Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

15 juin 2016 08h15 HE

Le taux d'inoccupation dans les résidences pour personnes âgées de l'Ontario atteint son plus bas niveau

TORONTO, ONTARIO--(Marketwired - 15 juin 2016) - La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) a publié aujourd'hui son Rapport sur les résidences pour personnes âgées, Ontario, 2016.

Faits saillants du rapport :

  • Le taux d'inoccupation global dans les résidences pour personnes âgées de l'Ontario est descendu de 11,5 % en 2015 à 10,7 % en 2016, soit son plus bas niveau depuis 2001.
  • La demande a augmenté plus rapidement que l'offre, puisque le nombre de personnes vivant en résidence s'est accru de 6,5 % et que l'offre a progressé de 4,9 %, pour se chiffrer à 56 300 places.
  • Le loyer moyen des places standards a augmenté de 6,7 %, pour s'établir à 3 499 $.

Selon les résultats de l'enquête de 2016, 694 résidences ont été dénombrées en Ontario et celles-ci hébergeaient 54 280 personnes âgées. Un peu plus de la moitié des places de l'univers étaient des studios, mais la part de places en studio a diminué au cours des dernières années, car les personnes âgées optent de plus en plus pour des unités plus spacieuses. Le loyer mensuel moyen des studios dans les résidences de l'Ontario s'est chiffré à 2 978 $ et c'est dans la région du Grand Toronto que le loyer le plus élevé a été enregistré, soit 3 484 $.

En tant qu'autorité en matière d'habitation au Canada, la SCHL contribue à la stabilité du marché de l'habitation et du système financier, vient en aide aux Canadiens dans le besoin et fournit des résultats de recherches et de l'information aux gouvernements, aux consommateurs et au secteur de l'habitation du Canada.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez consulter le site Web de la SCHL à www.schl.ca ou suivez-nous sur Twitter, YouTube, LinkedIn et Facebook

« La préférence des personnes âgées pour la vie en résidence pour retraités n'a cessé de croître, car les résidences offrent davantage de caractéristiques ciblant le mode de vie des aînés d'aujourd'hui », a remarqué Jean-Sébastien Michel, chef analyste de marché à la SCHL. « L'accroissement de la richesse des ménages a permis à davantage d'aînés d'habiter dans une résidence haut de gamme, ce qui a entraîné des baisses plus marquées des taux d'inoccupation des places plus spacieuses et plus chères. »

Données supplémentaires disponibles sur demande

(Also available in English)

Renseignements

  • Relations avec les médias
    Angelina Ritacco
    416-218-3320
    647-210-7420 (cell.)
    aritacco@schl.ca