance au cours de 10 prochaines années.

« Les choix entre l'environnement et l'emploi que le gouvernement nous demande de faire dans le projet de loi C-38 ne sont pas de véritables choix, explique Hassan Yussuff, secrétaire-trésorier du Congrès du travail du Canada. L'élimination de la protection environnementale est une fausse solution qui ne permettra des emplois durables dans notre pays. »

Comme contre-stratégie, le Réseau pour une économie verte a publié un document intitulé Virage vers une économie verte qui présente un plan d'action en trois volets permettant de créer des 'emplois reliés au climat' au cours de 10 prochaines années. Le plan comprend [i] la modernisation des habitations et bâtiments au pays pour une plus grande efficacité énergétique; [ii] l'accroissement des investissements publics dans le développement des énergies renouvelables; et [iii] l'expansion des transports en commun et la création de lignes ferroviaires à grande vitesse.

« Si ce plan d'action en trois volets était mis en œuvre au cours des 10 prochaines années, explique Tony Clarke, directeur du Réseau pour une économie verte, il est estimé que plus de 400 000 nouveaux 'emplois reliés au climat' seraient créés au Canada et que nos émissions totales de carbone seraient réduites par plus de 100 millions de tonnes par année d'ici 2022. »

« En mettant en œuvre une stratégie économique fondée sur un avenir énergétique plus propre et plus sûr, indique Hannah McKinnon, directrice des campagnes du Réseau Action Climat Canada, nous stabiliserons notre économie, nous créerons de bons emplois, mais nous pourrons également réduire de manière substantielle les émissions de carbone, ce que le Canada doit faire pour se remettre sur la bonne voire et faire sa juste part dans la lutte contre les changements climatiques dangereux. »

*Le Réseau pour une économie verte est composé des organisations de la société civile suivantes : Congrès du travail du Canada, Travailleurs canadiens de l'automobile, Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, Syndicat canadien de la fonction publique, Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes, Coalition canadienne des jeunes pour le climat, Columbia Institute, Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier, Réseau Action Climat Canada, Conseil des Canadiens, Fondation David Suzuki, Greenpeace, Green Communities Canada, Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l'aérospatiale, KAIROS - Initiatives œcuméniques canadiennes pour la justice, Syndicat national des employées et employés généraux et du secteur public, Institut Polaris, Alliance de la Fonction publique du Canada, Union internationale des employés des services, Sierra Club du Canada, Conseil du travail de Toronto et du district de York et Syndicat des Métallos.

Membre associé : Institut Pembina

Renseignements

  • Andrea Peart
    cell./SMS 613-614-9527