Musée royal de l'Ontario

12 juil. 2005 13h00 HE

Le ROM parachève la structure d'acier du Cristal Michael Lee-Chin

Le 12 juillet 2005, une cérémonie souligne la pose de la dernière poutre principale, portant les signatures des employés et les donateurs du ROM. Attention: Rédacteur culturel, Affectateur, Directeur général et de l'information, Photographe éditeur, Rédacteur au tourisme TORONTO, ONTARIO--(CCNMatthews - 12 juillet 2005) - Renaissance ROM, projet d'agrandissement du Musée royal de l'Ontario (ROM) atteignant les 211 millions de dollars, franchit aujourd'hui une étape décisive - alors que se termine l'assemblage de l'ossature métallique du Cristal Michael Lee-Chin, l'une des structures d'acier les plus complexes jamais construites au Canada. Au cours d'une cérémonie de clôture du chantier qui s'est tenue le mardi 12 juillet 2005, le directeur et chef de la direction générale du ROM, William Thorsell, l'architecte principal Daniel Libeskind et le président Walter Koppelaar de Walters Inc. ont apposé leur signature sur la dernière poutre principale du nouveau pavillon, à côté de celle des monteurs, des ouvriers de la construction, des ingénieurs du projet, du personnel et des bénévoles du musée, ainsi que des principaux donateurs du projet Renaissance ROM.

La tradition veut que l'on célèbre la clôture d'un chantier par le biais d'une cérémonie marquant le parachèvement de sa charpente. La dernière poutre d'acier - portant les signatures, décorée des drapeaux du Canada et de l'Ontario, et arborant les insignes de Renaissance ROM, de Walters Inc., de Vanbots Construction Corp. et de l'Association internationale des travailleurs de ponts, de fer structural et ornemental (section locale 721), ainsi qu'un motif de conifère soulignant le fait que le chantier a été exempt d'accidents - a été hissée en place, à une hauteur d'environ 70 pieds, directement au-dessus de ce qui deviendra, rue Bloor ouest, l'entrée principale du Cristal Michael Lee-Chin.

« Il n'aurait pas été possible de réaliser pareille structure sans le travail acharné de tous ces individus et le soutien continu de notre collectivité, a fait remarquer William Thorsell. Non seulement ce jour nous rapproche-t-il de l'inauguration, prévue pour l'été prochain, du Cristal Michael Lee-Chin, mais encore demeurera-t-il marqué dans les annales de l'architecture canadienne, car cet audacieux pavillon transformera à jamais le carrefour de Bloor et Queen's Park pour en faire le cœur de la vie culturelle torontoise. »

« Je suis heureux de m'associer aujourd'hui à la population de Toronto pour célébrer cet événement mémorable, a déclaré l'architecte principal du Cristal, Daniel Libeskind. Je suis extrêmement fier d'appartenir à cette équipe passionnée grâce à laquelle Renaissance ROM a pu franchir cette spectaculaire étape. Au fur et à mesure que prend forme le Cristal Michael Lee-Chin, le ROM se hisse au rang des plus célèbres musées de la planète. »

Depuis sa mise en chantier le 28 mai 2003, ce site de 70 mètres sur 80 est devenu l'un des projets de construction les plus complexes en Amérique du Nord. Le Cristal Michael Lee-Chin, qui donne sur la rue Bloor ouest, borde l'extrémité nord du musée, où il est encadré par les anciens bâtiments historiques : l'aile de la promenade du Philosophe (construite en 1914) à l'ouest, le pavillon central au sud et, à l'est, l'aile Queen's Park (construite en 1933), qui sera dorénavant nommée en l'honneur de la famille Weston. Le Cristal Michael Lee-Chin se compose de cinq remarquables figures cristallines imbriquées qui confèrent au ROM sa nouvelle silhouette remarquable.

La tâche n'a pas été facile, explique le président Walter Koppelaar de Walters Inc., l'entreprise de Hamilton qui a eu pour mission d'usiner et d'assembler la nouvelle structure. « L'extraordinaire complexité des plans de l'architecte Daniel Libeskind et l'exiguïté du chantier constituaient un défi quasi insurmontable. La plupart des immeubles comportent des angles droits et des murs verticaux, mais ce bâtiment n'a rien de tout cela : le ROM a poussé ses bâtisseurs à surpasser les anciennes limites de leur art. »

En raison de l'espace limité du chantier de construction, Walters Inc. n'a pas été en mesure d'y transporter tous les matériaux à la fois. Les poutres d'acier, toutes dissemblables et dont la longueur varie d'un à 25 mètres, ont été livrées au chantier par lots d'environ 25 tonnes, soit tout juste ce qu'il était possible d'installer en un jour de travail. Les ouvriers et les ingénieurs ont dû avoir recours à des ordinateurs portables et à des croquis en trois dimensions pour être en mesure de comprendre comment se raccordaient les unes aux autres les pièces de ce puzzle d'acier. Une grue de 80 mètres, plantée au milieu du chantier, a hissé une par une les poutres et les a positionnées à des angles très précis, avec une marge d'erreur ne dépassant pas trois ou quatre millimètres, afin de créer les formes complexes des murs et des plafonds inclinés des galeries, qui atteignent parfois jusqu'à 40 mètres de hauteur.

Depuis la base du Cristal Michael Lee-Chin, huit mètres sous le niveau du sol, le premier élément à prendre forme a été l'Escalier des merveilles. Durant plus de deux ans, la charpente anguleuse s'est peu à peu élevée pour atteindre 36,5 mètres de hauteur. La pointe nord du Cristal surplombera de quatre étages le trottoir de la rue Bloor ouest. Environ 3 000 éléments d'acier, pesant au total 2 800 tonnes, 38 tonnes de boulons et 9 000 mètres cubes de béton ont été nécessaires pour achever la charpente du Cristal. Au plus fort des travaux, environ 150 monteurs et ouvriers de la construction peuplaient le chantier, et jusqu'à 30 à la fois travaillaient dans les hauteurs. Par bonheur, malgré deux hivers, seulement 20 jours de travail ont été perdus en raison du mauvais temps.

Cet été, la construction se poursuit avec l'ignifugation des poutres d'acier, l'installation de plates-formes métalliques et de planchers de béton, et l'essai de revêtements. Le giron de l'Escalier des merveilles sera en place à la fin de l'été et le revêtement extérieur débutera cet automne. Un revêtement d'aluminium extrudé, suspendu à la charpente d'acier, couvrira 75 pour cent de l'édifice, alors que 25 pour cent des murs extérieurs seront en verre. Le Cristal Michael Lee-Chin sera inauguré au cours de l'été 2006.

Pendant que prend forme le Cristal Michael Lee-Chin, la rénovation des immeubles historiques du ROM se poursuit et des galeries, nouvelles ou repensées, s'y installent. Les premières, soit la nouvelle aile abritant les galeries de la Chine, du Japon et de la Corée, ainsi que la nouvelle Galerie du Canada : peuples autochtones, ouvriront leurs portes dans les immeubles historiques dès décembre 2005.

Pour de plus amples renseignements sur Renaissance ROM, veuillez consulter www.rom.on.ca/renaissance.

À l'attention des directeurs de l'information : Une photo accompagnant ce communiqué sera disponible sur le fil photo de la PC via PR Direct.
/Renseignements: Pour obtenir des renseignements, entretiens ou supports visuels, communiquez avec :
Renee Tratch, agente de publicité, 416-586-5858; courriel : media@rom.on.ca
/ IN: CULTURE, TOURISME

Renseignements

  • Renée Tratch
    Numéro de téléphone: 416-586-5858