Agence spatiale canadienne

Agence spatiale canadienne

12 août 2008 07h00 HE

Le satellite canadien SCISAT : Un oeil attentif sur la couche d'ozone

LONGUEUIL, QUEBEC--(Marketwire - 12 août 2008) - Toujours fonctionnel bien au-delà de sa durée de vie prévue de deux ans, le satellite canadien SCISAT célèbre aujourd'hui son cinquième anniversaire au service de la science et du Canada.

SCISAT, qui a été lancé en 2003 et qui est exploité depuis par l'équipe scientifique de l'ASC, contribue toujours de manière importante à la collecte et à l'analyse de données cruciales sur l'atmosphère. Il fournit des données de haute précision sur l'état de la couche d'ozone et sur les changements atmosphériques. En 2006, les données recueillies par SCISAT ont aidé les scientifiques à mieux comprendre le phénomène de perte d'ozone dans l'hémisphère Nord.

SCISAT a fourni de nouvelles preuves indiquant que le Protocole de Montréal, un accord international visant à protéger la couche d'ozone, porte fruits. C'est également le seul satellite capable de surveiller en 3D l'évolution des gaz régis par le Protocole de Montréal. Il est donc d'une importance capitale pour les décideurs. Les données recueillies par SCISAT au cours des cinq dernières années montrent clairement que les concentrations de chlorurofluorurocarbones présents dans l'atmosphère (CFC)-les principaux produits destructeurs d'ozone-diminuent de façon importante et que la menace d'un appauvrissement généralisé de la couche d'ozone s'atténue.

Selon Guy Bujold, président de l'Agence spatiale canadienne, la mise au point d'une petite plateforme satellitaire, utilisée dans le cadre de la mission SCISAT, a permis à l'ASC d'acquérir une expertise et d'approfondir ses compétences en exploitation de petits satellites. Les données colligées par SCISAT aident les scientifiques à mieux comprendre l'incidence qu'ont les polluants sur la haute atmosphère et sur la couche d'ozone, un créneau qui intéresse notamment les Canadiens et qui touche particulièrement l'Extrême-Arctique.

Le satellite SCISAT a démontré sa capacité à recueillir des données à long terme sur les gaz d'importance qu'on retrouve dans l'atmosphère. Une bonne part des succès du satellite est attribuable au rendement de ses deux instruments : MAESTRO, qui a été élaboré par Environnement Canada, l'Université de Toronto et EMS Technologies (établie à Ottawa), et le spectromètre à transformée de Fourier (ACE-FTS), élaboré par la société ABB BOMEM, de Québec. Ces deux instruments continuent de recueillir des données précises d'une grande valeur malgré le fait qu'ils ont largement dépassé leur durée de vie utile prévue.

Le centre scientifique où sont traitées les données fournies par SCISAT se trouve à l'Université de Waterloo. Le centre est dirigé par Peter Bernath, chercheur principal pour cette mission.

Pour obtenir plus d'information sur le satellite canadien SCISAT, consultez le site Web de l'Agence spatiale canadienne à l'adresse suivante : http://www.espace.gc.ca/asc/fr/satellites/scisat/default.asp.

A propos de l'Agence spatiale canadienne

Etablie en 1989, l'Agence spatiale canadienne (ASC) est chargée de coordonner, au nom du gouvernement du Canada, tous les programmes et politiques civils dans le domaine spatial. L'ASC dispense ses services dans les quatre grands axes suivants : observation de la Terre, exploration et sciences spatiales, télécommunications par satellite et sensibilisation à l'espace et éducation. L'ASC mise sur la collaboration internationale pour favoriser le développement industriel et la recherche scientifique de calibre mondial au profit de l'humanité.

Renseignements

  • Agence spatiale canadienne
    Relations avec les médias
    450-926-4370