Teamsters Canada

Teamsters Canada

06 mars 2008 15h19 HE

Le syndicat des Teamsters est outré par la rémunération versée au président de Nortel

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 6 mars 2008) - Le 2 mars dernier, on apprenait dans les médias que le PDG de Nortel, Mike Zafirovski, a touché une rémunération globale en hausse de 22 % au cours de la dernière année et ce, malgré la tourmente et les compressions de personnel qui affligent la société qu'il dirige.

Selon des documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission, Mike Zafirovski a touché une rémunération globale de 10 M$ en 2007.

Par ailleurs, il n'est pas le seul haut dirigeant de Nortel à avoir eu droit à une bonification de sa rémunération globale au cours de la dernière année.

"L'annonce de la fermeture de l'usine de Flextronics dans l'arrondissement de Saint-Laurent, client de Nortel, est dure à avaler", s'indigne Serge Bérubé, président de la Section locale 1999 des Teamsters (FTQ), qui représente les 700 employés de Flextronics. "Je suis outré par le comportement des dirigeants de Nortel. Quel genre de message lancent-ils aux travailleurs de cette industrie?"

L'usine de Flextronics dans l'arrondissement de Saint-Laurent fabrique des prototypes de réseaux informatiques à la fine pointe de la technologie. Les compétences développées par les travailleurs de cette usine sont exclusives à Montréal, et le déménagement des activités de la société au Mexique laisse plusieurs observateurs de l'industrie incrédules.

La valeur boursière du titre de Nortel a d'ailleurs chuté de plus de 50 % au cours des douze derniers mois.

"Pendant que les employés sont mis au chômage, les patrons s'octroient des augmentations. Quelqu'un pourrait-il m'expliquer la logique derrière ça?", demande M. Bérubé.

Le syndicat des Teamsters fera entendre sa cause auprès des paliers de gouvernements concernés par la fermeture de l'usine de Flextronics à Saint-Laurent.

Renseignements

  • Teamsters Canada
    Stéphane Lacroix
    514-609-5101