Syndicat des Douanes et de l'Immigration (SDI)

Syndicat des Douanes et de l'Immigration (SDI)

06 sept. 2011 13h28 HE

Le Syndicat des Douanes et de l'Immigration demande au gouvernement de veiller à l'efficacité des réformes en matière d'application de la loi à l'immigration

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 6 sept. 2011) - Le président national du Syndicat des Douanes et de l'Immigration (SDI), qui représente les agentes et les agents de l'immigration chargés de l'exécution de la loi à l'intérieur du pays ainsi que les agentes et agents des douanes et de l'immigration de première ligne, demande aujourd'hui au gouvernement Harper de prendre des mesures concrètes pour s'assurer que les mesures d'exécution de la loi annoncées soient mises de l'avant efficacement.

« Comme tous les Canadiens et les Canadiennes respectueux des lois, nous félicitons le gouvernement Harper, qui a pris récemment un certain nombre de mesures pour donner la priorité à la détection, l'arrestation et le renvoi du Canada des personnes jugées inadmissibles pour crimes de guerre ou autres activités criminelles et qui se sont enfui pour éviter l'application de la loi », signale le président national du SDI, Ron Moran.

Le SDI préconise depuis longtemps l'utilisation de mesures améliorées de filtrage et d'application de la loi, encourage le déploiement d'un système de signalement biométrique moderne de reconnaissance faciale à tous les points d'entrée et recommande la diminution du nombre d'examens réglementaires répétitifs et d'appels auxquels peuvent recourir les non- citoyens reconnus coupables et les personnes considérées comme une menace à la sécurité les rendant par le fait même inadmissibles au Canada. Le système actuel permet aussi la mise en liberté anticipée de non-citoyens reconnus coupables en attendant l'instruction des nombreux appels contestant leur renvoi. Ceci contribue à la situation signalée par la vérificatrice générale qui a révélé, en 2008, que plus de 40 000 personnes visées par des mesures de renvoi du Canada, y compris des criminels reconnus coupables et des personnes inadmissibles pour des raisons de sécurité, « sont disparues » et sont l'objet de mandats d'arrestation.

Bien que le SDI appuie les récents efforts du gouvernement Harper pour appréhender ces fugitifs au moyen de l'information publique, M. Moran souligne que le gouvernement devrait examiner ses propres pratiques pour s'assurer que les priorités liées à l'application de la loi ne sont pas compromises.

« Tout comme il doit moderniser le système, le gouvernement doit aussi mettre fin au différend concernant la classification des agentes et agents de l'immigration chargés de l'exécution de la loi à l'intérieur du pays et dont les fonctions comportent un risque élevé. Ce conflit dure depuis dix ans. Le gouvernement doit aussi augmenter le nombre des agentes et agents affectés à ces postes importants, car à l'heure actuelle, ils ne sont que 390. Le niveau de classification désuet du poste est un important obstacle au recrutement et au maintien en poste de ces agentes et agents. L'embauche temporaire de personnes sans expérience et sans compétences n'est pas la solution, car ces projets à court terme éloignent de leurs fonctions habituelles des agentes et agents à temps plein qui doivent donner la formation aux recrues.

L'amélioration de la sécurité publique et de l'intégrité systémique est manifestement un objectif des récentes initiatives du gouvernement, et nous le félicitons de cet effort. Il faut toutefois que le gouvernement reconnaisse de façon réaliste les fonctions à risque élevé dont s'acquittent ces agentes et agents pour qu'ils puissent accomplir efficacement leur mission au nom de la population canadienne. »

M. Moran signale la relation productive qui existe entre le SDI et le gouvernement Harper depuis 2006, et il reconnaît que cette relation a entraîné des améliorations importantes à la sécurité de la population et à celle des agentes et agents.

« Nos membres reconnaissent que ce gouvernement s'est intéressé de près à la situation et qu'il a cherché à obtenir les faits et à recueillir l'opinion d'agentes et agents en région et de première ligne à mesure qu'il définit des améliorations dans les secteurs de la sécurité à la frontière et de l'exécution de la loi pour la population canadienne. La modernisation de la classification des agentes et agents de l'exécution de la loi des services intérieurs de l'immigration pour qu'elle corresponde à leurs fonctions essentielles est une mesure pratique, efficace et nécessaire qui appuie les objectifs louables du gouvernement et nous comptons bien collaborer avec lui à cet égard. »

Le Syndicat des douanes et de l'immigration (SDI) est un Élément de l'Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC), et représente les agentes et agents des douanes et de l'immigration canadienne travaillant aux points d'entrée. Le SDI représente également les agentes et agents d'enquête, du renseignement et de l'observation des échanges commerciaux; ainsi que ceux et celles de l'immigration chargés de l'exécution de la loi pour services intérieurs et des audiences. Le SDI représente aussi l'ensemble du personnel de soutien – tous des employés de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC).

Renseignements