Ville de Montréal - Bureau du Vérificateur général

Ville de Montréal - Bureau du Vérificateur général

31 mai 2005 13h14 HE

Le vérificateur général de la Ville de Montréal dépose son 3e rapport annuel

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 31 mai 2005) - Le vérificateur général de la Ville de Montréal, M. Michel Doyon, a déposé son rapport annuel 2004 au conseil municipal du 30 mai 2005.

Ce rapport s'ajoute à celui sur la vérification des états financiers pour l'année 2004 déposé le 31 mars dernier. Dans ses commentaires généraux, M. Doyon relève l'absence d'un plan stratégique dûment documenté tant pour les technologies de l'information que pour l'ensemble de la Ville. Un tel plan permettrait, notamment, aux élus et aux fonctionnaires d'évaluer objectivement les forces et les faiblesses de l'organisation municipale ainsi que d'identifier et prioriser les actions à prendre et d'y allouer les ressources nécessaires.

De nombreuses faiblesses ont été notées au chapitre de la gestion des infrastructures informatiques de la Ville. Notamment, la politique de sécurité de la Ville est toujours à l'état de projet; il n'y a aucune évaluation des risques complétée à ce jour; aucun encadrement touchant l'ensemble de la Ville n'a été émis concernant la gestion des renseignements personnels; les accès à distance au réseau informatique de la Ville sont mal contrôlés; et la gestion des codes d'utilisateur et des mots de passe permettant l'accès aux systèmes est déficiente. De plus, il n'y a pas de plans de relève et de continuité.

Les faiblesses constatées augmentent le risque que la Ville ne puisse assurer une prestation ininterrompue de services aux citoyens, ainsi que l'intégrité et la confidentialité des données couvrant les citoyens et les employés de la Ville.

Des lacunes sont également identifiées au chapitre des assurances collectives du Syndicat des cols bleus regroupés. En vertu de la convention collective échue et de la sentence arbitrale, le syndicat s'engage à souscrire à des contrats d'administration ou d'assurances et à remettre à la Ville tout document pertinent. Or, les documents obtenus du syndicat se sont avérés incomplets. Le dernier sommaire financier transmis à la Ville par le syndicat porte sur l'année 2001 et le premier semestre de 2002.

De plus, des améliorations devront être apportées à la gestion des heures supplémentaires effectuées au Service de sécurité incendie de Montréal (SSIM). En effet, les heures supplémentaires des pompiers ont totalisé environ 16,3 millions $ en 2004, alors qu'un budget de 9,6 millions $ était prévu. Comme l'intégration des effectifs du SSIM en un seul système d'assiduité et de paie n'a toujours pas été complétée, il est plus difficile de gérer les heures supplémentaires des employés.

Par ailleurs, le vérificateur général a étudié la situation des cadres en disponibilité. Au moment de la vérification, il constate que, sur un total de 1 300 cadres administratifs, 111 sont toujours en disponibilité, dont 56 hors structure. Plus précisément, il remarque que les plans d'actions que les gestionnaires devaient préparer pour 12 cadres en disponibilité hors structure, sur les 16 examinés, étaient manquants, insuffisants ou incomplets. "La Ville se doit de réaffecter ces personnes dans les meilleurs délais afin d'optimiser l'utilisation de ses ressources humaines", a noté Michel Doyon.

Enfin, le Bureau du vérificateur général a aussi évalué les mesures de contrôle exercées pour s'assurer que les travaux de réfection routière du réseau local géré par trois arrondissements soient réalisés en respectant les délais prescrits, les budgets alloués et la politique de capitalisation en vigueur à la Ville. Il constate que l'estimation des coûts est souvent manquante ou préparée à partir de données incomplètes ou non à jour, que des modifications sont apportées aux travaux après l'autorisation du conseil d'arrondissement, que la surveillance des travaux est insuffisante ou mal documentée, qu'il y a un manque de suivi sur les délais d'exécution et que, finalement, la politique de capitalisation est mal appliquée.

"Comme par les années passées, notre Bureau a maintenu une approche de partenariat avec les élus et les gestionnaires afin de privilégier la recherche et la mise en oeuvre de solutions durables aux problèmes identifiés lors de nos travaux", a conclu le vérificateur général, Michel Doyon.

L'étude publique du rapport annuel 2004 sera effectuée le 14 juin prochain par la Commission permanente du conseil sur les finances et les services administratifs, à 19 h à la salle du conseil de l'hôtel de ville de Montréal. A cette occasion, les citoyennes et les citoyens sont invités à venir poser leurs questions au vérificateur général.

Renseignements

  • Source :
    Bureau du vérificateur général
    ou
    Renseignements :
    Amélie Régis
    Relations avec les médias
    (514) 872-5537