Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

22 nov. 2017 13h04 HE

Le SCFP demande une injonction pour empêcher le transfert d'employés civils de la GRC au système Phénix

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 22 nov. 2017) - En raison de l'inaction du gouvernement fédéral, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a déposé une demande d'injonction en Cour fédérale pour empêcher le transfert d'autres employés civils de la GRC au problématique système de paye Phénix.

« Le 18 octobre, j'ai écrit au président du Conseil du Trésor pour l'exhorter à cesser immédiatement le transfert des employés civils de la GRC. Je lui ai expliqué que certains opérateurs de télécommunications et analystes au monitorage de la GRC qui souhaitent devenir membres de notre syndicat sont présentement touchés par le gâchis du système de paye. Il a le pouvoir de s'assurer qu'aucun autre employé civil de la GRC ne soit affecté par le fiasco du système Phénix. Malheureusement, le ministre n'a même pas répondu à ma lettre », a déclaré le président national du SCFP, Mark Hancock.

« Selon le rapport du vérificateur général rendu public hier, les problèmes causés par le système de paye Phénix sont loin d'être réglés. Comme le gouvernement fédéral ne fait rien, le SCFP n'a d'autre choix que de demander une injonction à la Cour fédérale afin de protéger les intérêts de nos futurs membres », a ajouté Mark Hancock.

La demande d'injonction devrait être entendue le mercredi 29 novembre. Le transfert des autres employés civils de la GRC au système de paye Phénix est prévu pour le 26 avril 2018. Mais à compter du 1er décembre 2017, la rémunération des employés qui seront promus, reclassés ou transférés ne sera pas ajustée avant leur passage dans la fonction publique, le 26 avril 2018.

« Il est déplorable de devoir se rendre en cour, alors que limiter l'ampleur de la catastrophe Phénix devrait relever du simple bon sens pour un gouvernement dont l'objectif est supposément de réduire le nombre d'employés fédéraux affectés par le système de paye. Nous espérons que la demande d'injonction sera un signal d'alarme pour les libéraux. Mais s'ils n'agissent pas maintenant, nous sommes prêts à utiliser toutes les avenues légales disponibles pour protéger les opérateurs de télécommunications et les analystes au monitorage de la GRC qui nous ont fait confiance en signant leurs cartes de membres du SCFP en très grand nombre », a déclaré le secrétaire-trésorier national du SCFP, Charles Fleury.

Le SCFP a déposé des demandes d'accréditation pour les opérateurs de télécommunications et les analystes au monitorage de la GRC à la Commission des relations de travail et de l'emploi dans le secteur public fédéral (CRTESPF).

Renseignements