Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)

31 mars 2015 13h00 HE

Les agents de bord d'Air Canada méritent une convention collective équitable

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 31 mars 2015) - Aujourd'hui, la composante Air Canada du SCFP, qui représente plus de 7000 agents de bord chez Air Canada/Air Canada rouge, a remis à l'employeur un avis exprimant sa volonté d'amorcer le processus de négociation collective. « Nos membres méritent une convention collective équitable obtenue par la libre négociation », a déclaré le président de la composante, Michel Cournoyer.

« Les agents de bord d'Air Canada sont des professionnel de la sécurité à bord et ils en sont fiers. Nous avons nos passagers à cœur. D'ailleurs, ces quatre dernières années, nous avons remporté le prix des meilleurs agents de bord en Amérique du Nord décerné par le magazine Premier Traveller. Nous voulons sincèrement voir notre compagnie réussir et grandir. Les agents de bord sont le visage de l'entreprise. Nous espérons donc que l'employeur reconnaîtra notre contribution à la réussite d'Air Canada et qu'il fera de preuve de respect et d'équité à notre endroit à la table des négociation », a-t-il ajouté.

Michel Cournoyer a souligné que les membres accordent la priorité à l'amélioration de la sécurité d'emploi, des salaires et des conditions de travail, ainsi qu'à la protection de leur régime de retraite à prestations déterminées, entre autres choses.

« Nos membres veulent obtenir des améliorations urgentes à leurs conditions de travail et éliminer les concessions faites en 2003 pour aider la compagnie à éviter la faillite et à se réorganiser. Depuis cette période difficile, la situation d'Air Canada s'est passablement améliorée. Il est temps que nos membres profitent de l'extraordinaire succès et de la rentabilité de l'entreprise », a affirmé Michel Cournoyer.

« Lors de la dernière ronde de négociations, notre droit démocratique à la négociation collective a été bafoué par le gouvernement conservateur. Nos membres ont aussi été privés de leur droit de grève en raison de l'ingérence gouvernementale. Récemment, la Cour suprême a statué que le droit de grève est garanti par la Constitution. Nous espérons que le gouvernement canadien respectera cette décision et qu'il laissera le processus de négociation prévu par le Code canadien du travail suivre son cours », a-t-il conclu.

Renseignements